Macron, un président élu au suffrage universel, vraiment ?

Quand la constitution de 1958 a été mise en place, un des arguments majeurs était qu’elle permettait d’éviter le système de la constitution précédente avec un pays « ingouvernable » et des gouvernements qui « sautaient » au gré des crises politiques … en conséquence on mettait en place un Président « tout puissant » et un système de vote permettant d’avoir la majorité des élus même en n’obtenant pas 50% des suffrages !

En 1965, les élections présidentielles voient arriver divers candidats, dont un dénommé Marcel Barbu, présenté comme le défenseur des citoyens ordinaires. Le gars est sincère mais un peu bizarre, lors d’une allocution télévisée il se met à pleurer, ça choque les constitutionnalistes, il va falloir remédier à ce problème.

Et donc, après l’élection de De Gaulle, il est décidé de mettre un filtre entre l’électeur et le candidat, sous forme de signatures de gens déjà élus. Alors qu’en 1958 il fallait « 50 parrains membres du collège électoral», ce nombre passe à 100 en 1962 puis à 500 en 1976.

L’universitaire Stéphane Rials estime que la réforme de 1976 « est excessive et, viole l’esprit de la réforme de 1962 en rendant au personnel politique une influence dans le choix du chef de l’État : ce sont des signatures d’électeurs et non d’élus qu’il eût fallu exiger ».

(source:https://fr.wikipedia.org/wiki/Présentation_des_candidats_à_l’élection_présidentielle_française )

En effet, dès lors nous allons assister à des magouilles et pressions pour mettre en avant tel ou tel candidat, dans la droite ligne du « régime des partis » d’avant 1958, et aussi pour écarter tel ou tel autre, et l’élection de 2017 est un modèle du genre.

Lire aussi:  En 2019, les cadeaux aux riches et aux entreprises feront peser une lourde menace sur le modèle social français

Quels que soient les sondages dont nous sommes abreuvés fin 2016 et début 2017, une chose est simple, il y a un risque d’un second tour F.N. – F.I. et cela, ceux qui gouvernent réellement le pays n’en veulent pas ; Les médias vont donc lancer une campagne honteuse de lynchage de François Fillon, ressortir des vieux dossiers plus ou moins vrais concernant Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon, et en parallèle encenser le jeune Macron et sa « maman-épouse modèle »…

Toutefois cela semble ne pas suffire et donc il va falloir jouer avec les parrainages, et c’est ainsi que, alors que JLM et MLP peinent à obtenir leurs 500 parrainages, nous voyons sortir « les doigts dans le nez » Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade, et même François Asselineau, l’anti-UE (ce dernier étant apparemment le seul des 4 à avoir mené une vraie campagne de terrain de recueil de signatures).

Il est patent que ces 4 candidats vont gratter des voix à l’électorat F.I. et peut-être aussi mobiliser quelques abstentionnistes et quelques indécis, mais là rien n’est certain. Un premier verrouillage est assuré, De l’autre côté Nicolas Dupont-Aignan gratte sur les terres des Républicains, alea jacta est !

Enfin pas vraiment « alea jacta est » car il faut définitivement verrouiller le dispositif de comptage et de vérification des votes, et c’est là qu’apparait le dispositif de vote pour les expatriés, il faut le rendre incontrôlable… en 2017 je suis inscrit à Bucarest, Ambassade, en Roumanie.

Dans un premier temps je reçois une information selon laquelle le vote électronique ne sera pas activé, à cause du risque d’interférence d’une puissance étrangère … ben voyons !!! Le soir du 1er tour un ami présent au décompte nous fait passer le résultat de « mon » bureau de vote, je lui demande les résultats sur l’ensemble de la Roumanie, il me répond qu’ils ne les ont pas, c’est semble t-il devenu un pouvoir discrétionnaire de l’Ambassade de les récolter et les transmettre directement à Paris !

Lire aussi:  Macron : Dernière triche avant la raclée ?

Je vais donc consulter le site du gouvernement chargé de récolter, centraliser et communiquer les résultats, et je découvre que les votes des expatriés sont cumulés « per total », il est donc impossible de connaître les résultats par pays et par bureau de vote !!! Voici ce à quoi nous avons accès :

https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017/(path)/presidentielle-2017/000/099/index.html et Macron dépasse les 40% à ce 1er tour, chez les expatriés ….

…comment ne pas croire que nous avons eu à faire à une véritable escroquerie et que le candidat Macron n’est pas forcément celui qui est arrivé parmi les deux premiers au 1er tour de la présidentielle.

…et pour couronner le tout le parlement se trouve avec LREM qui représente entre 22 et 24% des voix et 307 députés sur 577, soit la majorité absolue.

Publié par Gérard Luçon pour Wikistrike

 

Plus de partages

2 pensées sur “Macron, un président élu au suffrage universel, vraiment ?

  • 2 mars 2019 à 20 h 51 min
    Permalink

    Macron a ėtė mis en place par les financiers que l’ont sait. Cet usurpateur qui ne pense qu’à l’économie n’a rien à faire à la tête d’un gouvernement.

    Répondre
  • 3 mars 2019 à 17 h 01 min
    Permalink

    Macron a été élu sur la peur de MLP de la part des petits épargnants. C’est ballot, ce sont précisément les petits épargnants qui ont été échaudés par les 18 premiers mois de gouvernance macron… Alors, entre la peur de MLP, qui, somme toute, n’a encore fait de tort à personne, et le dégoût de macron, qui, à part dans les sondages de son gendre, ne fait l’unanimité que contre lui, le match risque d’être intéressant. On verra si les français sont vraiment cons et
    masochistes!

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :