Gilets jaunes : le peuple français maltraité et surpressé rappelle son existence et sa détresse

Temps de lecture : 3 minutes

L’illusion macronienne, après la fausse alternance gauche/droite mondialiste, moraliste, et libérale/libertaire avait cru réussir sa synthèse de la collusion des élites dictant le chemin au peuple provincial, les « sans-dents », les petits jobs, les ploucs du terroir, tous ces populistes de gauche et de droite qui voient leur autonomie, leur niveau de vie, leur capacité décisionnelle foulées aux pieds.

Par un pouvoir arrogant, dogmatique, qui préfère une idéologie imposée par le haut des élites financières et sociétales. Qui préfère, au nom du juteux business vert imposer des taxes carbone absurdes et pénalisantes pour les petits revenus qui devraient « sauver le climat » alors qu’ils n’en peuvent pas grand-chose.

Qui doivent accepter encore plus de migration qui les concurrence en baissant les salaires et en mettant en péril l’environnement par accélération de l’épuisement des ressources. Qui observe se faire déconstruire les frontières nationales, perméables certes mais protectrices, garantes de la solidarité et de l’identité souveraine.

La concentration mondiale et la globalisation de l’économie mettent en péril la démocratie réelle, de proximité, à échelle humaine. Celui qui a réussi son élection en s’imposant par les médias à sa botte et ses maîtres européens par une sorte de putsch moraliste ( empêcher Le Pen de gouverner la France) a en fait installé une dictature bien réelle et intolérante, sûre d’elle-même et dominatrice, libérale-libertaire sans masque.

Gauleiter de la Commission européenne, avec la détestable Merkel, il continue de pressurer la classe moyenne française, déjà écrasée par les taxes et prélèvements les plus élevés d’Europe, une dette pharamineuse, une chape de plomb sur les entreprises, une imposition migratoire pour obéir aux besoins de l’économie multinationale qui cherche main- d’œuvre bon marché et nouveaux consommateurs prêts à s’endetter, sous le masque du droit de migrer quand on veut et où on veut.

Lire aussi:  Nicolas Dupont-Aignan : « Macron vend nos retraites aux assurances ! »

Les gilets jaunes, préfiguration de l’alliance populaire droite/gauche souverainiste, comme la coalition actuelle au pouvoir en Italie qui est porteuse d’espoir, ont un rôle très important à jouer pour redémocratiser en profondeur la France.

Ce n’est pas seulement une augmentation du SMIC ( déjà dans le programme électoral de Macron !) qu’il faut, c’est une baisse des taxes et des impôts, et surtout la création de mécanismes de contre-pouvoir démocratiques et économiques ( système proportionnel et non plus majoritaire inique), décentralisation, référendum populaire, vote blanc, perspective d’écriture de la Constitution par le Peuple et pas seulement par les élus de la démocratie non représentative, sortir de l’Europe ( Frexit) et gérer la dette par la souveraineté monétaire, des conseils citoyens, élection de structures de contre-poids.

Macron s’est construit une posture d’Européen destructeur de la souveraineté nationale. Il réprime toute contestation avec arrogance technocratique, imbu de sa supériorité morale et de ses idéaux illuministes. La démocratie ne s’impose pas par des élites financières et idéologiques autoproclamées, globalistes, oligarchiques, convaincues de leur supériorité morale.

Mais par la parole donnée aux déplorables (adversaires stigmatisés également par Madame Clinton), les sans-dents, les ploucs de la campagne, les français de souche méprisés, voués à être remplacés par les nouveaux arrivants parés de toutes les vertus.

La charte officielle des gilets jaunes est passionnante dans sa vision citoyenne : états généraux de la fiscalité, séparation entre banque de dépôt et banque spéculative, interdiction des lobbies, diversité des médias et fin du copinage des grands groupes de presse, de la dictature des éditocrates, rallongement de 10 ans de l’obsolescence programmée, réindustrialisation de la France, agriculture biologique, interdiction de l’engagement de l’armée française dans des guerres d’agression.

Lire aussi:  Gilets jaunes : pour Sibeth Ndiaye, les policiers «ont été absolument exemplaires»

Exclu de la politique dictée d’en haut, le peuple et la classe moyenne s’invitent à la démocratie directe.

Source et auteur : Dominique Baettig pour lesObservateurs.ch

Lire aussi : La charte officielle des 25 revendications des Gilets Jaunes

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com