Ces dérives communautaristes qui empoisonnent l’école

Inquiétude. Europe 1 qui a consulté une note très confidentielle des services de renseignement explique comment le communautarisme musulman est devenu ingérable dans certains établissements scolaires.

Dans les classes d’école, à la cantine ou dans la cour de récréation, les élèves seraient de plus en plus nombreux à reproduire un comportement jugé communautaire. Selon les informations d’Europe 1 qui se base sur une note ultra-confidentielle des services de renseignement, les motifs rapportés sont de plus en plus inquiétants et d’un nouveau genre. C’est notamment le cas d’élèves qui refuseraient d’assister à des cours dans des salles où il y a du mobilier rouge jugé « haram », soit interdit par le Coran.

Le ramadan pratiqué de plus en plus jeune

Toujours selon cette note, certains élèves se boucheraient les oreilles lorsque de la musique est diffusée dans des classes, des garçons refuseraient de donner la main à des jeunes filles et d’autres ne voudraient pas dessiner des représentations humaines. Le ramadan serait également pratiqué par les enfants de plus en plus jeunes, ce qui rendrait compliquée la gestion des cours. Exemple dans un collège de Troyes où des élèves de 6e ont refusé d’aller à la piscine puisqu’ils avaient peur de « boire la tasse et de casser leur jeûne ».

À la cantine aussi ces dérives se feraient sentir au moment où des élèves refuseraient de s’assoir à côté d’enfants qui mangent du porc. À l’inverse, si des enfants musulmans mangent de la nourriture non halal, ils seraient aussitôt moqués et insultés par d’autres élèves musulmans. Depuis la mise en place par l’Éducation nationale d’une plate forme permettant à des enseignants d’obtenir une réponse concernant la religion, 30 signalements ont lieu chaque jour, précise Europe 1.

Lire aussi:  Crise des institutions ? Pour Henri Guaino, «cela va mal dans toutes les sociétés occidentales»

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com