Mueller a remis son rapport sur la collusion de Trump avec la Russie : dépression nerveuse à gauche (Màj)

Robert Mueller a donc finalement remis son rapport au ministre de la Justice. Deux ans d’enquête pour rien. Vingt-cinq millions de dollars d’argent des contribuables américains gaspillés. Des vies ont été détruites : celle du Général Michael Flynn, celle de Paul Manafort.

D’autres ont été gravement détériorées : celle de Roger Stone dernièrement, celles de Carter Page, George Papadopoulos, Michael Caputo. Paul Manafort risque de finir sa vie en prison parce qu’il a travaillé quelques semaines pour Donald Trump (les fraudes qu’on lui reproche datent d’il y a plus de dix ans et n’auraient fait l’objet d’aucune investigation sans l’enquête Mueller). Michael Cohen s’est révélé être un homme sordide et faible, mais lui-même n’aurait pas eu sa vie ruinée sans tout ce cirque infect.

Robert Mueller a exercé des pressions et des chantages. Il a utilisé des méthodes très douteuses dignes du KGB sous Brejnev. Il a embauché des procureurs sans scrupules. Il n’a rien trouvé parce qu’il n’y avait rien à trouver. Toute personne connaissant l’ensemble des composants de cette sordide affaire le savait. Je le savais. Je l’ai écrit.

Quasiment tous les journalistes américains se sont transformés pendant deux ans en propagandistes et se sont comportés de manière crapuleuse. Seuls, c’est un fait, les journalistes conservateurs ont gardé un sens de la déontologie professionnelle.

Quasiment tous les journalistes français se sont comportés en porte-cotons de leurs crapuleux confrères américains. Ils devraient tous avoir honte et démissionner. Ils n’auront pas honte et ne démissionneront pas. Ils n’ont ni morale ni sens de l’honneur. 

Avec une amertume et une crispation visible des traits du visage, plusieurs commentateurs de CNN ont dû reconnaitre que c’était une grande victoire pour Trump. Rachel Maddow a fondu en larmes en direct sur MSNBC. La gauche américaine va entrer en phase de dépression nerveuse.

Les démocrates du Congrès vont tenter de se conduire comme des pitbulls enragés pour cacher leur dépit, mais ils n’auront rien à se mettre sous la dent. S’ils continuent sur la voie qui est la leur présentement, ils vont s’autodétruire, et ce sera très bien ainsi : ils sont répugnants.

Le bureau du procureur de New York va tenter de mener quelques enquêtes supplémentaires qui ne déboucheront sur rien.

Lire aussi:  Bono: "Les partis politiques qui critiquent l'immigration de masse proviennent de Satan"

Il restera à drainer le marécage puant qui persiste à Washington et à tenter d’en finir avec l’Etat profond soigneusement mis en place par Barack Obama. Il en va de la survie de l’état de droit américain.

Il ne serait pas surprenant que William Barr, le nouveau ministre de la Justice nommé par Donald Trump en remplacement du minable Jeff Sessions ouvre quelques dossiers.

Tout ce processus honteux et indigne des Etats-Unis est né d’un dossier frelaté et faux commandé par la campagne de Hillary Clinton à un ancien agent secret britannique qui a utilisé des éléments de propagande russes.

Ce processus n’aurait pas pris l’ampleur qu’elle a prise si le FBI sous James Comey ne s’était conduit de manière criminelle, avec la complicité de John Brennan à la tête de la CIA, de James Clapper à la tête des services de renseignement, du ministre de la Justice Loretta Lynch, de Susan Rice, de Samantha Power. Tous ces gens devraient être en prison, et Hillary Clinton devrait les y rejoindre.

Il serait légitime que justice soit enfin faite.

Comme l’a dit Donald Trump lui-même : cela ne doit arriver à aucun autre Président dans le futur. Cela n’aurait pas du arriver à ce Président.

PS. Dois-je ajouter que seul Dreuz dans toute la presse francophone a dit ce qui devait l’être depuis le commencement ? Ce n’est pas à la gloire de la presse francophone. Les livres que j’ai consacrés à Trump sont les seuls où on peut trouver la vérité sur le sujet. Je n’ai pu les publier chez de grands éditeurs. Comment appelle-t-on une société où la vérité est exclue et remplacée par la propagande ?… Ce n’est pas du totalitarisme, mais cela y ressemble….

Lire aussi:  Trump aurait ordonné des frappes sur l'Iran avant de se raviser in extremis

Source Dreuz.info

Le procureur spécial Robert Mueller a été nommé en mai 2017 pour rechercher « tout lien et/ou coordination entre le gouvernement russe et des individus associés à la campagne de Donald Trump » dans la présidentielle 2016. Il aura aussi à se prononcer sur une éventuelle obstruction de la justice par le président des Etats-Unis.

Son enquête pourrait déboucher sur la révélation de crimes fédéraux, la mise en cause de proches de Donald Trump ou du président lui-même, voire sur un impeachment du 45e président des États-Unis, une hypothèse encore peu probable. À coups de tweets et de déclarations tonitruantes, Donald Trump dément depuis des mois toute « collusion » et dénonce une « chasse aux sorcières ».

Rapport Mueller : absence de preuve d’une collusion entre Moscou et l’équipe de Trump

Le procureur spécial Robert Mueller a conclu à l’issue d’une enquête de deux ans à l’absence d’éléments prouvant une entente ou une coordination entre l’équipe de campagne de Donald Trump et Moscou lors de la présidentielle de 2016.

«Les investigations du procureur spécial n’ont pas déterminé que l’équipe de campagne Trump ou qui que ce soit associé à celle-ci se soit entendu ou coordonné avec la Russie dans ses efforts pour influencer l’élection présidentielle américaine de 2016», a indiqué le ministre de la Justice Bill Barr dans un courrier transmis eu Congrès et rendu public ce 24 mars.

Détails à suivre…

Source RT

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :