Y-a-t-il un racisme anti-blanc ? « Pendez les Blancs » : le clip non censuré

La chanson s’appelle PLB, pour « Pendez les blancs ». Le dernier clip de Nick Conrad a engendré une large polémique sur les réseaux sociaux. La vidéo a été partagée par des internautes et plusieurs élus. Sur RTL, le patron des sénateurs Les Républicains Bruno Retailleau dénonce « une provocation au crime ».

Dans un clip, d’une violence inouië, qui a été publié sur YouTube le 17 septembre (et supprimé ce mercredi), Nick Conrad appelle à “crâmer”, “torturer” et mettre “une balle dans la tête” des Blancs à grand renfort d’images choquantes.

Distribué sur toutes les grandes plateformes musicales comme Deezer, iTunes, Amazon, Fnac et posté à tour de bras sur les réseaux sociaux, il fait scandale et montre un personnage blanc torturé par le rappeur et un acolyte. Ils lui font mordre le trottoir pour ensuite écraser sa tête avec un grand coup de pied derrière le crâne.

Une scène qui fait évidemment référence au film American History X, sur les néonazis aux États-Unis qui font subir la même chose à un noir. En écho aux internautes, de nombreux élus ont écrit ce mercredi leur indignation sur Twitter.

Je condamne sans réserve ces propos abjects et ces attaques ignominieuses. Mes services œuvrent au retrait sans délai des contenus diffusés. Il appartiendra à l’autorité judiciaire de donner les suites appropriées à ces odieux appels à la haine, a notamment écrit Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur.

“Je signale son contenu au Procureur de Paris sur la base de l’art. 40 du code pénal pour incitation à la haine raciale”, a annoncé dans la foulée Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT.

La Licra n’a pas tardé à réagir, également sur Twitter, condamnant un “appel au meurtre raciste (…) abject et d’une violence inouïe.” “La liberté de création, ce n’est pas la liberté d’appeler à pendre des Blancs à raison de la couleur de leur peau.” L’association a annoncé avoir saisi la justice.

Quelle ignominie! Le rappeur prédicateur de haine #NickConrad qui appelle à « Pendre les blancs » et « tuer des bébés blancs » doit être poursuivi et très lourdement condamné. J’appelle au retrait immédiat de cette chanson et de son clip des hébergeurs en ligne. pic.twitter.com/dPmM4Nmjgp

Lire aussi:  Zemmour : « Les Hongrois et les Polonais sauvegardent leur art de vivre. Ils ne veulent pas de nos sociétés multiculturelles et ils ont bien raison »

— Eric Ciotti (@ECiotti) 26 septembre 2018

« Pendez les Blancs » : le clip non censuré (Màj : le rappeur ne regrette rien car « c’est un message d’amour en profondeur »)

« Je rentre dans les crèches, je tue les bébés blancs, attrapez-les vite et pendez leurs parents », ce sont les paroles du rappeur Nick Conrad dans sa chanson PLB. Les journalistes tombent des nues, le racisme anti blanc existe.

La réaction de Nick Conrad, interrogé par RTL :

Nick Conrad, Y’a-t-il un racisme anti blanc ?

« J’ai inversé les rôles ». Le but de la vidéo, était de « choquer les idées reçues ».
Le rappeur parisien estime qu’il a « osé personnifier le racisme ».

« Je ne cherchais pas le buzz, ce clip est supposé amener à réfléchir et pas rester en surface. Je ne comprends pas les gens qui ne vont pas chercher en profondeur. Ce n’est pas un appel à la haine, c’est une fiction qui montre des choses qui, du début à la fin, sont vraiment arrivées au peuple noir, tous les éléments qui sont cités dans le morceau, un à un, ont vraiment touché et marqué le peuple noir dans sa chair, de manière à ce que blancs comme noirs puissent se rendre compte de la situation ». Et même s’il « comprend le souci qu’il peut y avoir », il ne regrette rien.

« Ce morceau est plus profond qu’il n’y paraît (…) Je ne peux pas renier ce que j’ai écrit, ça touche le racisme, c’est la beauté de ce morceau, ça reste de l’art », lance-t-il en insistant sur le fait qu’il joue le personnage du raciste.

Lire aussi:  Enfumage médiatique : Gilets jaunes - un mouvement «beauf largement d'extrême-droite» selon un correspondant de Libération

Nick Conrad se défend d’être raciste et met en avant le fait que « 80% des gens de l’équipe du clip sont des blancs« , comme le réalisateur et l’acteur principal. « Mes amis blancs me soutiennent », poursuit-il. Pour sa défense, il ajoute qu’en 2016, il a sorti une chanson intitulée 130 cercueils, en hommage aux victimes du 13 novembre.

« Un raciste un vrai pour de vrai ne peut pas se vanter de prendre le micro et dire des choses abominables, ajoute-t-il. C’est dit pour que les gens se réveillent réellement (…) C’est un message d’amour en profondeur, plus qu’un message de haine ».

Face au torrent de réactions, le rappeur est un peu surpris, il ne s’attendait « pas à autant de virulence ».

« Moi aussi dans ma vie il m’a été donné de voir des scènes choquantes », poursuit-il en prenant en exemple les peintures d’Eugène Delacroix au Louvre. Et invoque l’essence de l’art, plus particulièrement du rap.

« Le rap est né dans le ghetto, il a pour mission de dénoncer les choses. Un artiste a pour but de s’inspirer du monde pour dénoncer, que ça plaise ou non, justifie-t-il. C’est l’essence même du rap. En France plus qu’ailleurs, on a du mal avec la vérité I».

Ndlr : Ce clip est une honte! Une infamie! Il n’y a même pas de mots! Mais au pays des bisounours bien-pensants apparemment tout est permis! On peut vouloir tuer des blancs dans un clip mais surtout on ne censure pas!

Imaginez un seul instant le tollé des médias manipu-menteurs gauchistes pro-migrants si un blanc avait seulement osé écrire une chanson intitulée “pendez les blacks” ! Ce serait la révolution médiatique dans l’heure! Une déferlante telle qu’on en entendrait parler jusqu’à Mars… ou Jupiter!

Plus de partages

2 pensées sur “Y-a-t-il un racisme anti-blanc ? « Pendez les Blancs » : le clip non censuré

  • 24 juin 2019 à 12 h 56 min
    Permalink

    Commentaire en partage sur mon compte Facebook .

    Bonjour,

    Il semble que ceux bronzés ont des blancs … Que n’ont-ils pas pensé à raison du racisme contre eux et les pratiques esclavagistes.

    Seulement voilà, les pratiques esclavagistes ne sont pas le fait des populations occidentales actuelles. Ensuite les pratiques esclavagistes n’auraient pu êtres réalisées sans le soutient et l’aide de certains “rois” africains et finalement la pratique de l’esclavage, voit dès ses débuts surtout, de tristes sir en provenance de pays arabo-musulmans et non de province chrétienne.

    D’où nos bronzés actuels ont des blancs…!

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite une excellente semaine.

    Répondre
  • 24 juin 2019 à 13 h 24 min
    Permalink

    Bonjour,

    Afin de ne pas surcharger les barques déjà pleines des immigrés africains, je n’ai pas voulu alourdir mon précédent commentaire, cependant, si l’on s’en tient aux répercussions karmiques, peut-être qu’un certains nombres de ceux-ci, et parmi eux les plus féroces contre les blancs occidentaux, se trouve peut-être d’anciens blancs esclavagistes en rétributions de leurs mauvaises actions passées contre ces populations africaines.

    Ca c’est une manière de voir, par la lorgnette du bon sens terrien, qui n’a rien à voir avec la couleur de peau que l’on peut avoir.

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite une excellente semaine.

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :