Quand Makhlouf Mameche, UOIF, imam de Lille, directeur du Lycée Averroés évoque le projet d’islamisation en douceur

Les Frères musulmans tiennent-ils l’UOIF ?

Pour la première fois en France, l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) poursuit en justice l’un de ses anciens membres : Mohamed Louizi, 37 ans, ingénieur en génie électrique. Depuis 2007, ce jeune homme décrit avec précision sur son blog les coulisses de l’organisation des Frères musulmans en France.

Il vient de publier Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans (Michalon), un essai teinté d’autobiographie contenant quelques révélations. Fédération regroupant plus de 250 associations et gérant une soixantaine de mosquées, l’UOIF a toujours nié avoir le moindre lien organique ou idéologique avec la puissante confrérie des Frères Musulmans.

Mohamed Louizi démontre pourtant qu’il n’en est rien, document et témoignages à l’appui: les fondateurs “fréristes” égyptiens, libanais, syriens de l’UOIF lui sont toujours affiliés.

 

L’auteur a eu accès au “Tamkine”, le cahier des charges de l’organisation, révélant une véritable planification stratégique en quatre étapes:

  • Répandre l’islam par la construction de mosquées
  • Former la jeunesse dans des établissement confessionnels
  • S’assurer que toutes le couches de la société ont été infiltrées
  • Prendre le pouvoir

Ce programme est étayé par moult écrits et déclarations que le “repenti” s’est procuré au sein même de l’UOIF et de la Ligue islamique du Nord. Autre révélation: l'”Épitre du djihad”, inédite en français, qui clôt les dix-neuf lettres adressées à ses adeptes par le fondateur de la confrérie des Frères musulmans, Hassan al-Banna.

Mohamed Louizi a reçu ce volume de 440 pages des mains d’un notable chargé de recruter dans les universités de la région Nord. Cette épitre engage on ne peut plus clairement à livrer bataille.

Lire aussi:  Un commissariat normand attaqué aux cris d’«Allah Akbar» et «encul** de Français»

Le président de l’UOIF, Amar Lasfar, multiplie les plaintes pour diffamation à l’encontre de Louizi. Selon ce dernier, l’organisation ne se dirige pas vers “le début d’un espoir de réforme”, mais vers la tendance la plus dure des Frères musulmans, proche de l’idéologie wahhabite. “Le courant de Sayyed Qotb [père spirituel de nombreux djihadistes, NDLR], plus radical que celui de Hassan al-Banna, a pris l’ascendant au sein de l’organisation” explique Louizi.

Je souhaite alerter sur l’endoctrinement de la jeunesse” précise ce musulman né à Casablanca, lui-même embrigadé à l’âge de 13 ans par la branche marocaine de la Confrérie.

Isabelle Kersimon pour le Point

Plus de partages

Une pensée sur “Quand Makhlouf Mameche, UOIF, imam de Lille, directeur du Lycée Averroés évoque le projet d’islamisation en douceur

  • 19 décembre 2018 à 13 h 31 min
    Permalink

    Bonjour,

    Si vous chercher la guerre, vous risquez de nous trouver sur votre chemin….

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :