Cette baleine est morte après avoir ingéré plus de 80 sacs de plastique

Mi-juin, un jeune globicéphale était en difficulté : il ne pouvait ni respirer ni nager dans un canal près de la frontière malaisienne. Les sauveteurs se sont battus pour sauver l’animal en déployant des bouées pour le maintenir à flot pendant que les vétérinaires le soignaient et protégeaient sa peau exposée aux rayons du soleil.

80 sacs plastiques et d’autres débris encombraient l’estomac de l’animal, l’empêchant de manger.

 

La baleine a vomi cinq sacs en plastique lors de la tentative de sauvetage. Elle est morte vendredi, cinq jours après le début de l’intervention des sauveteurs.

Une nécropsie a révélé que plus de 7 kilos de plastique avaient obstrué l’estomac de la baleine, ce qui l’empêchait d’ingérer des nutriments. Ces déchets se présentaient sous la forme de 80 sacs à provisions et d’autres débris plastique.

Regina Asmutis-Silvia, Directrice exécutive pour les opérations nord-américaines de Whale and Dolphin Conservation, affirme que ce cas est emblématique d’un problème plus important et plus grave qu’est la pollution plastique des océans.

«C’est une baleine globicéphale, mais nous n’avons pas beaucoup d’indications pour les autres espèces. Ce cas est symbolique au mieux, symbolique d’un problème incroyablement plus global.»

Nourriture empoisonée

Les experts s’accordent à dire que la baleine a probablement confondu les sacs en plastique avec de la nourriture. L’accumulation de détritus aurait pu faire croire à l’animal que son estomac était plein. Mal nourrie, la baleine est alors tombée malade et était incapable de chasser.

« À un moment donné, leur estomac se remplit de détritus et ils ne peuvent pas manger de la vraie nourriture », explique Asmutis-Silvia. « Vous ne recevez pas de nutriments et vous avez complètement bouché votre système digestif. »

Lire aussi:  Nouveau rapport catastrophiste du GIEC sur le changement climatique « d’origine humaine » : Trump reste ferme

Les globicéphales mangent normalement des calmars, mais on sait aussi qu’ils se nourrissent de poulpes, de seiches et de petits poissons lorsque la nourriture se fait rare.

La pollution plastique des océans est un problème croissant partout dans le monde. Dans les eaux thaïlandaises, plus de 300 animaux marins sont morts après avoir ingéré du plastique. La liste comprend des globicéphales, mais aussi des tortues de mer et des dauphins. En avril dernier, un cachalot émacié a été retrouvé mort sur une plage espagnole avec plus de 27 kilos de détritus dans son système digestif. Vendredi, un phoque du Groenland s’est échoué avec un petit film plastique dans l’intestin, un cas rare car les phoques ne confondent généralement pas le plastique avec de la nourriture.

La crise du platisque

Le mois dernier, le Bangkok Post a rapporté que le gouvernement thaïlandais envisageait d’imposer une taxe sur les sacs en plastique pour réduire la consommation de plastique dans le pays. En 2017, la Thaïlande a déclaré avoir produit 27,4 millions de tonnes de déchets, dont 2 millions de plastiques.

Partout dans le monde, environ 8 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans les océans chaque année. Éviter autant que possible les sacs et bouteilles en plastique, abandonner les pailles et les articles emballés dans du plastique sont quelques conseils que nous pouvons vous donner si vous souhaitez vous engager. Le recyclage est aussi un moyen de réduire vos déchets plastiques.

Asmutis-Silvia indique que les baleines jouent un rôle essentiel en tant que « jardiniers de l’océan » qui fertilisent leurs écosystèmes. En tuant des baleines, nous nuisons au reste de l’écosystème et, à notre tour, à nous-mêmes. En polluant nos océans, nous polluons aussi le poisson que nous mangeons et ingérons peut-être du plastique.

Lire aussi:  Un million de personnes doivent évacuer la zone alors que le typhon Jebi frappe le Japon

Source National Georgaphic

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com