Un migrant somalien coûte à lui seul près de 1 million d’euros à l’État finlandais au cours de sa vie

Une étude pionnière menée par le think tank Suomen Perusta, liée au parti Finlandais, a estimé les coûts de vie associés aux migrants irakiens et somaliens, qui constituent les plus grands groupes de ce qu’on appelle « l’ immigration humanitaire » en Finlande, selon un rapport de Sputnik.

En utilisant les statistiques générées par le gouvernement, Suomen Perusta a calculé qu’en moyenne, un migrant irakien âgé de 20 à 24 ans devrait coûter 690.000 € à la Finlande.

Un migrant somalien du même âge coûterait encore plus cher avec 951.000 €.

Si les questions relatives aux enfants sont incluses, les coûts augmentent respectivement jusqu’à 844.000 € et 1.343.000 €. Par souci de comparaison, la valeur moyenne de référence pour les Finlandais de souche a été fixé à 0 euros.

La deuxième génération de migrants qui ont grandi en Finlande se sont avérés avoir un taux d’exclusion sociale et économique et un soutien du revenu 6 à 8 fois plus élevé que les jeunes adultes finlandais, bien qu’étant nés et ayant reçu une éducation de base en Finlande.

Un total de 49 et 50 pour cent des migrants irakiens et somaliens âgés de 22 ans ont bénéficié d’une aide sociale, contre seulement 11 pour cent de leurs pairs finlandais, selon le rapport. Certes, les auteurs n’ont pas tenu compte de toutes les variations fiscales possibles dans leur étude, en faisant valoir que selon cette dernière, les effets auraient été encore plus négatifs.

Certains d’entre eux peuvent également bénéficier d’une faible contribution pour les pensions de vieillesse, les coûts d’intégration et les coûts indirects des services de santé, plus élevés en raison de certaine facteurs, tels que les besoins de traduction.

Du point de vue des finances publiques finlandaises, les auteurs ont conclu que les nouveaux migrants ne devraient pas être accueillis en Finlande lorsque les effets attendus du cycle de vie sont négatifs.

Lire aussi:  Jean-Paul Gourévitch : le pacte de l’ONU sur les migrations est « vide et inapplicable »

« La conclusion de l’étude est qu’il est bénéfique de prendre des migrants nés en Irak ou en Somalie. »

Selon Migrationsverket (L’Office national suédois des migrations), près de 5 000 irakiens et un peu moins de 3 000 demandeurs d’asile somaliens ont reçu une décision positive l’année dernière.

Si le calcul de Suomen Perusta s’avère exact, les migrants bénéficieront respectivement d’un financement de 3,5 milliards € et 2,9 milliards €, a rapporté le journal Iltalehti.

Traduction Fabrice Drapel pour alter INFO

Source VoiceOfEurope

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :