Incendie de Notre-Dame-de-Paris: accident, négligence, attentat ? LCI évoque 2 départs de feu

Après le temps de l’émotion, il faut laisser place à la réflexion. Cet immense incendie de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris soulève de nombreuses questions quand à ses origines : criminelles, accidentelles, dues à de l’incompétence, de la négligence…?

Après les profanations à la Basilique des Rois de Saint-Denis par un Pakistanais de 41 ans, arrivé en France deux mois auparavant, après l’incendie volontaire à l’église Saint-Sulpice et les multiples profanations quotidiennes des églises de France, Macron et le gouvernement doivent sérieusement enquêter sur une possible origine criminelle derrière cet incendie. LCI évoque d’ailleurs deux départs de feu.

S’agit-il d’un crime ou d’une négligence ? On n’a jamais vu une telle série d’incendies involontaires sur le patrimoine d’un pays. Notre-Dame, hôtel de Bourbon-Condé, hôtel Lambert, hôtel de ville de La Rochelle, château de Mesnières-en-Bray… Cela fait beaucoup de monuments en cours de restauration qui finissent en flamme. C’est un problème de moyens financiers ? De normes de sécurité ? Des ouvriers peu qualifiés ?

Je travaille à Paris depuis 2000 comme tailleur de pierre, j’ai fait plein de chantiers, il faut voir dans les équipes, ils nous ont imposé des maliens, des cap verdiens, des maghrébins, beaucoup nous haïssent, prient sur les chantiers explique un tailleur de pierres français sur les réseaux sociaux.

« Notre-Dame qui brûle c’est le symbole de la chute d’un État, d’une nation, d’une civilisation. 9 siècles d’histoire démolis par 40 ans de déconstruction et de relativisme culturel. Ici le hasard n’existe pas. » Jean-Yves Le Gallou.


« Nous sentons que ce désastre illumine magistralement ce que notre société est en train de vivre: une destruction systématique de notre héritage, notre culture, notre histoire. Je maudis ceux qui méthodiquement déconstruisent notre civilisation au nom du progressisme sans limite. » Frédéric Gallois.

Source Medias-Presse.info

Lire aussi:  Une vague de profanations d’églises en France
Plusieurs questions que l’on est en droit de se poser
  • Tout d’abord est-ce que des mesures anti-incendie suffisantes avaient été prises ? La charpente étant évidemment en bois, le risque de destruction par le feu était grand. Il ne semblait pas très compliqué d’installer, dans cette charpente, un système anti-incendie du type sprinkler comme celui que l’on trouve dans les entreprises ou les immeubles récents. Surtout que la Seine est au pied du bâtiment. Vu l’image que cet édifice représente pour le pays, les questions de coût étaient totalement dérisoires par rapport aux risques. Qui était en charge de la sécurité du bâtiment ? Qui décidait ?

D’après Le Parisien :

André Finot, le responsable de la communication de la cathédrale Notre Dame ajoute : « Il y a 4 ou 5 ans, le ministère de la Culture avait financé de gros travaux anti-incendie. »

Vraiment ? Alors soit le système était complètement inefficace, soit il a été désactivé.

  • L’intervention des pompiers a-t-elle été à la hauteur ? Sous quels délais les secours sont-ils arrivés ? Un plan d’intervention spécifique à ce bâtiment était-il prévu ? Les risques avaient-ils été anticipés ? Sachant qu’il y avait un échafaudage en place, l’intervention au cœur de l’incendie n’aurait-elle pas dû être rapide et efficace ?

  • Il y avait des travaux de rénovation. On sait que les risques augmentent (étincelles de machines, produits chimiques instables, cordons électriques défectueux…). Une surveillance particulière du chantier avait-elle été mise en place ? L’accès à l’échafaudage était-il sécurisé ? Personne n’était de garde pour constater le début de l’incendie et le circonscrire rapidement ?

  • Comment l’incendie a-t-il pu démarrer à 19h alors que le chantier s’arrêtait vers 17h, 17h30… si la cause provient bien de celui-ci ?

  • Pourquoi un hélicoptère n’a-t-il pas été utilisé ? On peut comprendre qu’un canadair soit inapproprié et susceptible de détruire les murs avec l’eau larguée, mais avec un hélicoptère, on peut larguer de petites charges de manière précise. Est-ce qu’il y en avait un équipé et prêt à décoller pas très loin de Paris ? Est-ce que cela avait été anticipé ?

Lire aussi:  Incendie de Notre-Dame : les investigations sur les causes du drame commencent à donner des réponses et révéler des faits troublants

Et enfin, pourquoi tous ces départs de feux dans les églises ces derniers temps ?

  • Outre celui de Notre-Dame de Paris, rappelons qu’il y a eu celui de l’Église Saint-Suplice à Paris en mars :

Et celui de la cathédrale de Lavaur dans le Tarn :

Vu sur Wikistrike

Source Sott.net

Crédit Photo : REUTERS/Benoit Tessier

 

2 pensées sur “Incendie de Notre-Dame-de-Paris: accident, négligence, attentat ? LCI évoque 2 départs de feu

  • 16 avril 2019 à 17 h 05 min
    Permalink

    ce qui est curieux, c’est que lors de l’explosion d’AZF à Toulouse, immédiatement le procureur local a privilégié l’accident qui s’y connait en explosifs comme moi en droit) sans méme que les experts soient rentrés sur le site, et bien à Paris hier soir, de méme : c’est un accident! ah bon….

    Répondre
    • 16 avril 2019 à 18 h 27 min
      Permalink

      En effet, les premières déclarations ont vite conclu à un acte non criminel, alors même que la police scientifique n’a pas pu se rendre à l’intérieur de l’édifice. Il y a là comme un non-sens.

      Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :