WikiLeaks : Assange persécuté par des dirigeants sans scrupules

Temps de lecture : 4 minutes

De toute évidence, nous sommes entrés dans une ère de la surveillance et du dictat de l’opinion, dans laquelle le courage de dire la vérité doit généralement être payé avec de grands désavantages. Néanmoins, il y a des gens qui ne se laissent pas dissuader de faire toute la lumière sur les faits.

Ils préfèrent supporter de grands désavantages personnels et nager contre le courant de l’injustice, plutôt que de la confirmer par leur silence. De leur nombre est Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, qui a dévoilé entre autres, les programmes de surveillance des services secrets américains de la CIA et de la NSA, de nombreux crimes de guerre américains et de nombreux cas de corruption.

Depuis lors, il fuit le gouvernement américain, qui veut l’accuser d’espionnage. Pour Assange cela pourrait signifier 45 ans de prison ou même une condamnation à mort. En 2012, Assange s’est réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres ; là le gouvernement équatorien de l’époque lui a accordé l’asile et même la nationalité équatorienne.

Sous la pression politique grandissante du gouvernement américain, il doit maintenant être expulsé de l’ambassade, par la révocation de sa nationalité et de son droit d’asile ou simplement en le brisant psychologiquement. Cela entraînerait inévitablement son arrestation et son extradition.

Depuis 2010 Assange vit sans accès aux soins de santé de base et depuis avril 2018 il est strictement isolé, comme en isolement carcéral. Sa santé se détériore rapidement. Sa mère rapporte : « Mon fils est en danger de mort à cause de la brutale persécution politique de dirigeants sans scrupules, dont il a courageusement publié les crimes et la corruption en tant que chef de WikiLeaks. »

Chers téléspectateurs, quel prix gigantesque cet homme courageux paye pour son service de dévoilement venu du cœur !

Source Kla TV

Notre ami Assange vendu

WikiLeaks a cité une source gouvernementale équatorienne « de haut niveau » affirmant que Julian Assange pourrait être expulsé prochainement de l’ambassade de l’Equateur à Londres et que Quito a un accord avec le Royaume-Uni pour l’arrêter.

Lire aussi:  Genève aimerait accueillir Julian Assange

Par Joe Lauria

Spécial aux Nouvelles du Consortium

WikiLeaks a averti jeudi que son fondateur « sera expulsé de l’ambassade de l’Equateur à Londres dans un délai de quelques heures à quelques jours » et que l’Equateur a un accord avec la Grande-Bretagne pour le faire arrêter.

Le président Lénine Moreno utilisera le prétexte d’un scandale engloutissant sa présidence pour évincer Assange, a déclaré à WikiLeaks une  » source de haut niveau  » du gouvernement équatorien.

BREAKING: A high level source within the Ecuadorian state has told @WikiLeaks that Julian Assange will be expelled within « hours to days » using the #INAPapers offshore scandal as a pretext–and that it already has an agreement with the UK for his arrest.https://t.co/adnJph79wq— WikiLeaks (@wikileaks) 4 avril 2019

Moreno a accusé WikiLeaks d’avoir divulgué des documents l’impliquant, lui et sa famille, dans un stratagème de corruption avec une société d’investissement panaméenne, INA Investments Corp.  WikiLeaks a nié être à l’origine des fuites et aucun document relatif au scandale n’apparaît sur son site Web.

Moreno a déclaré que la fuite présumée de WikiLeaks est une violation d’un « protocole » avec Assange qui lui permet de rester à l’ambassade de Londres en échange de son silence public sur toute question politique. Assange n’a jamais accepté le protocole.  Ses comptes de médias sociaux ont été fermés par l’Équateur en mars 2018.

En raison de cette prétendue « brèche », Assange sera contraint de quitter l’ambassade et sera arrêté par les autorités britanniques. Assange est réfugié à l’intérieur de l’ambassade depuis 2012, craignant que s’il était arrêté, le Royaume-Uni ne l’extrade vers les États-Unis pour le traîner en justice pour publication d’informations confidentielles.

La semaine dernière, Assange s’est engagé dans un match de cri avec l’ambassadeur de l’Équateur à l’intérieur de l’ambassade. Le mouvement d’expulsion d’Assange se développe depuis des mois. La semaine dernière, Defend Assange, une publication de la WikiLeaks-linked Courage Foundation, a rapporté :

« Le 28 mars, le ministre des Communications, Andrés Michelena, a déclaré à CNN Español que les INApapers faisaient partie d’un complot de Julian Assange, du président vénézuélien Maduro et de l’ancienne présidente équatorienne Correa pour faire tomber le gouvernement Moreno. M. Assange est le Centre des Trolls, le hacker de l’ancien président Correa, et il s’occupe des médias technologiques et sociaux ».

Lire aussi:  Censure : l’ex-Président qui avait accordé l’asile à Assange bloqué sur Facebook

Le même jour, l’Assemblée nationale, au sein de laquelle le parti de Moreno et d’autres partis de droite sont majoritaires, a adopté une résolution invitant le ministère des Affaires étrangères à prendre des mesures contre l’asile d’Assange sur la base de la fuite des INApapers « dans l’intérêt national » si elle le juge pertinent.

Les partisans de WikiLeaks et d’Assange ont rapidement appelé à une présence accrue à l’ambassade de l’Équateur, située au numéro 3, Hans Crescent à Londres.

La mère de Julian Assange, Christine Assange, a tweeté sur Twitter :

URGENT

Julian about to be expelled from Embassy into hands of UK (US)!

NEEDED NOW!

* 24/7 Citizens Vigil

*24/7 Livestreaming using hashtag #ProtectJulian

WHERE:#Ecuador Embassy
3 Hans Cres
LONDON
(Knightsbridge Railway Station/Piccadilly line)

Please RT/share widely https://t.co/SARV6m7p4Z— Mrs. Christine Assange (@AssangeMrs) 4 avril 2019

Une retransmission en direct de ce qui se passe à l’extérieur de l’ambassade peut être trouvée ici :

Le journaliste et cinéaste primé John Pilger a écrit sur Twitter : « WikiLeaks rapporte que Julian Assange est sur le point d’être expulsé de l’ambassade équatorienne à Londres. S’il vous plaît, remplissez la rue devant l’ambassade et protégez-le, et montrez votre solidarité avec un homme courageux, dont la lutte devrait tous nous toucher. »  Une vigile marathon en ligne pour Assange débutera vendredi à 16 h HNE, pour être diffusée sur le Web par Consortium News.

Christine Assange, dont le compte Twitter a été bloqué à deux reprises au cours des deux dernières semaines, est attendue à la veille.

Elizabeth Vos

Source : Consortiumnews.com via Crashdebug + voir la vidéo

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com