« Marine Le Pen : « l’arrogant » président Macron « ne marche plus : il rame »

Marine Le Pen a dénoncé dimanche à Fréjus la « folle politique immigrationniste » de l’Union européenne, à laquelle se soumet Emmanuel Macron, qui « ne marche plus » mais « rame ».

Un discours légitime sur l’immigration

Devant quelque 800 militants réunis dans le théâtre de la ville tenue par le RN, la présidente du Rassemblement national (RN, ex-FN) a fustigé « la soumission du gouvernement à Bruxelles et à sa folle politique immigrationniste ».

« Aujourd’hui les préfets n’ont plus qu’une seule activité, l’implantation des migrants », selon Marine Le Pen qui faisait sa rentrée politique en vue des élections européennes.

« Pour cette folle politique, qui exaspère une majorité de Français, l’argent coule à flots » alors qu’il « n’y a jamais eu d’argent pour les SDF », a fustigé la députée du Pas-de-Calais.

Un satisfecit décerné à Salvini

« Jamais dans l’histoire des hommes nous n’avons vu de peuple qui organise ainsi volontairement la submersion irréversible de son territoire », qui « organise sciemment la ruine de ses comptes sociaux, planifie la remise en cause de sa culture et programme ainsi la disparition de son identité », a ajouté Marine Le Pen.

« Cette déferlante aggrave encore les problèmes de sécurité. (…) Cette France orange mécanique nous n’en voulons pas », a-t-elle asséné.

Insistant sur la question migratoire, Marine Le Pen a promis qu’avec le RN « l’Aquarius (bateau humanitaire interdit en Italie, Ndlr) n’accostera plus sur les côtes françaises» en référence à une décision de son allié italien ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, en juin, de fermer les ports du pays aux ONG d’aide aux migrants.

Une UE qui « n’est pas l’Europe »

Devant des représentants de ses alliés, le FPÖ autrichien et la Ligue italienne, Mme Le Pen a par ailleurs fustigé une Union européenne qui « n’est pas l’Europe », qui ne « se raccroche à aucune histoire, aucune tradition », prônant à sa place une « Union des nations européennes ».

Lire aussi:  Finlande : Forte augmentation du nombre de femmes converties à l’islam - Portez le voile intégral « pour échapper aux idéaux de beauté occidentale »

La finaliste de la présidentielle en 2017 s’en est prise à Emmanuel Macron, qui « n’incarne pas le début d’un cycle mais la fin d’un cycle ».

« Refusant l’échec d’une mondialisation qu’il a tant adorée et défendue, il persévère et même accélère la débâcle », a-t-elle estimé. « Il n’a pas de grande vision, il tâtonne. Il ne marche plus, il rame. »

Source  Le Dauphiné

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com