La police britannique devient impuissante à mesure que la criminalité et les enquêtes se multiplient

Temps de lecture : 3 minutes

Un rapport du comité spécial des affaires intérieures du Parlement britannique donne des explications sur les conséquences désastreuses pour la sécurité publique, si l’incapacité à réduire la criminalité de la police n’est pas réglé.

Des députés ont déclaré que la police britannique risquait de perdre sa crédibilité face à la population, alors que les rapports d’enquêtes sur les crimes sont en chute libre et comporte un “nombre extrêmement bas d’accusations”, même si le nombre de crimes signalés est en forte augmentation.

Les données du Comité révèlent que le nombre de crimes enregistrés a augmenté de 32% en seulement trois ans – mais les accusations et les assignations à comparaître ont diminué de 26%.

Le rapport explique que “dans tous les quartiers, sans engagement local, le maintien de l’ordre risque de devenir inutile pour la plupart des gens, en particulier dans le contexte du faible taux d’enquêtes pour de nombreux crimes”.

La police aurait du mal à faire face à toutes les agressions, en raison d’une technologie obsolète, et de forces de police insuffisantes, ainsi que d’un leadership «fragmenté». Selon des statistiques récemment publiées, un adulte sur cinq en Angleterre et au Pays de Galles a été victime d’un crime l’an dernier. Les crimes commis à l’aide de couteau ont atteint son plus haut niveau à Londres.

En juin 2018, les taux d’homicides ont augmenté de 14%, les crimes violents impliquant des couteaux ou des lames de 12%, les infractions sexuelles de 18% et les vols qualifiés de 22%. Cependant, 90% de tous les crimes enregistrés ne donnent lieu à aucune accusation. Globalement, le Comité attribue l’échec des autorités britanniques au manque de financement. Le Comité affirme que la police urbaine a été réduite de plus de 20% depuis 2010 et que certaines forces ont perdu plus des deux tiers de leurs officiers locaux.

Le rapport de la commission précise:

Nous concluons que les forces armées sont excessivement sollicitées: le volume du nombre de crimes traditionnels est en augmentation mais le nombre d’arrestations et d’accusations portées par la police est en baisse. Sans réformes et investissements importants, les communautés seront de plus en plus laissées pour compte.

Même lorsqu’un comité officiel du Parlement britannique met en garde contre une crise qui pèsera en premier lieu sur les épaules des citoyens, la situation reste irrécupérable. La police britannique semble avoir une norme plus stricte en matière de contrôle du discours de haine, plutôt que de descendre dans la rue et de lutter contre le crime.

Lire aussi:  La République tchèque ne signera pas le pacte mondial pour la migration de l'ONU

Qu’il s’agisse d’un manque de financement ou de la volonté des supérieurs hiérarchiques, cette situation est dangereuse. Un terroriste condamné a été libéré chaque semaine entre mars 2017 et mars 2018; notamment avec Anjem Choudary, prédicateur de haine notoire, qui a été relâché dans les rues la semaine dernière.

À moins d’adopter une loi sévère en matière de financement et de priorités des forces de police du Royaume-Uni, le système mis en place pour protéger la population ne pourra que satisfaire les besoins des victimes de manière encore plus spectaculaire.

Traduction Fabrice Drapel pour alter INFO

Source fmshooter

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com