Scènes d’horreur en Italie : une jeune italienne démembrée vivante par un trafiquant de drogue nigérian

L’une des révélations les plus nauséabondes du procès pour assassinat de la jeune femme italienne de 18 ans, Pamela Mastropietro, est qu’elle est susceptible d’avoir été disséquée encore vivante.

Violée, poignardée et coupée vivante. De nouveaux détails troublants apparaissent à propos de la mort de Pamela Mastropietro. Les rapports horrifiants font suite aux témoignages donnés à la Cour par Vincenzo Marino, un témoin clé dans le procès du trafiquant de drogue nigérian, Innocent Oseghale, qui a comparu pour le meurtre brutal de la jeune fille l’an dernier, rapporte Il Giornale.

Marino, le témoin clé dans l’affaire, avait été incarcéré en même temps que Oseghale dans la prison d’Ascoli et jusque là, il avait écouté les aveux glaçants du crime de Pamela. C’est précisément pour cette raison que le repentant a un joué un rôle clé dans l’accusation du Nigérian.

Selon le témoignage sous serment de Marino, le trafiquant de drogue nigérian a poignardé l’adolescente italienne immédiatement après l’avoir violée. Marino a dit: « Ils se sont disputés, ils se sont poussés, Oseghale l’a poignardée dans le foie et Pamela est tombée au sol. »

Le témoin a ajouté que suite à l’agression initiale, « Oseghale a quitté la scène du crime pour appeler un complice, afin de l’aider à disposer du corps. Après être revenus chez lui, Oseghale a pensé que Pamela était morte et a commencé à lui démembrer les pieds. Il ajoute que l’homme nigérian a poignardé la jeune fille une fois de plus après qu’elle a essayé de crier à l’aide. »

Oseghale n’a pas révélé le nom de son complice, mais Marino affirme qu’ils ont lavé le corps de la jeune femme avec de l’eau de Javel, pour essayer de camoufler les causes de sa mort.

Lire aussi:  Migrants : SOS Méditerranée va remplacer «L’Aquarius» et prévoit de repartir en mer début 2019

« Il a dit qu’il y avait un sac dans le réfrigérateur pour y mettre les morceaux, mais ils ne correspondait pas. Ils ont donc décidé de la mettre dans deux valises », a ajouté le témoin clé.

En Février l’année dernière, le corps démembré de la jeune fille de 18 ans a été découvert sur le côté de la route, dans un certain nombre de valises dans la commune italienne de Pollenza. L’horrible découverte a incité une révolte nationale et a également conduit à des allégations de rituel cannibalisme, connus pour être pratiqués par des gangs criminels nigérians, qui opèrent à travers le continent.

La découverte du cadavre de la jeune fille démembrée a également provoqué une tentative de vengeance, quand Luci Traini, un homme italien âgé de 28 ans, qui connaissait soi-disant Mastropietro, a ciblé et tiré sur plusieurs migrants.

Alassandro Meluzzi, psychiatre italien et criminologue, a affirmé que l’assassinat est probablement associé à des gangs du crime organisé du Nigeria.

Quelques mois seulement après quel le corps de Mastropietro a été découvert, une autre fille italienne adolescente, Desirée Mariotinni, a été retrouvé morte d’une overdose à Rome. Les procureurs italiens ont ordonné par la suite l’arrestation de plusieurs migrants, dans le cadre de sa mort, les accusant d’avoir violé la jeune fille âgée de 16 ans et lui causant intentionnellement une surdose fatale de médicaments.

L’Italie a connu une vague de crime colossal à la suite de l’incursion de centaines de milliers de migrants africains, provenant pour beaucoup du Nigeria.

Le gouvernement populiste italien, dirigé par Matteo Salvini, fait de son mieux pour endiguer le flux des migrants en Italie et pour sévir contre les gangs violents de criminels étrangers. Mais leurs efforts ont rencontré une vive opposition des forces mondialistes de l’Union européenne.

Lire aussi:  Pacte de l'ONU sur le migrations : Macron annule son déplacement à Marrakech mais délègue quelqu’un pour l’y représenter

Traduction Fabrice Drapel pour alter INFO

Vu sur Voice of Europe

Source ilGiornale.it

 

 

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com