Lausanne : le débat sur « L’Islam conquérant » n’a pas conquis tous les auditeurs

Les critiques ont fusé, les réactions du public aussi. Une soirée animée où un certain spécialiste de l’islam a étonné.

Près de 300 personnes ont assisté au débat sur le livre de Shafique Keshavjee, sans l’auteur. La partie réservée aux questions et remarques du public a été très animée et très diverse. Shafique Keshavjee a reçu un fort soutien. J’ai cité lors d’une brève intervention des propos d’Abdelwahab Meddeb, l’un des auteurs les plus érudits et respectés en matière d’islam. Il était  désespéré de voir ce que cette religion est devenue aujourd’hui. Je reprendrai ses citations au fil de ce bref compte rendu.

Pour moi, cette soirée a permis une découverte, celle de Wissam Halawi. Il enseigne non pas les «sciences islamiques», mais la science tout court et ce qu’on sait de l’origine et des pratiques de cette religion. Il met implicitement en question la quasi totalité du récit musulman, dont l’immense littérature consacrée aux hadiths de Mahomet.

Le prophète – presque absent de l’Histoire – est censé avoir été parfait. Il est idolâtré, malgré ce que dit la biographie à laquelle adhèrent les musulmans. Meddeb : «Nous avons affaire à un prophète qui a été violent, qui a tué, qui a appelé à tuer.»

Halawi donne l’exemple des travaux de Patricia Crone qui démontre que La Mecque n’était en aucun cas un carrefour de caravanes. La fabrication du Coran ne correspond évidemment pas non plus au statut qui lui est attribué de révélation incréée, parole de Dieu parfaite et éternelle.

Meddeb : «Vous n’avez pas à ériger votre livre saint en intouchable vecteur d’une parole divine incontestée, éternelle, incréée (...) il importe de «neutraliser les dispositions qui, dans la lettre coranique, appellent à la guerre».» C’est ce qu’une centaine d’intellectuels ont récemment et vainement réclamé sous les hauts cris des responsables musulmans: frapper d’obsolescence les passages violents.

Lire aussi:  Dénonciaiton de la Mosquée de Lausanne au procureur général vaudois

Halawi reproche à Keshavjee sa « méthodologie » qui en fait un ouvrage non scientifique.  On s’en balance un peu. L’approche de l’auteur est parfaitement pertinente, pose de multiples et pertinentes questions, et rejoint celle de nombreux chercheurs musulmans critiques.

L’IQRI , du Réseau évangélique, a édité le livre de Shafique Keshavjee.

Pour le sociologue Philippe Gonzalez, les évangéliques sont une véritable addiction. Il en fait un long et inquiétant portrait censé montrer que ces chrétiens sont aussi dangereux que les musulmans fondamentalistes. Je n’ai pas compris l’intérêt de cette démonstration. En quoi ces évangéliques-là nous concernent-ils? Menacent-ils notre liberté d’expression? Imposent-ils aux femmes un habillement humiliant? Se font-ils exploser au milieu des foules?

Cette comparaison, en particulier pour la Suisse, est parfaitement absurde. Et si elle était légitime, en quoi l’extrémisme des évangéliques exonérerait-il celui de l’islam? J’ai des amis évangéliques, nous avons des divergences, mais une estime réciproque. Je n’ai jamais perçu chez eux les sombres desseins que dépeint le sociologue.

Sandrine Ruiz, qui n’a pas fini l’ouvrage, est choquée. «Tout musulman est-il soupçonnable d’être un conquérant?» Oui, et il doit l’être! L’idée que cette religion est si merveilleuse qu’elle doit gagner la planète entière est une constante. Mais ce ne sera pas par les armes comme au temps des grandes conquêtes…

La présidente de l’Union vaudoise des associations musulmanes estime que si les musulmans vaudois sont pacifiques, c’est à cause de leurs textes fondateurs. Mais si Daesh est féroce, c’est à cause de…?

Elle estime cependant qu’il faut « répondre à ces peurs ». Pascal Gemperli a prouvé une fois de plus le refus absolu des responsables musulmans. Il a répondu par l’ironie et la désinvolture. Il voudrait que nous nous contentions de savoir que les musulmans respectent la loi suisse. Mais pourquoi ne pas respecter QUE la loi suisse? Pourquoi se plonger dans la charia et ses injonctions, pourquoi étudier le « droit musulman » (fiqh) dans les mosquées?

Lire aussi:  Rappel: Une activiste allemande "Welcome Refugees" assassinée par un chauffeur de camion marocain

Pour Meddeb, les musulmans devraient «déclarer l’irrecevabilité de la charia», dont de nombreuses dispositions s’opposent aux droits humains. Plutôt que nous servir des explications obscures sur le petit et le grand djihad, les multiples djihads sympas, pourquoi ne pas renoncer à ce terme?

C’est ce que propose Meddeb. Même s’il considère que ce terme est mésinterprété, «il recèle un potentiel de violence et une force de perversion tels qu’on ne peut les neutraliser qu’en anéantissant la notion même de djihad». Et pourquoi pas dans un même mouvement, renoncer au foulard? «… le mal qui atteint les sociétés islamiques est des plus graves ; peut-être même est-il quasi incurable. Et je pense plus que jamais que la question du voile en est le symptôme le plus voyant.»

Je m’éloigne encore un peu du débat, mais pas du sujet. Les musulmans sont appelés par l’érudit à cesser de juger les actes et les paroles sur le mode du châtiment et de la récompense, de l’Enfer et du Paradis, «marchandage de bazar» qui renforce la censure du groupe. J’en donnerais l’exemple assez hallucinant quand on y pense des cinq prières par jour qui doivent s’effectuer à la minute près.

Enfin, Michel Kocher, journaliste et théologien, a emporté l’adhésion d’une grande partie de l’auditoire. Il estime que  ce genre d’ouvrages doit faire partie du débat public où toutes les questions peuvent être posées, et que l’on discute, débatte, réponde, «pour que les guerres des dieux n’aient plus lieu».  C’est le seul à avoir été applaudi.

Source : Boulevard de l’islamisme

 

Plus de partages

2 pensées sur “Lausanne : le débat sur « L’Islam conquérant » n’a pas conquis tous les auditeurs

  • 2 mai 2019 à 17 h 20 min
    Permalink

    Bonjour,

    trouvait près de la gare. entre 4 yeux, soit les siens et les miens, il m’a tenu les propos suivants presque mot pour mot, comme quoi, si une personne se faisait exploser et tuait des non musulman, tout en priant Allah en déclenchant sa bombe, qu’il irait instantanément au Paradis entouré de toutes ces vierges, alors que l’ensemble des non croyants se retrouveraient immédiatement en enfer!

    A l’époque j’ai envoyé des mails et j’ai alerté la plupart des partis politiques au pouvoir et proche du pouvoir dans le canton de Vaud et au niveau de la Confédération Helvétique, mais je n’ai reçu aucune réponse en retour.

    Bien à vous toutes et tous.

    Répondre
  • 2 mai 2019 à 17 h 28 min
    Permalink

    Oups !

    Mon commentaire s’est retrouvé tronqué dans le début de sa première phrase, voilà donc l’entier, c’est également le commentaire que j’ai partagé pour cet article sur mon compte Facebook, et à ce présent commentaire si dessous, j’y ajoute en PS un petit note que certaines mauvaises langue désigneront plus comme étant publicitaire que de la transmission d’informations personnelles :

    Bonjour,

    En 2005, j’ai rencontré l’Imam de la mosquée de Lausanne qui se trouvait près de la gare. entre 4 yeux, soit les siens et les miens, il m’a tenu les propos suivants presque mot pour mot, comme quoi, si une personne se faisait exploser et tuait des non musulman, tout en priant Allah en déclenchant sa bombe, qu’il irait instantanément au Paradis entouré de toutes ces vierges, alors que l’ensemble des non croyants se retrouveraient immédiatement en enfer!

    A l’époque j’ai envoyé des mails et j’ai alerté la plupart des partis politiques au pouvoir et proche du pouvoir dans le canton de Vaud et au niveau de la Confédération Helvétique, mais je n’ai reçu aucune réponse en retour.

    Bien à vous toutes et tous.

    PS:

    J’ai écrit un manuscrit qui sera prochainement publié par la maison d’Editons parisienne Spinelle, dont le titre est : « Nouvelle voie pour l’Eveil ».

    Cet écrit est une proposition de solution globale et suffisamment détaillée afin qu’elle soit applicable par chacun de nous à partir de notre ressenti de notre environnement et la place que véritablement nous occupons dans celui-ci, où par rapport à celui-ci.

    Ainsi, lorsque suffisamment de personnes modifieront à partir de la transmission que je propose dans le livre qui sera prochainement publié par la maison d’Editons parisienne Spinelle, sous le titre “Nouvelle voie pour l’Eveil”, le regard de chaque personne qui mettra en application l’écrit qui est assez simple dans sa version de base, pour non pas se complexifier au final en devenant plus ardu, mais dans le sens d’une ouverture totale sur notre environnement, soit :

    « Par cette nouvelle manière de voir l’environnement et de pouvoir nous situer par rapport à celui-ci, tout comme l’exprime la physique quantique, le fait même d’observer le déroulement d’une expérience, modifie les résultats de celle-ci, eh bien, la manière que l’on a de ressentir, voir l’environnement va modifier la nature de celui-ci, ainsi que notre vision de ce que nous sommes par rapport à l’environnement et notre place dans cette expérience en tant non plus qu’observateur de l’expérience, mais également en tant qu’acteur immergé dans celle-ci. ».

    Si chacun respectera les besoins des autres, il verra aussi que l’on respectera aussi les siens.

    Alors ainsi nous tous, modifierons de manière irrémédiable, ce Monde, notre Monde, au profit et bénéfice de tous, y compris le plus insignifiant insecte et la plus insignifiante plante.

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite que je pourrais dans un avenir pas trop lointain, dire à chacun, non seulement bonjour, mais bonjour et bon éveil !

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
%d blogueurs aiment cette page :