Italie : Salvini menacé de mort sur une affiche d’universitaires de gauche à Bologne

Encore un autre manifeste contre le ministre de l’Intérieur et sa politique contre l’immigration sauvage et incontrôlée, affiché lors d’une manifestation universitaire à Bologne. Son effigie apparaît au centre d’un réticule avec l’inscription “Assassin. Visez-le ”

Dans la Via Zamboni, en effet, une petite procession organisée par le Collettivo Universitario Autonomo (Cua) s’est réunie et, pour attirer l’attention des médias, elle a tenté de frapper un grand coup, quelque chose qui pourrait faire assez de bruit pour dépasser les frontières de Bologne. Le plat principal a été servi par l’élite du mouvement, qui a d’abord déroulé une longue banderole avec les mots “Salvini, Bologne te déteste ! non au racisme ! non au racisme !”. Puis ils ont dévoilé leur véritable atout : une affiche avec l’image de Salvini bien encadrée dans un viseur et sur laquelle se trouve l’inscription “Assassin. Ciblez-le.”.

Le Cua revendique son action sur la page Facebook dans une longue déclaration. “Aujourd’hui, depuis la rue Zamboni, au cœur du quartier universitaire, le cri d’hostilité et de mépris du racisme et de la politique suprémaciste mise en place par le nouveau ministre de l’Intérieur au cours des derniers mois s’est élevé. (…)

La réponse du ministre toujours via les réseaux sociaux a rapidement fusé : “A Bologne, les fils à papa habituels issus des centres sociaux (extrême gauche) m’ont mis un réticule avec l’inscription ASSASSIN. Je pense que quelques mois de service civil ou militaire leur feraient du bien, qu’en pensez-vous? “.

Même le maire de Bologne, Virgilio Merola, condamne le geste dans une déclaration. “Bologne ne menace pas et ne déteste personne. Celui qui le fait s’oppose à Bologne. Je ne suis certainement pas d’accord avec la politique de Salvini, mais je n’ai pas besoin de prononcer des mots de haine “.

Lire aussi:  Italie : Harcèlement dans un train, un demandeur d’asile nigérian se déshabille et menace trois étudiantes

D’autre part, les paroles du conseiller de Umberto Bosco (Ligue), rapportées par “BolognaToday” sont dures :

“(…) le moment est venu pour le magnifique recteur de prendre de magnifiques mesures à l’encontre des responsables. Pendant trop longtemps, l’Alma Mater a toléré et protégé ces fauteurs de troubles, les résultats se font attendre dans la rue Zamboni. ”

Ilgiornale.it

Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Ndlr : Dire qu’à en juger les médias c’est les extrémistes de droite qui sont violents…

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :