Allemagne : le taux de chômage des réfugiés en hausse de 65 %

Le taux de croissance de l’Allemagne est en train de craquer sous le poids des conséquences financières de l’accueil d’un million de réfugiés, avec une nouvelle estimation réduisant le taux de croissance pour 2019 de 1,8 % à seulement 1 %.

Alors que Peter Altmaier, le ministre de l’Économie et de l’Énergie, blâme le Brexit et le commerce mondial, en particulier les États-Unis, des difficultés intérieures (1), en réalité le taux de croissance de l’Allemagne est en baisse constante depuis 2017, tandis que son taux d’inflation est passé d’un creux de 0,39 % en 2016 à 1,78 % prévu en 2019.

Avec de faibles taux de fécondité, une pénurie de main-d’œuvre et un système d’aide sociale qui s’est étiré jusqu’à soutenir un taux de chômage de 65 % pour les réfugiés, l’Allemagne n’a pas réussi à résoudre le problème et a plutôt blâmé de faux facteurs dans une tentative de dissimuler et censurer les faits.

Et il devient évident que l’accord nucléaire iranien est aujourd’hui plus vital que jamais pour soutenir une économie qui est sur le point de sombrer dans une récession, dans un contexte où les entreprises se retirent, car entre l’Iran et les Etats-Unis, le calcul est vite fait.

Ainsi, l’Allemagne, avec la France et le Royaume-Uni, a créé une porte dérobée, un moyen d’échapper aux sanctions américaines sur les relations commerciales avec l’Iran. Le pari consiste en un système de chambre de compensation dans lequel l’argent circule à travers un instrument tiers appelé INSTEX. L’Allemagne attend de voir comment Trump et son administration réagiront et si des amendes et d’autres guerres commerciales éclateront encore. Ils n’auront pas longtemps à attendre…

Lire aussi:  Allemagne : Un migrant érythréen de 26 ans remercie la famille qui l’a accueilli en poignardant leur enfant de 11 ans en criant : “Meurs, Meurs, Meurs !”

Au lieu de négocier avec les États-Unis, Mme Merkel place maintenant l’Allemagne à la croisée des chemins, où des alliances affaiblies pourraient créer une spirale économique à la baisse qui ferait tomber non seulement l’Allemagne mais aussi l’UE en tant que puissance mondiale.

Christian Larnet pour Dreuz.info.

 

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com