Dans les villes britanniques islamisées, la diversité a complètement disparu, presque tous les habitants sont musulmans

Seules 48 des 4 033 personnes vivant à Savile Town sont de race blanche et de nationalité britannique. La ville n’a pratiquement plus aucune diversité, la plupart des habitants sont des musulmans originaires du Pakistan ou de l’Inde.

Le Daily Mail qualifie Savile Town comme étant «l’une des régions les plus homogènes de Grande-Bretagne sur le plan racial», la plupart des gens ont la même culture et sont musulmans.

«Va-t’en, tu ne devrais pas être ici. Ne revenez pas »: ce coin du Yorkshire n’a presque plus de résidents blancs

Depuis la fenêtre de son appartement donnant sur le canal, dans la banlieue de Dewsbury située dans le Yorkshire, une femme blonde regarde deux silhouettes se promener et parler dans une langue étrangère. Les deux passantes sont vêtues de burkas, on ne voit que 2 yeux en travers du visage. Comme beaucoup de femmes musulmanes qui vivent ici, elles parlent peu ou pas l’anglais. Nombre d’entre elles n’auront aucun contact avec des personnes d’une autre religion ou culture. Beaucoup ont été amenées au Royaume-Uni pour épouser des Britanniques origine du sud-asiatique, qui ont élu domicile dans cette région.

A Savile Town, même la vendeuse de glaces porte une burka

Beaucoup de migrants sont venus à Savile Town pour occuper des emplois peu rémunérés dans les filatures de laine. Après un certain temps, ils ont ouvert leurs propres magasins de vêtements, de tapis de prière islamiques et de parfums sans alcool, dans le respect des règles du Coran. Les pubs ont presque tous été fermés et d’autres magasins occidentaux et épiceries ont également dû fermer. Entre-temps, une mosquée a été construite pour environ 4 000 fidèles et l’image des rues a changé pour toujours.

Une analyse détaillée du dernier recensement a révélé que seules 48 des 4 033 personnes vivant à Savile Town étaient des Britanniques de race blanche.

Beaucoup de musulmans ne veulent vivre qu’avec ceux de leur propre culture.

Les épouses ont une vie restreinte: élever les enfants, cuisiner pour les familles ou assister à des événements réservés aux femmes dans l’immense mosquée locale gérée par les Deobandis, une secte puissante de l’islam dont les prédicateurs les plus virulents ont exhorté les fidèles à ne pas se mêler aux chrétiens, aux juifs. ou hindous.

Un tribunal de la charia à proximité – critiqué dans un rapport de la Chambre des Lords pour discrimination dans les divorces et les litiges matrimoniaux – fait des affaires en adoptant le code de justice islamique strict.

A Savile Town, vous verrez des centaines de garçons vêtus de robes islamiques allant et venant à l’école de la madrasah de la mosquée, où, pendant des heures, ils apprennent le Coran par cœur. Et de manière désolante, toutes les filles – même celles de six et sept ans jouant dans le parc – sont enveloppées dans un hijab et une robe allant de l’épaule à l’orteil de peur qu’un homme ne voie sa chair.

Ndlr : Les islamistes auraient-ils à tel point des penchants pédophiles qu’ils se sentent obligés de recouvrir toutes les jeunes filles de la tête au pied ?

Lire aussi:  Une «colonisation économique, politique et religieuse» menace la France selon Dupont-Aignan

Huit des neuf cafés de la région ont fermé leurs portes, car il n’y a pratiquement aucun client local qui boit de l’alcool. Le salon de coiffure, qui accueillait autrefois les dames du Yorkshire, a fermé depuis longtemps. Inutile de dire que, n’ayant nulle part où socialiser ou faire leurs emplettes, les Blancs de la région sont partis, d’abord petit à petit, puis massivement.

Savile Town, berceau du djihadisme en Europe ?

Savile Town a été délaissée pour devenir une enclave ethnique. Et il semble que ce détachement de la société en général ait eu des répercussions inquiétantes. Car cette petite région a produit plusieurs jeunes djihadistes qui ont disparu pour se battre – et meurent comme des kamikazes – pour le compte de l’État islamique au Moyen-Orient.

Mohammed Sidique Khan, le chef des kamikazes qui ont attaqué Londres le 7 juillet 2005, provient de cette région. Il a fait ses adieux à sa femme enceinte sur la terrasse de sa maison avant de mener ses camarades attaquer la capitale pour faire 52 victimes innocentes lors d’attentats à l’explosif, sur des trains et des bus.

Owen Bennett-Jones, ancien correspondant de la BBC au Pakistan, a enquêté sur la vie à Savile Town et a mis en lumière l’influence du mouvement Deobandis sur la population musulmane. Mufti Mohammed Pandor, fonctionnaire et porte-parole du Deobandis, a été interrogé dans le cadre du programme de Radio 4. Il est arrivé du Gujarat en 1964 en tant que petit enfant avec sa famille.

Les rues des quartiers de Savile Town de Dewsbury, qui, depuis les années 1950, ont vu sa population blanche presque entièrement remplacée

Pandor habite près de Savile Town et se considère citoyen britannique musulman. Pourtant, il a refusé de laisser Bennett-Jones voir sa femme, lorsque le journaliste s’est rendu chez eux, bien qu’elle ait été autorisée à préparer le thé dans la cuisine.

Pandor a insisté sur le fait qu’elle soit complètement couverte tout le temps, ne lui permettant que de lever le voile pour le contrôle des passeports dans les aéroports. Bien qu’il soit conseiller religieux dans deux universités – Bradford et Huddersfield -, il a déclaré à la BBC que les hommes musulmans ne devraient être autorisés à entrer dans les établissements d’enseignement supérieur que pour étudier, prier et «ne pas regarder les femmes». « Si Mohammed ne le faisait pas, nous ne le ferions pas », a-t-il déclaré à la BBC, soulignant que les Deobandis étaient un mouvement de « retour à l’essentiel » dont les disciples vivent dans le style de la vie du prophète, il y a 14 siècles.

Vous pouvez rejeter cette pensée désespérément arriérée comme étant l’apanage d’une petite secte étrange, mais les Deobandis gèrent près de la moitié des 1 600 mosquées britanniques enregistrées et forment 80% de tous les religieux cléricaux islamiques qui, à leur tour, influencent énormément la population croissante des musulmans britanniques.

Il n’est pas surprenant que les quelques autochtones du Yorkshire restés à Savile Town se sentent quelque peu assiégés. Lorraine Matthews, dans la maison près du canal, s’exprime avec franchise à propos de la communauté dans laquelle elle vit à présent: «Je ne sortirais pas seule la nuit car il est dangereux de ne pas venir de la communauté musulmane. Il n’est pas judicieux pour une femme d’y aller à la nuit tombée. Les islamistes sont à chaque coin de rue et vous intimident, parce qu’ils ne respectent pas les femmes blanches.

Lire aussi:  La youtubeuse de gauche Tatiana Ventôse revient sur son agression par des Nord-Africains : « les gens vivent dans le déni »

Née dans le Yorkshire, Jean Wood, âgée de 76 ans (résidente de l’église), est une habitante de longue date qui a le sentiment d’être marginalisée.

Quand je me suis moi-même promenée dans South Street en direction de la mosquée, des personnages en burkas regardaient par la fenêtre, derrière des rideaux en dentelle, surpris de voir un visage de femme à découvert. J’ai demandé à un adolescent de grande taille, coiffé d’un bonnet islamique et d’une robe blanche, par-dessus son jean, de m’indiquer comment se rendre à l’entrée de la mosquée. Sa réponse a été de cracher sur moi et de crier: « Vas-t’en, tu ne devrais pas être ici. Ne reviens pas ».

Il est déprimant d’être confrontée à une telle agression. Et je ne doute pas que beaucoup de Britanniques se sentent aussi en détresse devant un tel comportement. Dans des endroits tels que Savile Town, les présages ne sont pas bons. Le fait est que beaucoup de musulmans d’ici ne veulent vivre qu’avec ceux de leur propre culture. Quelques-uns des rares résidents non-musulmans restants se disent régulièrement pris pour cibles par des membres de la communauté islamique locale qui souhaitent acheter leur maison.

Certains ont même été interpellés par de parfaits étrangers, vêtus de robes religieuses, offrant des liasses de billets dans des sacs en plastique pour acheter leur maison. Née dans le Yorkshire, Jean Wood, âgée de 76 ans, raconte l’histoire de ce qui s’est passé, un jour après la mort subite de son mari, alors qu’elle était assise à la table de la cuisine. «Il n’était pas parti depuis 24 heures qu’un voisin musulman a poussé une note sous la porte disant qu’il voulait acheter cette maison», se souvient-elle. « Nous avons vécu ici toute notre vie de couple. J’étais en deuil. »

«Mais j’ai rassemblé mes forces. J’ai téléphoné au numéro qui figurait sur la note et j’ai dit que ma maison n’était pas à vendre et qu’elle ne le serait jamais de mon vivant. C’étaient des paroles courageuses, mais – inévitablement – le porte-parole de Deobandis, Mufti Pandor, voyait les choses différemment.

Il a décrit sur Radio 4 le déroulement du vol des Blancs, lorsque sa famille est venue à Savile Town. «Qui allait acheter la maison à côté de nous ? dit Pandor. « Ce ne serait certainement pas un Blanc. . . mais mon oncle l’a achetée ».

Ensuite, nous n’étions plus que deux à s’opposer. Devinez ce qu’il s’est passé ? Mon oncle sous la pression des islamistes a dit: « Excuses-moi, je vais y aller », alors il est parti.  » Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi, avec de profondes fractures culturelles des deux côtés, Savile Town est en train de changer pour toujours.

Traduction Fabrice Drapel pour alter INFO

Source Dailymail

3 pensées sur “Dans les villes britanniques islamisées, la diversité a complètement disparu, presque tous les habitants sont musulmans

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :