Royaume-Uni : des milliards d’euros détournés au profit d’Al-Qaïda ?

Des gangs pakistanais et indiens auraient, au moyen d’un vaste système de fraude sociale et fiscale, détourné de colossales sommes d’argent au profit de l’organisation terroriste, sans que cela n’alerte le fisc britannique.

C’est une révélation glaçante que vient de faire le Sunday Times, et dont Le Figaro s’est fait l’écho. Dans une longue enquête parue récemment dans l’hebdomadaire britannique, on apprend que des milliards de livres sterling auraient été détournés pendant des années pour financer Al-Qaïda par le biais d’une vaste fraude sociale et fiscale à travers le pays, à laquelle auraient pris part des gangs pakistanais et indiens. Quelque huit milliards de livres d’argent public auraient ainsi été pillés, sans compter les diverses escroqueries visant les entreprises ou les personnes.

Le fisc britannique a-t-il « protégé » les fraudeurs ?

Un scandale d’autant plus bruyant que le fisc britannique, « Her Majesty’s Revenue and Customs » (HMRC), est accusé là de laxisme et d’avoir manqué de vigilance. Selon l’enquête relayée par Le Figaro, l’organisme public aurait refusé de transmettre ses informations aux services de renseignement afin de « protéger les données fiscales » des fraudeurs, pourtant identifiés en amont. Une affaire qui n’est pas sans rappeler celle des viols collectifs perpétrés pendant plusieurs décennies par des gangs indo-pakistanais. Les services publics britanniques avaient alors été accusés d’avoir renoncé à certains dossiers pour éviter d’être taxés de xénophobie.

Ainsi, le Sunday Times décrit un gang aux nombreuses ramifications, de Londres à Birmingham en passant par le nord-ouest de l’Angleterre jusqu’en Écosse. À partir des années 1990, l’organisation se serait livrée à différents types de fraudes, la plus rentable venant de détournements de fonds d’argent public à l’aide de faux numéros de sécurité sociale, de fraude aux allocations, mais également de fraudes de grande ampleur, comme la fraude carrousel à la TVA, qui aurait rapporté un milliard de livres à elle seule, précise Le Figaro. Côté privé, les fraudes concernaient des ventes de contrefaçon, des arnaques à l’assurance automobile, aux prêts immobiliers, aux cartes de crédit, etc.

Lire aussi:  Attaque de Strasbourg : des témoins auraient entendu l'assaillant crier «Allah akbar», selon le procureur de Paris
Le Parti travailliste impliqué ?

Le journaliste de l’hebdomadaire britannique, Tom Harper, explique qu’environ 80 millions d’euros auraient ainsi été directement transférés à Al-Qaïda au Pakistan et en Afghanistan, ensuite alloués à la création de camps d’entraînement, notamment. À en croire le MI5, le contre-espionnage britannique, une partie des fonds serait même parvenue au refuge d’Oussama Ben Laden au Pakistan, avant sa mort en 2011. Des activités illégales rendues ainsi possibles par l’inaction des services fiscaux, accuse l’enquête.

Au lendemain des attentats du 11-Septembre, un responsable avait alerté sur la valeur des informations détenues par le fisc. En 2003, une enquête était menée sur les activités de l’islamiste Shehzad Tanweer, lequel se fera exploser deux ans plus tard dans le métro londonien, en juillet 2005, tuant plusieurs dizaines de personnes.

A l’époque, un cadre du HMRC s’était vu interdire par son organisation de communiquer à ce sujet avec le MI5. Pire, le Sunday Times avance l’hypothèse selon laquelle les escrocs auraient infiltré de nombreuses agences gouvernementales, think-tank et cercles d’affaires, et corrompu des politiciens. Le journal évoque ainsi des « milliers de livres » possiblement versés au Parti travailliste, alors au pouvoir.

Source Valeurs Actuelles

 

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :