Suède : 41 municipalités contraintes à accepter le retour des membres de l’Etat islamique

Temps de lecture : 2 minutes

Une liste récemment publiée par le Centre pour l’extrémisme violent (CVE) a révélé que 41 des 290 municipalités suédoises seront forcées d’accueillir le retour des membres d’ISIS.

Selon le média suédois SVT , le Centre pour l’extrémisme violent a invité les responsables de 41 municipalités suédoises à un événement qui vise à leur apprendre à gérer le retour des membres de l’EI, afin de « fournir un soutien aux autres municipalités qui peuvent être en mesure de recevoir les adultes et enfants qui reviennent des zones auparavant contrôlées par l’État islamique. »

Un conseiller principal au CVE, Anders Kretz, a déclaré que les membres d’ISIS provenant d’anciens territoires de l’Etat islamique, avaient actuellement déjà fait le chemin de retour vers la Suède, selon les données des forces de sécurité suédoises, SAPO.

Attachée de presse pour Säpo, Karl Melin, a confirmé qu’ils travaillaient bien avec la CVE sur cette question, en déclarant: « L’information va à tous ceux qui sont impliqués d’une manière ou d’une autre pour travailler de la meilleure des manières avec la question. »

Melin a poursuivi en disant: « Le but est de créer des conditions favorables pour la police et les municipalités, afin d’être en mesure de traiter au mieux les personnes qui sont ou ont été dans les zones de conflit et qui ont la possibilité de revenir en Suède. »

Selon la loi suédoise, les membres de l’Etat islamique qui ont des passeports suédois ne peuvent pas être refusés. Tel est le prétexte évoqué afin que les 41 municipalités soient obligées d’accepter les rapatriés d’ISIS.

Lire aussi:  Suède - un chercheur déclare : des islamistes ont tenté d'infiltrer la politique suédoise depuis les années 1980

Il semble que, selon les libéraux suédois, les membres de l’EI disposent du droit de se réinstaller comme ils l’entendent et même de réclamer des avantages sociaux.

Environ 50 pour cent des 300 « Suédois » qui ont fait le voyage en Irak et en Syrie depuis 2012, pour rejoindre leurs frères et sœurs terroristes de l’Etat islamique, sont déjà revenus en Suède.

Certains hommes politiques de gauche ont même suggéré que le gouvernement devrait intégrer le retour des combattants ISIS dans la constitution suédoise. Plusieurs municipalités ont offert aux jihadistes leur retour, des cours de conduite gratuits, un logement gratuit, et même l’annulation de leur dette envers la Suède, afin de faciliter leur retour dans la société occidentale.

Mais toutes les municipalités ne sont pas enclines à accueillir le retour des djihadistes à bras ouverts. Christian Sonesson, le président du conseil municipal de Staffanstorp, a exprimé sa volonté de refuser à tous les services municipaux de favoriser le retour des jihadistes.

Le mois dernier, Sonesson, qui est membre du Parti modéré de la Suède, a déclaré: « Nous pensons que c’est déraisonnable. Si vous avez rejoint ce type d’organisation estampillée de terreur, vous vous êtes également détourné de la société démocratique et des systèmes de protection sociale. »

Mais Sonesson n’est pas le seul qui s’oppose et dénonce tout cela. D’autres membres du camp plus modéré des Suédois ont exprimé de graves inquiétudes à propos du retour des combattants de l’État islamique. Michael Helders, un militant anti-extrémisme violent à Malmö, a affirmé que les membres d’ISIS revenus ont déjà commencé le processus de recrutement de nouveaux membres dans les mosquées souterraines.

Traduction Fabrice Drapel pour alter INFO

Lire aussi:  Décision de la Norvège sur les terroristes de l'EI : les expulser de manière permanente

Source SVT via Voice of Europe

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com