Matteo Salvini à Viktor Orbán : « ​Si la gauche continue à gouverner l’Europe, celle-ci deviendra un califat islamique… »

Depuis le Niger, où elle était en visite officielle, la chancelière allemande a exclu tout accord entre le Parti populaire européen (PPE) et l’extrême-droite au Parlement européen, derrière le vice-président du conseil Matteo Salvini, après les élections du 26 mai.

Merkel s’oppose à toute «coopération» avec Salvini

En visite au Sahel, Angela Merkel est sortie, jeudi, de la réserve qu’elle s’impose lors de ses voyages à l’étranger : ne pas parler de politique intérieure, allemande ou européenne en l’occurrence. Mais l’affaire est sérieuse, alors que, le jour même, Matteo Salvini rencontrait Viktor Orban en Hongrie.

La chancelière a été claire en s’opposant à toute « coopération » avec l’extrême droite après les élections européennes du 26 mai. Le vice-président du conseil italien tente en effet de construire un « bloc de droite » au Parlement de Strasbourg, en proposant de former une nouvelle majorité entre le Parti populaire européen (PPE), dont la CDU d’Angela Merkel est membre, et l’« Alliance européenne des peuples et des nations » dont il prend la tête.

Or, le parti de Viktor Orban, le Fidesz, appartient toujours au PPE, même s’il en a été suspendu depuis mars dernier à cause de ses positions droitières. « L’Europe a besoin de Matteo Salvini » a assuré le Premier ministre hongrois, jeudi, alors que les deux hommes s’affichaient devant les barbelés de la frontière serbe, le « mur » construit par Viktor Orban pour empêcher les migrants de passer.

La fin de non-recevoir de la part des Allemands semble claire : le Spitzenkandidat (tête de liste) du PPE pour les européennes, le bavarois Manfred Weber (CSU) n’est pas favorable à un tel accord avec l’extrême droite alors que le nouveau patron de la CSU – un parti longtemps proche d’Orban – Markus Söder a vu dans l’initiative commune du Hongrois et de l’Italien un « mauvais développement ».

Lire aussi:  Allemagne: Une politicienne de gauche déclare que les «vieux hommes blancs sont une menace pour l’avenir» (Vidéo)

Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK) estime que dans ces conditions il n’y a « pas de retour possible » d’Orban dans le PPE. La dauphine d’Angela Merkel est pourtant sur une ligne plus à droite que la chancelière, mais il lui est impossible de franchir ce rubicon pour une raison simple : cela reviendrait à valider une alliance avec l’AfD, le parti d’extrême droite allemand, membre de l’Alliance de Matteo Salvini… D’autant qu’à Berlin comme au Parlement européen, la CDU est leader d’une   grande coalition » avec les socialistes.

C’est sur ce point que Salvini insiste, sans faire dans la dentelle :

« Si la gauche continue à gouverner l’Europe, celle-ci deviendra un califat islamique… » a-t-il déclaré lors de sa visite en Hongrie, en parfait accord avec son hôte.

Lundi, Viktor Orban reste à la manœuvre en recevant à Budapest son voisin Hans-Christian Strache, vice-chancelier d’Autriche et dirigeant du parti d’extrême droite FPÖ. A Vienne, celui-ci gouverne aux côtés du parti conservateur ÖVP – membre historique du PPE…

Reste une inconnue : que feront les Polonais du PiS, le parti national-catholique au pouvoir à Varsovie ? Jusqu’à présent, il siège à Strasbourg dans le même groupe que les conservateurs britanniques (Tories) mais le Brexit devrait changer la donne. Sur le fond, le PiS partage la vision politique d’Orban et de Salvini.

La droite européenne est donc bien entrée dans une zone de turbulences, les Allemands s’accrochant au « monde d’hier », celui d’un accord entre le centre-droit et le centre-gauche, face aux tentatives de recomposition de Matteo Salvini. Quant au parti français Les Républicains, on les entend peu sur cette question stratégique.

Lire aussi:  Une belle ville allemande « méconnaissable » après avoir accepté 1200 migrants

Vu sur Fdesouche

Source L’Opinion

 

Une pensée sur “Matteo Salvini à Viktor Orbán : « ​Si la gauche continue à gouverner l’Europe, celle-ci deviendra un califat islamique… »

  • 6 mai 2019 à 12 h 36 min
    Permalink

    A vous toutes et tous bonjour,
    Et … Si j’avais la parade contre l’islamisation de l’Europe et … du monde ?

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite une excellente semaine.

    Thierry Poget

    Nouvelle voie pour l’éveil
    http://www.editions-spinelle.com
    Thierry Poget
    Nouvelle voie pour l’éveil Spiritualité

    ÉDITIONS SPINELLE
    © Couverture Wixinet
© 2019 Éditions Spinelle ISBN : 978-2-37827-131-2
    Extraits :

    COURTE BIOGRAPHIE
    D’un père protestant et d’une mère catholique, Je suis né à Lausanne le 16 décembre 1959, soit neuf mois et une semaine après les premiers morts suivant l’annexion du Tibet par la Chine. En 1963, sur mon album de photos, sous quelques unes d’entre-elles où souriant, grassouillet, les yeux pétillants et un peu bridés, ma mère nota : « Toi chinois, toi bouddha », où, selon l’art divinatoire sino-tibétain des Méwas, il est dit que dans mon incarnation précédente je devais certainement être moine (revue Samsara, N° : 8, nov./ déc. 2002 / janv. 2003, hors série traitant de l’astrologie tibétaine, article sur les méwas).
    Dès l’âge de dix ans j’ai commencé à beaucoup m’intéresser à tout ce qui touchait la métaphysique, l’ésotérisme, j’ai lu la bible par bribes, je m’intéressais au cosmos, aux extraterrestres, aux méditations hindoues, à la pratique de la sortie astrale, etc …
    Suite à un voyage de plus de huit mois sac au dos en Asie, qui débuta le 08 juillet 1982 et se termina avec mon retour en Suisse début février 1983, c’est en avril de cette année là, que je me suis intégré à un groupe de méditation du bouddhisme tibétain, selon l’enseignement de Sa Sainteté Chögyam Trungpa Rinpotché.
    La même année j’ai pris refuge avec le Vajra Régent de Chögyam Trungpa Rinpotché, Ösel Tendzin. En 1985, avec Sa sainteté Sérénissime Gangteng Rinpotché, j’ai pris les vœux de bodhisattva.
    Puis durant une retraite en Dordogne en août 1987, Sa Sainteté Sogyal Rinpotché, nous a transmis, la possibilité de débuter les préliminaires du Vajrayana (Ngondrö) et nous a octroyé, plusieurs initiations, mais surtout l’introduction à la Vue dzogchen.
    De 2015 à 2017, je me suis à nouveau rapproché de Sa Sainteté Sérénissime Gangteng Rinpotché, ou j’ai obtenu diverses transmissions, dont une nouvelle introduction à la vue dzogchen puis les initiations aux pratiques de Treckchö et Thögyal.
    En 2011 j’ai publié « Partage autour du dzogchen », auquel je pensais ne pas donner de suite.
    Thierry Poget – Tingdzin Lhawang / Seigneur divin du Samadhi /Samadhi divine lord.
    Juillet 2018
    (C’est volontairement que je n’ai pas introduit de lexique des termes sanskrit et tibétains, invitant le lecteur à effectuer par lui-même ses propres recherches)
    Je dédie ce livre à :
    Lama Yeshé (Bruno Le Guével) décédé le 29 juin 2017 – moine traducteur français-tibétain de Sa Sainteté Sérénissime Gangteng Tulku Rinpotché et de mes amis.

    ENERGIE
    Afin que chaque conscience puisse expérimenter ses karmas, l’échange énergétique se doit d’être multidirectionnel, c’est ainsi que l’on expérimente nos karmas en s’appuyant sur l’ensemble des champs énergétiques qui nous entourent, ce qui revient à dire que l’ensemble des situations que nous vivons est l’unique expérimentation de notre propre énergie provenant soit du déploiement de nos karmas, en interaction avec ceux d’autrui, puisque le plus souvent il y a transmission d’une conscience à l’autre de karma positif, négatif ou neutre, ce qui se traduit également au travers du karma collectif ou soit à partir de l’énergie éveillée qui se propage du média intuitif.
    Ainsi, tant que l’observateur demeure dans cette claire compréhension/ réalisation, cela ne lui posera aucun problème de jouer ou non avec l’énergie qui se déploie, ce qui est inévitable dans quelques incarnations que ce soit.
    Le danger survient lorsque l’observateur est l’égo, car il ne perçoit les interactions avec l’environnement et les autres consciences, qu’extérieures à lui-même. Cette confusion l’amène donc à tout catégoriser et qualifier en termes de sujets et d’objets, plutôt qu’étant le déploiement de sa propre énergie, à l’instar des émotions et des pensées.
    Si nous n’avons pas acquis le ressenti de cette perception, il nous sera presque impossible de canaliser nos pensées et nos émotions afin de les laisser se déployer sans jouer avec elles, partant que le média assujetti à l’ignorance est le mental, ce qui entraîne la production de karmas, alors que lorsque l’observateur demeure établi dans la reconnaissance que l’ensemble des situations sont l’expression du déploiement de sa propre énergie, attention et intention sont déterminées par cette claire reconnaissance nommée rigpa, qui est synonyme d’éveil et dont l’interface, passe par le canal intuitif, qui en est le média.
    Le média énergétique par lequel se déploie l’observateur, rigpa, est la conscience éveillée. L’éveil ne coupe pas la conscience de ses émotions et de ses pensées, mais lui offre les possibilités soit de ressentir pleinement leur déploiement sans entrer dans leur jeu dynamique, soit d’entrer dans ce jeu comme une danse. Cette connaissance est fondamentale car elle nous permet à tout moment de pouvoir couper à travers nos émotions et nos pensées, tout en observant l’amplitude de leur déploiement jusqu’à leur propre dissolution dans l’espace, autant que jouer avec l’énergie, tel désir sexuel, colère, ou souffrance.
    Bien qu’il soit toujours possible de trancher à travers l’énergie déployée d’une émotion ou d’une pensée, le risque s’accroit de perdre la clarté éveillée de notre conscience et de produire à nouveau du karma, lorsqu’intervient notre manipulation de l’énergie par son activation.
    La concentration de richesses et de pouvoirs, n’est pas les fruits du labeur d’une élite, mais de tous. Les déséquilibres sont produits par excès de karma positif entre les mains d’une minorité, dont peut-être certains anciens indigents ou saints dans leur précédente existence, qui ne consacrent pas cet excès de karma positif au bien de tous. A cause de l’ignorance ceux-là le vilipende à l’obtention de gains illusoires sur le court terme, impliquant l’accumulation de karmas négatifs pour eux-mêmes dans cette existence, en décharge de leur karma positif mal utilisé, soit à la seule fin du maintien de leur niveau de confort matériel et de leur « pouvoir ». Cela les amènera fatalement à une destinée inférieure, peut-être même déjà à partir de cette présente existence. En contrebalance le plus grand nombre se voient délestés d’une part significative de leur karma négatif à la hauteur de leurs difficultés d’existence, et de leur souffrance. Catastrophes naturelles, guerres, famines, pandémies et vues fausses, ont toutes pour cause également, l’ignorance.
    Les pratiques que je connais permettant cette réalisation, autant qu’une totale ouverture de notre capacité à demeurer dans une dynamique non duelle, sont l’ensemble des méditations sans objet telle zazen ou samatha/ chiné, et dont l’acmé est la vue dzogchen (Treckchö), ainsi que l’ensemble des connaissances et l’Exercice proposé par l’intuition dans les lignes de ce manuscrit et en ce qui concerne d’autres formes pratiques d’applications, il y a une pratique d’échange bonheur contre souffrance, nommée tonglen, où par l’inspiration l’on prend sur soi toute la souffrance des autres, la lourdeur d’une situation, l’agressivité envers nous même ou vers un groupe et ou d’autres. Puis l’on renvoi par l’expiration toutes nos intentions de bonheur, vers ces agresseurs. Où peut-on appliquer ce moyen habile ? Dans toutes les situations où nous nous sentons agressés par d’autres, par exemple cela fonctionne bien lorsque l’on se trouve en véhicule, coincé dans un bouchon routier. Puis lorsque l’on a trop chaud, l’on se vide par l’expiration de toute sa fraîcheur et l’on inspire plus de chaleur (testé en sauna), et lorsque l’on a froid l’on expire toute sa chaleur et l’on inspire plus de froid (testé en montagne en hivers). Aussi étonnant que cela paraisse, cela fonctionne très bien.
    En prenant sur soi la souffrance d’une victime ou de son ennemi est un puissant moyen habile pour nettoyer notre karma négatif autant que créer les conditions de bonheur pour tous.
    Déposer une plainte civile ou pénale contre un criminel est la manière officielle d’exercer notre compassion, en rappelant à ceux qui nous ont fait du mal, qu’ils sont dans l’ignorance et que pour eux il est temps de changer.
    Cette manière d’appréhender la vie désamorcera, ou pour le moins soulagera autant nos peurs, nos inquiétudes, que nos angoisses, offrant au plus grand nombre j’en suis convaincu, l’ouverture d’espace nécessaire à une nouvelle voie pour l’Eveil.
    Ces deux applications démontrent s’il en était encore besoin, l’intrication des deux ouroboros que sont ceux ignorant et éveillé.
    (Voir p. 82 « SE MAINTENIR AU QUOTIDIEN DANS LA PRESENCE DE RIGPA », p.94 « DANS CE CAS, DE BLEU, LE HOUNG DEVIENT NOIR », p. 106 : « COMMENT EST-IL POSSIBLE, QU’UNE CONSCIENCE EVEILLEE NE PRODUISE PLUS DE KARMA », p.111 « PEUT-ON-POUR SOI-MEME EVALUER SON FUTUR ? », p. 136 « NATURE DU SAMASARA », p. 144, « LES 3 ABSOLUS », p. 145 « ESPACE-TEMPS »)
    ( Voir p. 056 : « SI C’EST CECI, CECI DOIT ETRE CELA » : « …. Ces apparences sont comme les ornements de l’énergie de l’individu. Celui-ci se trouve dans la véritable condition du miroir. » Namkhai Norbu Rinpotché, « Le cycle du jour et de la nuit », Point Sagesses, Sa186, Editions Jean-Claude Lattès, Editions du seuil, 1998 et p. 073-074 : « VIVRE L’EVEIL EN MEDITATION .., 7/). Ainsi que : Tenzin Wangyal Rinpotché, « Yogas Tibétains du Rêve et du Sommeil », Editions Claire Lumière, France 2001 (Pratique 1: MODIFIER LES EMPREINTS KARMIQUES, p.95 à 98).
    EPILOGUE
    L’ouroboros ignorant est un labyrinthe, qui dès que vous possédez la clé donnant accès à l’ouroboros éveillé, il se métamorphose et cesse d’exister. Vous n’avez donc plus à chercher à vous y échapper, y circulant dans l’instant, éveillé !

    Au départ les reflets sont vus par l’éveil, comme se déployant du miroir accroché au mur, qui symbolisait la base incréée et non née. A la fin, sous le regard de la vue éveillée, le miroir accroché au mur apparait n’être qu’un reflet fondu dans l’ensemble de ceux formant l’environnement. La vue éveillée quant à elle, étant en fait l’unique miroir. Reflets et miroir, eux-mêmes étant depuis l’origine, la base incréée et non née.

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :