Alors que le soulèvement des « gilets jaunes » ébranle l’Europe, les journalistes continuent à cracher sur Trump

Malgré la situation insurrectionnelle qui règne dans le pays, la désinformation concernant Donald Trump continue. Il aurait été étonnant qu’il en aille autrement.

Si je ne lisais que la presse française, je serais persuadé que les Etats-Unis sont gouvernés par un dangereux crétin. Je ne comprendrais pas pourquoi l’économie américaine va si bien et connait le plein emploi, ou alors je me dirais peut-être que c’est grâce à Barack Obama, qui n’est plus Président depuis deux ans mais s’attribue sans vergogne tous les succès de Trump.

Je me dirais que les Démocrates sont des gens sympathiques et modérés, et j’ignorerais qu’ils incluent des gens qui soutiennent le Hamas. Si je l’apprenais par inadvertance, cela ne m’inquiéterait pas puisqu’on me dirait que le Hamas est lui-même une organisation sympathique et modérée. Heureusement pour moi, je ne lis la presse française qu’à dose homéopathique et en sachant qu’elle ment quasiment tout le temps.

Et puisque je vis aux Etats-Unis et m’informe en regardant Fox News, en écoutant Rush Limbaugh, en lisant ce qui se publie dans Frontpage magazine, americanhinker.com, breitbart.com. powerline.com, le Washington Times et le New York Post, je sais qui est Donald Trump, ce qu’il est en train d’accomplir pour les Etats-Unis et pour le monde. Je sais aussi qui sont Barak Obama et les Démocrates et ce qu’est le Hamas (ayant passé récemment quelques jours en Israël, je sais même très concrètement ce qu’est le Hamas).

Puisque c’était récemment Thanksgiving Day aux Etats-Unis, je sais quels motifs j’ai pour rendre grâce et remercier le ciel de vivre sous la présidence de l’un des très grands Présidents des Etats-Unis, l’un de ceux qui d’ores et déjà marquent l’histoire.

Je dois aussi, puisque ceux qui me lisent doivent parfois se contenter de la presse française et de ses mensonges apporter quelques doses de rectification :

  1. La caravane de migrants d’Amérique centrale est arrivée à la frontière des Etats-Unis. Les services de renseignement américains savent qu’elle inclut des membres de gangs dangereux. Donald Trump est décidé à ne pas laisser entrer un seul de ceux qui la composent, et ceux qui la composent suscitent des protestations des populations qui vivent dans les villes frontalières du Mexique qui approuvent la fermeté de Donald Trump.Il y a même eu des manifestations hostiles aux migrants à Tijuana, sur la frontière californienne. Des migrants ont tenté de prendre d’assaut la frontière américaine et ont été repoussés. Ils sont pour l’essentiel des hommes jeunes et utilisent des femmes et des enfants comme boucliers humains. La réalité est très différente de ce qui se dit en France ? Oui, incontestablement.
  2. Un juge gauchiste nommé par Obama (et inamovible) a voulu déclarer illégale la décision de Donald Trump de ne pas laisser entrer un seul membre de la caravane de migrants aux Etats-Unis. Ce fut une décision non conforme au droit américain qui sera cassée par la Cour Suprême.Donald Trump n’en a pas tenu compte et a dit que le juge en question était un juge gauchiste nommé par Obama, ce qui est exact.Le chief justice de la Cour Suprême a dit qu’il n’y avait pas de juges gauchistes nommés par Obama et d’autres juges, mais des juges tout court, ce qui est inexact, et Trump a souligné que c’était inexact.Ce fut un épisode de la guerre intellectuelle livrée par les gauchistes (en l’occurrence, le juge qui a déclaré illégale la décision de Trump) et par l’establishment Républicain (en l’occurrence le chief justice Roberts) contre Trump, rien de plus.La presse française, qui est résolument du coté des gauchistes (et à la rigueur de l’establishment Républicain) s’est contentée de dire que Trump avait été “désavoué par la justice américaine”. La réalité est, là encore, très différente de ce qui se dit en France où on ne dit pas que la décision du juge gauchiste sera cassée par la Cour Suprême, quoi que dise le chief justice, car elle est non conforme au droit américain.
  3. Il se dit en France que Donald Trump “n’aime pas l’armée” et est détesté par les soldats, ce sous prétexte qu’un général Démocrate a critiqué Donald Trump et que Donald Trump l’a remis à sa place. Un général Démocrate (un seul) n’est pas l’armée américaine. Heureusement. Donald Trump en tant que commandant en chef est dans son rôle en remettant un général Démocrate à sa place. Et aucun Président depuis Ronald Reagan n’a fait autant pour l’armée américaine que Donald Trump. La réalité est, là encore et toujours, très différente de ce qui se dit en France.
  4. Donald Trump est présenté par ses ennemis (Démocrates, Nevertrumpers, agents iraniens, islamistes) comme complaisant vis-à-vis du prince Mohamed ben Salman, et ses ennemis continuent à défendre le “pauvre journaliste assassiné Jamal Kashoggi”. Donald Trump sait que Jamal Kashoggi a été éliminé de manière cruelle.Il sait aussi que Jamal Kashoggi était un agent des Frères Musulmans cherchant à déstabiliser l’Arabie Saoudite.Il sait que l’Arabie Saoudite est une monarchie absolue qui peut ne pas faire de quartier avec ses ennemis.Il sait aussi que Mohamed ben Salman est un élément essentiel dans la recomposition du Moyen Orient qu’il entend accomplir, dans l’endiguement et l’asphyxie du régime des mollahs, dans l’avancée vers une paix régionale avec Israël, et dans la mise au pas du djihadisme international, et il n’entend pas changer de trajectoire et donner une victoire à ses ennemis (Démocrates, Nevertrumpers, agents iraniens, islamistes).

    Il a raison et il est là sur la même longueur d’ondes que Binyamin Netanyahou en Israël. Tout cela n’est pas dit en France, bien sûr. Tout comme n’est pas dit en France que sans l’action criminelle du régime des mollahs il n’y aurait pas de guerre civile et pas de souffrances intenses au Yémen. Pourquoi lorsqu’on parle du Yémen en France, incrimine-t-on toujours l’Arabie Saoudite et jamais le régime des mollahs ?

    Pourquoi parle-t-on sans cesse de la brutalité saoudienne et jamais ou presque de la brutalité du régime des mollahs ?Poser ces questions, c’est y répondre.L’Arabie Saoudite n’est pas une démocratie ? Quelle découverte ! L’Iran des mollahs non plus. Donald Trump fait de la géopolitique. La France fait, comme l’Allemagne, du commerce avec l’Iran des mollahs et n’en a rien à faire des intentions génocidaires des mollahs et des propos antisémites de Hassan Rouhani et Ali Khamenei. Les articles qui paraissent en France sur le régime des mollahs sont emplis d’une mansuétude très suspecte…

Pendant ce temps, les Républicains de la Chambre ont convoqué James Comey et Loretta Lynch pour les interroger sur les crimes commis par eux à la fin de la présidence Obama, sur l’exonération abusive d’Hillary Clinton qui a elle aussi commis des crimes et devrait être en prison, sur le dossier frauduleux établi par Christopher Steele pour la campagne Hillary Clinton, sur les écoutes illégales mises en place sur la campagne de Donald Trump dans les derniers mois de la campagne électorale de 2016 sur la base du dossier frauduleux qui  a aussi servi de fondement à la nomination du grand inquisiteur Mueller.

Les Républicains de la Chambre auraient dû faire cela bien plus tôt. Ils ne le pouvaient parce que Jeff Sessions était ministre de la justice et parce que les Républicains de la Chambre étaient sous la coupe de l’establishment Républicain qui protégeaient Sessions. Si les Républicains de la Chambre avaient fait cela plus tôt, personne aujourd’hui ne parlerait de collusion de Trump avec la Russie car il serait établi depuis longtemps n’y a jamais eu de collusion de Trump avec la Russie, Hillary Clinton sans doute en prison, les Républicains auraient vraisemblablement pu préserver leur majorité à la Chambre.

Il est bien que James Comey et Loretta Lynch soient convoqués, mais cela vient extrêmement tard. Sans doute trop tard. Encore que : si Trump nomme un ministre de la justice digne de ce nom, des enquêtes indispensables pourraient enfin être ouvertes… La presse française n’a pas parlé de la convocation de James Comey et Loretta Lynch, cela va de soi. Elle continue à parler de la “collusion de Trump avec la Russie” et à innocenter Hillary Clinton, James Comey, Loretta Lynch…

Le grand inquisiteur Mueller, de son coté, semble trépigner de rage et cherche à exercer des chantages sur diverses personnes : Paul Manafort, l’essayiste conservateur Jerome Corsi, le commentateur ami de Trump Roger Stone, le politologue George Papadopoulos (qu’il vient d’envoyer en prison pour 14 jours). Il demande à ces personnes de faire des faux témoignages, et comme elles refusent, il les accuse de mentir et les menace de finir leur vie en prison.

Il devient plus nauséabond que jamais. Trump devrait mettre fin à ses fonctions car il en a le droit constitutionnel. Il ne le fait pas car il sait que la meute journalistique déclencherait une tempête. Avoir nommé Jeff Sessions au Ministère de la justice restera la plus grave erreur de Trump, mais il ne pouvait savoir que Sessions était un traitre et nommerait un autre traitre, Rod Rosenstein, Secrétaire à la justice adjoint, plaçant ce dernier en position de nommer Mueller… La presse française ne dit rien des chantages répugnants exercés par le grand inquisiteur Mueller, bien sûr…

Si Paul Manafort, Jerome Corsi, Roger Stone, George Papadopoulos, n’ont pas cédé au chantage, l’ancien avocat de Donald Trump, Michael Cohen, lui, a totalement cédé, et il accumule les faux témoignages pour obtenir une réduction des peines de prison dont on le menace. La presse Démocrate se délecte de ses faux témoignages. En France, cela donne : “Michael Cohen reconnait avoir menti”. Que c’est beau, l’information à la française….

Mueller va remettre bientôt un rapport venimeux. Peu importe. Il n’y aura pas de suite au rapport, et aucun impeachment. Aucun.  Trump sera, tout l’indique, Président jusqu’en janvier 2025.

Pendant ce temps, en France, Emmanuel Macron que les journalistes qui continuent à cracher sur Trump présentaient il y a quelques mois comme un génie transcendant (Jupiter !) continue à emmener la France vers le désastre, à afficher son mépris des pauvres, et à tenter de trouver de piteux et nauséabonds subterfuges pour s’en sortir. Et la presse française, à de rares exceptions près, commente docilement ses propos en lui cherchant des excuses.

La croissance est forte aux Etats-Unis et le plein emploi est là, pas en France, non, hélas.

Les impôts aux Etats-Unis sont bien plus bas qu’en France. Bien plus bas. Et ce n’est pas du tout étranger à la croissance forte et au plein emploi qui ne doivent rien à Obama.

J’ajouterai que l’essence est presque trois fois moins chère aux Etats-Unis qu’en France, que les routes ne sont pas obstruées par des coulées de béton destinées à provoquer des embouteillages et qu’il n’y a pas des radars partout pour multiplier les contraventions (à Las Vegas où je vis, la limitation de vitesse sur les autoroutes qui parcourent la ville, et rendent la circulation fluide, est à 70 miles par heure, soit 110 km/h et chacun roule plutôt à 85, soit 135, sans être arrêté un seul instant par la police) : même si les Démocrates américains sont aussi crétins et virulents que lui, Emmanuel Macron n’est pas Président des Etats-Unis.

J’ajouterai que Donald Trump ne parle jamais de “changement climatique” et de “transition énergétique” : il a fort heureusement quitté les ineptes accords de Paris et n’adhère à aucune des lubies écologistes qui sont en train de tuer la France, qui infligent des souffrances aux Français et qu’aucun parti français ne semble remettre en cause.  Il sait que l’influence des êtres humains sur le climat est négligeable et que c’est l’innovation technologique qui fait évoluer la production et la consommation d’énergie, pas un planisme gouvernemental soviétoïde.

Il ne sort pas de l’ENA et a tout juste fait fortune en faisant d’une petite entreprise familiale une grande entreprise multinationale. Cela ne vaut pas l’ENA, je sais… Quand on voit ce que les énarques ont fait de la France et font subir aux Français, on peut comprendre que les énarques aient un net complexe de supériorité. On peut comprendre aussi la révolte des gilets jaunes, que je soutiens sans réserve.

© Guy Millière pour Dreuz.info

 

Une pensée sur “Alors que le soulèvement des « gilets jaunes » ébranle l’Europe, les journalistes continuent à cracher sur Trump

  • 5 décembre 2018 à 16 h 24 min
    Permalink

    Bonjour,

    Lorsque je vivais en Suisse (notre famille n’y vit plus depuis fin mars 2017), j’étais une des rares personnes qui fut réjouit de voir Trump être élu président des Etats-Unis, malgré le fait que pour être dans la position qu’il occupe en tant que chef d’entreprise, il y aurait passablement à redire sur la manière dont il gérait ses affaires, je veux dire que l’on arrive pas à obtenir une fortune estimée à 10 milliards de dollars en une seule vie, même si l’on en a reçu quelques centaines de millions au décès de son père, sans jouer plus hors de la légalité certaines fois, qu’être tout le temps correct et respectueux des autres et de la loi.

    Cela étant dit, Trump est je pense ce qui pouvait arrivé de mieux aux Etats-Unis et à l’ensemble du monde d’aujourd’hui et j’espère qu’il nous permettra d’obtenir à nous tous les êtres humains de voir rapidement la destruction des forces obscures que sont les groupes secrets dirigeant actuellement le monde que l’on nomme sous l’acronyme la Cabale, rapidement maintenant disparaitre, non sans avoir restituer ce qu’elle nous a volé et non sans avoir en place publique rendu de comptes et supporter l’ensemble des conséquences du à leur actes abominables.

    Bien à vous toutes et tous.

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :