Les femmes de plus en plus victimes de harcèlements dans le Paris multiculturel

L’année dernière, une pétition signée par un groupe de femmes locales a tenté d’attirer l’attention sur la situation dans le quartier Chapelle-Pajol dans le nord de Paris. Les femmes affirment que leur vie est devenue encore pire qu’avant.

« Bien sûr que la situation a empiré, étant donné que ces hommes sont de plus en plus nombreux. Comme beaucoup d’autres, j’ai renoncé à prendre le métro à La Chapelle, traverser la place … Même à un rythme effréné, » dit une résidente qui ne souhaite pas être identifiée.

« Et ne parlez même pas des Cafés. Ils disent que c’est « interdit aux femmes » ! La police n’est même plus présente, et les combats sont de plus en plus nombreux et violents. J’ai l’impression que ces trafiquants ont gagné le jeu : ils ont pris possession des lieus », a-t-elle ajouté.

Le harcèlement constant des hommes est devenu pire

Le quartier a été qualifié d’Enfer, par Loïc Guézo, président de l’association “Demain la Chapelle”, en raison de la criminalité constante qui y règne. Dans sa dernière description il décrit:

En quelques années, ce qui était une île de tranquillité est devenue une zone de non-droit, où l’activité criminelle se développe et se durcit.

« Le trafic et le commerce illégal a commencé en 2014 et 2015, près du premier camp de migrants à Paris, installé à l’époque boulevard de la Chapelle », a ajouté Guézo.

Il y a une présence policière accrue dans la région, mais les activités criminelles augmentent. Les agents ont arrêté et fouillé 2618 personnes en huit mois, et en ont arrêté que 226.

Lire aussi:  France: Bientôt une nouvelle taxe sur la carte grise ?

La violence a également augmenté dans la région avec cinq altérations de masse impliquant des trafiquants armés de couteaux et de barres de fer.

Le Parisien

 

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com