Viktor Orbán: « La Hongrie est un pays chrétien et non un lieu pour le multiculturalisme »

Temps de lecture : 2 minutes

Dans une interview de son dernier livre, Philippe de Villiers déclare que le Premier ministre Viktor Orbán a dit qu’il n’y a pas de place pour le multiculturalisme en Hongrie.

« Quel outrage pour nos adversaires, dans notre Constitution, nous avons écrit que la Hongrie a des racines chrétiennes, et qu’à partir de là il n’y a pas de place pour le multiculturalisme, qu’un enfant a le droit à avoir une mère et un père, et que notre nation a le droit de défendre ses frontières. »

Orbán a déclaré que le peuple hongrois a des traditions de longue date, de la résistance à la « souveraineté limitée » :

D’abord, il y avait les dirigeants du Saint Empire romain germanique, puis les khans de l’immense Empire mongol, suivi par les sultans de l’Empire ottoman; puis les camarades soviétiques et leurs chars. Tous voulaient mettre un terme à la Hongrie  a-t-il dit, mais mystérieusement le peuple hongrois a survécu dans une mer sans borne entre les Allemands et les Slaves.

Prié d’exprimer sa position sur le danger d’une dissolution nationale, Orbán a dit qu’il voit la désintégration de l’UE comme un nécessité, comprenant une ligne de démarcation entre l’Europe des deux parties – dont l’une qui devient islamisée, et l’autre qui ne le veut pas.

Il a décrit ses choix de la manière suivante : «S’ils nous laissent tranquilles et ne nous forcent pas à l’islamisation, l’ Europe peut vivre en tant que le club des nations libres. Si, cependant, ils nous obligent à accepter le pacte de migration de l’ ONU ou les décisions de la Commission européenne, nous alignant ainsi à leur politique occidentale permissive, la désintégration ne peut pas être exclue » .

Lire aussi:  Viktor Orbán: « la force sera utilisée pour protéger la frontière, si Erdogan ouvre les portes »

Le premier ministre a poursuivi: « Pour nous , l’accusation selon laquelle nous ne sommes pas entièrement européens est une blague cruelle. Quand, après un demi-siècle d’occupation soviétique et de l’oppression communiste, nous avons finalement regagné notre liberté, quand l’Occident a ouvert ses bras pour nous embrasser, nous pensions que nous étions revenus à notre source – une famille de nations libres reposant sur les piliers de la culture chrétienne, l’identité nationale et la dignité humaine » .

« Même dans nos pires cauchemars, nous n’avons pas pensé que vingt-neuf ans après que nos nations enchaînées ont gagné la liberté et de réunir le continent, l’Europe serait à nouveau vulnérable aux ambitions impériales – celles qui cette fois ne proviennent pas de l’extérieur de ses frontières, mais à l’intérieur.

Il a ajouté que l’Europe n’est pas un melting-pot, mais la maison des nations.

Source VoiceOfEurope

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com