Comment Monsanto a illégalement fiché 200 personnalités pour promouvoir le glyphosate

200 personnes étaient classées et notées en fonction de leur degré d’influence par une agence de communication américaine FleishmanHillard qui travaillait avec Monsanto. Le groupe Bayer, qui a racheté pour 63 milliards de dollars l’entreprise américaine, dit avoir rompu son contrat avec FleishmanHillard.

C’était le fichier à ne pas mettre entre toutes les mains. Pas de chance pour l’agence de communication américaine FleishmanHillard, il a fini sous la forme d’une clé USB sur la table d’un journaliste enquêteur de France Télévision. L’affaire, révélée ce mardi soir au journal de 20h sur France 2, égratigne un peu plus l’image de Monsanto. […]

« On trouve une cible prioritaire avec 74 noms classés selon quatre couleurs : les alliés en bleu, les potentiels alliés en vert, les personnes à éduquer en jaune et les opposants à surveiller en rouge. » Enfin, s’y ajoute un système de notation de zéro à cinq qui prennent notamment en compte le niveau de soutien. FleishmanHillard qui dispose de bureaux à Paris et Bruxelles fait aujourd’hui partie du groupe Omnicom.

FleishmanHillard semblait avoir pour rôle de défendre le glyphosate en le déconnectant de Monsanto. Il s’agissait d’instiller le doute, de montrer qu’on a besoin de cet herbicide […]

Sollicités par Le Monde, Fleishman-Hillard et Bayer – désormais propriétaire de Monsanto –, ne pouvant « identifier concrètement le document », estiment ne pas être en mesure de commenter ces informations. « Nous n’avons connaissance d’aucun agissement non conforme qui serait le fait de nos collaborateurs », précise Fleishman-Hillard.

Les documents qui constituent ce « fichier Monsanto » datent de fin 2016. A cette époque, le glyphosate, ingrédient actif du Roundup et herbicide le plus employé au monde, avait déjà été classé « cancérogène probable » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Les « Monsanto Papers », ces documents internes à la firme, rendus publics dans le cadre de procès aux Etats-Unis, n’ont pas encore été révélés ; ils le seront quelques semaines plus tard.

Lire aussi:  Nicolas Hulot : "Monsanto a demandé à une officine belge de s'occuper de ma réputation"

Source Le Monde via Planete360

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
%d blogueurs aiment cette page :