L’hypocrisie de Macron au sujet du drame de Notre-Dame de Paris

Le soir du 15 avril 2019, la nouvelle s’est propagée comme une traînée de poudre dans les médias que la cathédrale Notre-Dame de Paris, mondialement célèbre, était « en feu ». L’incendie s’était déclaré dans les combles et avait détruit presque toute la charpente du toit. Selon les informations de l’agence de presse française AFP, l’incendie pourrait être lié à des travaux de restauration en cours.

Le ministère public de Paris suppose également que l’incendie dévastateur a été causé par un accident. Le chef de l’Etat français Emmanuel Macron a twitté : « Comme tous nos compatriotes, je suis triste ce soir de voir brûler cette part de nous.». Le président du Conseil européen Donald Tusk, le président américain Donald Trump, et de nombreux autres chefs d’État ont également exprimé leur consternation devant cet incendie.

Albrecht Müller, économiste et rédacteur en chef du site Web critique « NachDenkSeiten », voit une certaine hypocrisie dans la déclaration de Macron. Le 17 avril 2019, Müller écrit dans son article intitulé : « Des dizaines de Notre-Dame ont également été réduites en ruines avec le soutien militaire de la France » : C’est terrible que la célèbre cathédrale de Paris ait été victime d’un incendie. Mais la destruction de biens culturels d’importance au moins similaire en Irak, en Libye, en Syrie, au Yémen et dans de nombreuses autres parties du monde a été tout aussi terrible. Ces pays ont été victimes de guerres occidentales impliquant la France, les États-Unis, la Grande-Bretagne et d’autres nations.

L’écrivain, journaliste et rédacteur allemand Wolf Wetzel a lui aussi parlé dans un article du rôle de la France dans la destruction au Yémen. Écoutez maintenant un extrait de l’article de Wolf Wetzel intitulé : « Notre-Dame – Un éloge funèbre légèrement différent » :

« Les nouvelles en sont pleines depuis deux jours, les images se gravent dans nos têtes. On peut ressentir la douleur, la perte, l’impuissance. L’impuissance de ne rien pouvoir faire, de voir quelque chose de beau et de précieux se transformer en décombres et en cendres. Il s’agit de la cathédrale Notre-Dame de Paris, qui a pris feu le 15 avril 2019. […] Plus je regarde cette tragédie, plus je dois regarder ces visages affectés, moins cela me touche. Ma compassion diminue. »

Notre-Dame ne se trouve pas seulement à Paris Le même jour de l’incendie de Notre-Dame, nous apprenons que des documents « secrets » ont été rendus publics, prouvant ce que les gouvernements français ont toujours nié :

Ils sont constamment impliqués dans des crimes de guerre. Ils comptent parmi les plus grands pourvoyeurs d’armes d’une guerre qui ne saurait être plus barbare. L’industrie française de l’armement et de la guerre fournit à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis (EAU) les armes mêmes qui rasent le Yémen depuis quatre ans déjà. Dans un article du 16 avril 2019, Florian Rötzer, rédacteur en chef du magazine en ligne « Telepolis », explique :

« La fuite d’un document gouvernemental secret publié par des journalistes d’investigation sur la nouvelle plateforme Disclose, avec un dossier complet sur la guerre sale, montre à quel point le gouvernement français voit cela avec pragmatisme. Il s’agit d’un rapport secret de 15 pages des services secrets militaires (DRM Direction du Renseignement Militaire) de septembre 2018 : il porte sur les armes vendues à l’Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes Unis (EAU) depuis 2015, date du début de la guerre au Yémen.

Le rapport a également été présenté au président Macron en octobre et montre où les armes françaises sont utilisées. »

« Le gouvernement français affirme depuis des années que les armes sont utilisées exclusivement à des fins de défense et ne sont donc en aucune façon utilisées pour des crimes de guerre. Le fait est, dit Rötzer, que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis continuent de commettre des crimes de guerre en bombardant des civils et en bloquant l’aide extérieure. Les Nations Unies décrivent depuis longtemps la situation au Yémen comme la crise humanitaire la plus grave, avec 7 millions de personnes sous-alimentées et 80 % de la population dépendant de l’aide extérieure. »

« Il ne reste presque plus rien de cette terre. Il n’y reste presque plus pierre sur pierre. Combien de fois ça a brûlé là-bas ? Sans église, on peut – encore très bien – vivre, mais sans maison ? […] Des centaines de millions d’euros de dons ont déjà été promis pour Notre-Dame – pour sa reconstruction à Paris, « symbole de Paris et de la nation », « édifice pour l’éternité ». Pas pour le Yémen. L’incendie de la cathédrale Notre-Dame est un accident. Ce qui se passe au Yémen n’est pas un accident, mais c’est délibéré… et très lucratif. »

Wolf Wetzel, 16 avril 2019

Source Kla TV

Lire aussi:  Macron : "Notre-Dame doit être reconstruite conformément à la modernité et la diversité de la France" - les architectes suggèrent un toit en verre, une flèche en acier ou... un minaret !

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :