Le transhumanisme : le plan d’une élite déshumanisée

Focus sur le “transhumanisme”, ce mouvement qui rêve d’un homme qui s’est totalement émancipé de l’apesanteur du corps. Organes bioniques, modification des gènes et révolution numérique : la technique a déjà fait un bond énorme dans tous ces domaines scientifiques, si bien que pour les transhumanistes, la science pourra bientôt dépasser les limites du corps humain, jusqu’à la quasi-immortalité.

La vague transhumaniste

Le transhumanisme a le vent en poupe et pour cause : la science fait des miracles. Elle a permis à un jeune américain totalement paralysé de se mouvoir grâce à une puce électronique greffée dans son cerveau. La génétique de son côté multiplie les essais fructueux de modification de l’ADN qui permettrait dans le futur de traiter certaines maladies en modifiant irréversiblement les espèces. Des miracles qui donnent à rêver d’un jour où l’homme n’aura plus de problème de santé, mais sera réparé et augmenté. Indéfiniment.

Ray Kurzweil, le “pape” du transhumanisme

Mais ce n’est pas tout, le transhumanisme s’appuie aussi sur la “révolution de l’information” pour affirmer que le cerveau pourra lui aussi être augmenté à coup de puces greffées dans le cortex, capables d’injecter de l’information directement dans le cerveau. L’intelligence artificielle illimitée au service de l’intelligence humaine limitée en somme. Imaginez donc pouvoir apprendre instantanément le chinois sans en avoir vu et lu une seule ligne . Une légende urbaine prétend que nous n’utilisons que 10% de nos neurones, le potentiel est donc énorme. Laissons pour l’instant de côté l’éventualité d’un “brainhack” ou d’un “biohack”, mais le risque est, lui-aussi, énorme.

Lire aussi:  Grand sommet sur l'intelligence artificielle en Chine : que pourront faire les robots du futur ?

Pour les transhumanistes, le cerveau augmenté n’est qu’une étape. Prenez date : “dans trente ans, les humains seront capables de télécharger leur esprit en totalité vers des ordinateurs pour devenir numériquement immortels” selon Ray Kurzweil, directeur de l’ingénierie chez Google. Les hommes pourront donc vivre sans l’entrave d’un corps périssable. Comprenez bien : pour les partisans de ce mouvement, le corps est une “anomalie génétique (…), c’est le vestige d’une humanité dépassée” selon le sociologue David Le Breton.

Ndlr : contrairement aux croyances populaires, il faut savoir que l’évolution humaine ne réside pas dans son cerveau, mais dans son ADN. En effet l’homme ne possède actuellement que deux brin d’ADN sur 12. Imaginez quels savoirs et pouvoirs pourrait acquérir l’homme si il était doté de ses douze brin d’ADN !?

Le transhumanisme : le plan d’une élite déshumanisée

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :