La Suisse se réchauffe deux fois plus vite!

La Suisse se réchauffe à grande vitesse, avertit 24 Heures dans un article fleurant bon l’hystérie. Le réchauffement y serait encore plus rapide qu’ailleurs:

«En Suisse, le réchauffement est nettement plus élevé que la moyenne mondiale», a souligné [Sonia Seneviratne, chercheuse en science du climat à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ)], qui a effectué une évaluation sur la base des données de MétéoSuisse entre 1864 et 2017. Comparant un réchauffement à 2 degrés par rapport à 1,5 degré, elle a calculé que l’évolution en Suisse serait deux fois plus rapide qu’en moyenne globale.

Après ce paragraphe encore plus alarmiste dans un article déjà truffé de glapissements, l’avertissement est immédiat:

Tout retard dans l’adoption de mesures augmente non seulement les risques qui en découlent mais limite aussi la marge de manoeuvre pour la politique et la société.

Donc voilà, je réécris pour les mous du bulbe: vous avez bien compris comment il faut voter en octobre! C’est important! L’avenir de la Suisse, de l’Europe et du monde est en jeu! Pas moins! Et je ne plaisante même pas:

Une fois qu’un certain niveau de température a été atteint, celui-ci persiste pendant des siècles, voire des millénaires.

Il faut avoir une imperméabilité au doute qu’on ne trouve que chez les esprits les plus fanatiques pour énoncer de telles énormités sans tousser. Sur quelles preuves reposent des déclarations aussi extrémistes? Sur la base des modèles climatiques défaillants? Car ce n’est pas tout que d’échouer à prévoir chaque année la température moyenne jusqu’à 2050 ou 2100, il faut aussi prétendre prévoir la suite sur des siècles, voire des millénaires! Et si ce n’est pas sur cela que reposent ces déclarations outrancières, on aimerait bien savoir quoi alors, mais ne comptons pas sur le journaliste pour poser la question.

Ensuite, il nous reste les méthodes d’apprenti-sorcier:

Le seul remède restant (sic) réside alors dans les émissions dites négatives qui peuvent être réalisées à l’aide de systèmes techniques et biologiques qui éliminent le CO2 déjà émis dans l’air.

Entre spécialistes, on appelle ces systèmes la “végétation” et elle fait très bien son boulot depuis quelques milliards d’années. Mais les écologistes de combat qui sévissent désormais dans les universités et les rédactions travaillent sans doute à préparer le public aux prochaines étapes, les projets aussi délirants que gigantesques destinés à modifier artificiellement la composition de l’atmosphère terrestre…

Lire aussi:  «Elle est hélas ce vers quoi l’Homme va»: quand Michel Onfray s’en prend à la «cyborg suédoise» Greta Thunberg

Pendant que les Helvètes sont amenés à contempler leur nombril en se fouettant de leurs péchés climatiques, un petit zoom arrière sur la presse internationale (merci à rjb77ca) nous permet de comprendre un peu mieux ce qu’il se passe à l’échelle mondiale:

Ça chauffe de partout plus que la moyenne!

C’est assez incroyable quand on y pense: où sont ces endroits où le réchauffement climatique est plus faible que la moyenne? Ils n’existent pas. La température moyenne semble monter plus vite que la moyenne partout – en tout cas, surtout là où l’on vote.

Mère Nature fait décidément bien les choses.

Stéphane Montabert – Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 26 avril 2019

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :