L’e-voting trop fragile face à une corruption de masse

Selon une étude de l’EPFZ, acheter des codes pour truquer un scrutin serait aisé. Et surtout, impossible à détecter.

Trop facile d’acheter des votes électroniques

Le scénario imaginé par l’Institut d’informatique de l’EPFZ n’est guère rassurant. Surtout, il tombe au plus mauvais moment pour le vote électronique en Suisse, souligne la «SonntagsZeitung». En effet, c’est cette année que Berne voulait tenter de l’introduire dans la loi. Une consultation fédérale sur le sujet est du reste en cours, jusqu’à fin avril. Or des chercheurs de l’EPFZ viennent de prouver que truquer un scrutin serait presque un jeu d’enfant.

Il suffirait, via un site internet dont l’origine ne pourrait être déterminée, d’appâter les citoyens en leur offrant d’acheter leur vote. Ceux-ci n’auraient ensuite qu’à donner leurs codes pour le scrutin visé et de laisser les «acheteurs» prendre le contrôle à distance de leur ordinateur pendant un court laps de temps. La manipulation serait indétectable. Et, même si des soupçons de corruption naissaient, il serait impossible de savoir quels votes auraient été achetés.

Cette théorie a été soumise à la société InnoSec, spécialisée en cybersécurité, qui l’a jugée très crédible. «L’achat de votes est un danger auquel personne n’a jamais pensé. D’autant qu’il peut être automatisé, et donc totalement anonyme», a dit Gunnar Porada, patron d’InnoSec, au journal dominical. Qui calcule que lors d’une consultation serrée, comme celle sur l’immigration de masse, en 2014, où 20 000 voix auraient permis d’inverser le résultat, un budget de 1 million de francs aurait suffi, en «rémunérant» chaque vote à 50 francs. (jfz)

Quelques commentaires sur 20minutes.ch

margareth eigenmann – restons un peu logique

Le e-voting est le meilleur moyen de tricher ds les votations.On doit absolument lutter contre ce système qui n’est pas fiable et pas du tout sûr. A chaque nouveau logiciel il y a des pro qui peuvent les pirater. Il faut un peu revenir sur terre. Même si cela paraît archaïque pour certains partis politiques, le papier, même s’il n’est pas totalement inviolable, reste encore le plus fiable actuellement.


de Coulon – Orwell électronique

La vraie question est: pourquoi nos politiques veulent-ils tellement introduire le vote électronique? Qui tire les ficelles? Vote électroniques, appareils connectés, “argent” électronique,on vous prépare une société contrôlée par ordinateur ou, pour vous éliminer, il suffira depresser la touche “delete”…

Lire aussi:  Facebook a stocké des centaines de millions de mots de passe non chiffrés

Jules Brodard – L’échelle est différente

On peut toujours imaginer des magouilles dans les votes classiques, mais ça reste à une petite échelle, comme les fraudes dans le haut Valais qui ont été détectées, et qui faisaient une centaine de voix. Mais avec les fraudes électroniques on peut passer de l’artisanat à l’industrie ! Attention !


marre,  la mort des démocraties

Les gouvernements veulent manipuler les votes, déjà qu’ils n’appliquent pas les votations


Bonzes@marre

Et en plus ils usent et abusent des instituts de sondage pour les sujets soumis à votation aux fins de manipulation de l’opinion citoyenne. Les exemples ne manquent pas, n’est-ce-pas GFSBern? ;0)


Yves Fauth Ne changeons surtout rien !!

Seul le système actuel (dépouillement manuel dans chaque commune) empêche toute fraude de masse. Le vote électronique est sujet à trop de falsifications. Dans les votations serrées, et sans entrer dans le complotisme, on peut imaginer qu’il serait tentant, pour un gouvernement, d’arranger les résultats en sa faveur.

Source 20minutes vu sur lesObservateurs.ch

Tirer la prise du vote électronique !

L’initiative populaire fédérale « Pour une démocratie sûre et fiable (moratoire sur le vote électronique) » vise à empêcher le vote électronique jusqu’à ce qu’il soit sûr. L’article 39 de la Constitution fédérale sera modifié à cet effet pour que :

  • …les étapes essentielles du vote électronique puissent être vérifiées par les électeurs sans compétence particulière.
  • …tous les votes soient comptés de telle sorte qu’ils correspondent à la volonté réelle et librement exprimée des électeurs, sans aucune influence extérieure et tels qu’ils ont été déposés dans l’urne.
  • …les résultats partiels provenant du vote électronique soient identifiés clairement, de manière authentique et, le cas échéant, que des recomptages puissent être effectués de manière fiable.

Arguments

La démocratie directe compte parmi les biens les plus nobles de Suisse. La confiance en elle ne doit pas être runiée par des systèmes de vote électronique dangereux et peu transparents. C’est pourquoi nous voulons interdire le vote électronique grâce à un moratoire, qui durera jusqu’à ce qu’il devienne transparent et ne puisse plus être manipulé. Ce n’est que lorsque toutes les étapes du vote pourront être vérifiées et seront compréhensibles pour les électeurs sans compétence particulière que nous pourrons préserver la confiance en notre démocratie directe.

Lire aussi:  Facebook a stocké des centaines de millions de mots de passe non chiffrés

La démocratie doit être transparente et compréhensible.

Si les résultats d’un vote populaire sont très serrés, ce qui n’est pas rare, les bulletins de vote envoyés par correspondance ou déposés dans l’urne peuvent être recomptés à tout moment. En revanche, dans le cas des votes exprimés par voie électronique (e-vote), le bulletin de vote disparaît dans un univers numérique composé de bytes et de bits. Seuls quelques rares spécialistes comprennent comment sont comptées les voix. Cela est peu transparent et génère de la méfiance.

La démocratie doit être sûre.

En période de cyberguerre, il est extrêmement dangereux de persister à vouloir introduire le vote électronique. Des exemples à l’étranger mais aussi en Suisse ont montré que les systèmes de vote électronique sont manipulables et qu’un « oui » peut se transformer en « non ». Il serait naïf de croire que les criminels hésiteraient à recourir à des attaques alors que des pirates informatiques sont déjà parvenus à pénétrer dans des ordinateurs de grandes entreprises, d‘administrations publiques et en lien avec la défense, alors qu’ils sont pourtant sous haute surveillance.

E-vote: son utilisation est compliquée.

La phase de test dans les cantons a montré que le vote électronique n’est d’aucune utilité. Il n’entraine pas d’augmentation du taux de participation et n’est pas plus attractif pour les jeunes. Cela n’est pas surprenant : la procédure est complexe et prend du temps. Le matériel de vote est aussi envoyé par la poste, mais que les codes personnels à gratter et toute la technologie qui fait fonctionner le système reviennent beaucoup plus cher que le vote par correspondance ou à l’urne.

La récolte officielle des signatures devrait commencer début mars 2019.

Jusque-là: abonnez-vous à evoting-moratorium.wecollect.ch/fr en tant que supporter et devenez membre du comité de soutien. Merci beaucoup!

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
%d blogueurs aiment cette page :