Suisse : Plus de 80 pour cent des migrants somaliens sont à l’aide sociale

Temps de lecture : 2 minutes

De nouvelles données recueillies et publiées à la fois par l’Office fédéral de la statistique et le Secrétariat d’Etat pour les migrations montrent que sur un peu plus de 4 000 Somaliens vivant en Suisse fin 2017, la quasi-totalité d’entre eux bénéficiaient d’une assistance sociale, selon 20 Minutes.

Avec un taux de 83,7 pour cent, les Somaliens sont de loin les plus grands bénéficiaires de l’aide sociale. Plusieurs autres nationalités affichent également des taux de plus de 50 pour cent, comme les Erythréens à 54,7 pour cent et les Angolais à 54 pour cent.

Les statistiques contrastent fortement avec le nombre de ressortissants suisses bénéficiant de l’aide sociale, qui ne représente que 2,3 pour cent de la population – celui des ressortissants japonais étant le plus faible de tous, avec seulement 0,6 pour cent.

Damian Müller, du parti libéral suisse (FDP), a déclaré que les chiffres montrent qu’un nombre trop élevé de demandeurs d’asile non qualifiés ont droit à une aide financière de l’État et que les efforts déployés pour intégrer à l’économie suisse les personnes ayant le statut de réfugié ne sont pas suffisants.

“L’intégration n’est pas une voie à sens unique”, a-t-il insisté, ajoutant que “les migrants sont [également] responsables.”

Bachir Gobdon, de l’association de la diaspora somalienne, attribue une partie de la responsabilité du taux élevé d’aide sociale dans la communauté somalienne à la taille de la famille, déclarant: « Par exemple, ils travaillent dans le secteur de l’hôtellerie où les salaires sont bas. Une famille qui a sept enfants, par exemple, ne peut pas en vivre. »

Les statistiques de la Suisse ressemblent à celles d’autres pays comme la Suède, où le taux de chômage des migrants est beaucoup plus élevé que celui des Suédois de souche.

Les chiffres publiés l’été dernier ont montré que le taux de chômage des Suédois n’était que de 3,6 pour cent, alors que celui des migrants était de 19,9 pour cent.

En Allemagne, un rapport de l’Agence fédérale allemande pour l’emploi a révélé l’année dernière que plus de la moitié des bénéficiaires du programme d’aide sociale étaient des migrants. Les migrants bénéficiaires de l’aide sociale ont augmenté de 69 pour cent depuis 2010, tandis que les allocations sociales allemandes ont diminué de 20 pour cent.

Traduction Fabrice Drapel pour alter INFO

Lire aussi:  Laïcité, immigration : le Québec durcit sa ligne et s'oppose à la politique portée par le Premier ministre canadien Trudeau

Source 20 Minutes

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

2 pensées sur “Suisse : Plus de 80 pour cent des migrants somaliens sont à l’aide sociale

  • 2 mai 2019 à 17 h 46 min
    Permalink

    Bonjour,

    J’ai trois formations, deux techniques et une sociale que j’ai exercé plus de 20 ans et qui fut ma dernière activité professionnelle en Suisse soit jusqu’à fin juillet 2016, soit éducateur spécialisé.

    L’on m’a licencié pour des motifs fumeux, pas très clair, mais sans doute économique, car peu avant mon licenciement le directeur dit à tous les employé réunis pour discuter du cadre de notre nouvelle convention collective de travail que j’étais le plus vieux et celui le mieux payé de la quinzaine d’éducateur que comptait cette institution près de Lausanne, et quinze jour après j’ai été licencié.

    Sans doute à cause qu’à près de 54 ans je coûtais trop cher. Le fait est que ce directeur, dès m’avoir licencié à annoncé quelques jours à peine plus tard, l’engagement pour quelques mois plus tard de deux jeunes éducateurs diplômé non pas suisse, mais français (soit pas rémunérés sur les mêmes bases d’échelle salariales, car leur diplôme équivalent en terme de connaissances, ne l’est pas en terme de reconnaissance).

    Après le chômage je n’ai pas pu obtenir d’aide sociale et nous avons du en famille, soit mon épouse et nos deux enfants en bas âges, contre notre volonté nous exiler au Sénégal, pays de mon épouse ou nous avions quelques possessions, que pour être honnête et jouer le jeu de la transparence, nous avions déclaré au fisc et dès lors, j’étais trop riche pour obtenir de l’aide financière sociale en Suisse.

    Bien à vous toutes et tous.

    Répondre
  • 2 mai 2019 à 18 h 04 min
    Permalink

    Bonjour,

    Un petit calcul. Environ 10% de la population Suisse ne vit actuellement plus en Suisse et touchent de différentes caisses, AI, AVS, 2ème pilier ou simplement comme travailleurs indépendant où étudiants.

    Prenons en moyenne 2450.- fr par mois de revenus pour ses 10%, il me semble qu’en 2018 j’ai lu le chiffre articulé de 748’000 Suisse vivants à l’étranger, qui donc ne dépensent plus aucun argent en Suisse, ni n’y paient d’impôt.

    Donc 748’000 x 2450.- fr, soit une galette de 18 milliards et 326 millions au bas mot, dont la Suisse ne vois pas la couleur, tout en offrant des millions de francs par l’entremise des cantons à l’ensemble de migrants, dont je suis certain qu’aucune administration n’est ni certaine, ni capable de nous assurer qu’aucun de ces résidents migrants, ne possèdent, qui une maison, qui un bas de laine, qui un terrain, qui une situation de rente non déclarée dans son pays, ou alors que l’on me prouve le contraire..!

    Bien à vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com