La proposition du Conseil fédéral aggrave les problèmes de la libre circulation des personnes au lieu de les résoudre !

Le Conseil fédéral tente dans la précipitation d’atténuer les graves problèmes que posent la libre circulation des personnes et sa politique d’asile excessivement laxiste. Les lourds inconvénients qui en résultent ne peuvent plus être niés et ils s’aggraveront alors que la situation économique devient incertaine. Il faudra vérifier en détail si les mesures superficielles du Conseil fédéral sont utiles, mais une chose est dès à présent certaine : le projet d’une nouvelle rente-pont est juste bon à jeter.

Cette proposition passe à côté de la réalité et aura pour principal effet que les salariés âgés pourront être licenciés encore plus facilement, car consolés avec une rente-pont, et remplacés par de la main-d’œuvre étrangère bon marché arrivant en masse grâce à la libre circulation des personnes. L’UDC s’oppose avec détermination à ce projet.

En présentant ce train de mesures aujourd’hui, le Conseil fédéral admet enfin les énormes inconvénients que l’accord de libre circulation des personnes avec l’UE apporte à la Suisse. Ce traité est particulièrement désastreux pour les salariés âgés qui sont de plus en plus souvent remplacés par de la main-d’œuvre étrangère bon marché.

L’UDC rejette cependant la proposition du Conseil fédéral de créer une rente-pont pour les chômeurs âgés. C’est de travail et non pas d’une aumône sous la forme d’une rente qu’ont besoin les Suissesses et les Suisses ! De plus, cette rente ferait des dégâts énormes, car elle aurait juste l’effet inverse à celui qui est visé : grâce à la rente-pont, les employeurs pourraient licencier encore plus facilement les travailleurs âgés et se débarrasser de cette responsabilité sur l’Etat.

Lire aussi:  Une Anglaise blanche emprisonnée par un gang de violeurs musulmans pendant 12 ans et contrainte à 8 avortements

Cette rente-pont est de surcroît en contradiction évidente avec la révision annoncée de l’AVS : on ne peut pas mettre à la retraite anticipée des salariés âgés tout en élevant l’âge de la retraite. Le coût de la solution proposée augmenterait rapidement. L’UDC refuse un financement de cette mesure insensée par l’argent des contribuables ou par une augmentation des prélèvements sur les salaires. Il est aussi inacceptable d’augmenter le fardeau fiscal grevant les contribuables que de compromettre la compétitivité économique par une augmentation des charges salariales annexes.

La solution : la Suisse doit à nouveau gérer elle-même l’immigration

Il serait temps que le Conseil fédéral s’attaque à la racine du mal et freine enfin l’immigration de masse si, réellement, il veut résoudre le problème de la discrimination des salariés âgés sur le marché du travail. Durant les 13 années écoulées, environ un million d’étrangers ont immigré en Suisse et chaque année plus de 80 000 personnes continuent d’affluer dans notre pays en chiffre net si on ajoute à la libre circulation des personnes avec l’UE les migrants provenant d’Etats tiers et les requérants d’asile. Conséquence : la pression sur les salaires augmente sans cesse. Bien que l’économie suisse soit en plein boom, les salaires réels ont baissé ces deux dernières années. Il faut que la Suisse cesse enfin d’accorder un droit à l’immigration à quelque 500 millions de citoyens UE.

Le semblant de solution que le Conseil fédéral propose aujourd’hui avec sa rente-pont a deux explications : d’une part, le gouvernement veut obtenir le soutien des syndicats pour l’accord-cadre institutionnel avec l’UE, d’autre part, il craint une acceptation de l’initiative de limitation et cherche à appâter le peuple suisse avec des promesses fallacieuses.

Les propositions lancées aujourd’hui par le Conseil fédéral confirment de manière éclatante la nécessité de l’initiative UDC de limitation. En effet, les idées du gouvernement rendent la Suisse encore plus attractive pour des migrants de tous bords. Par exemple, les citoyens UE et AELE pourraient même profiter de la rente-pont suisse dans leur pays de domicile ou le préapprentissage professionnel pour l’intégration, qui n’est aujourd’hui accordé qu’aux réfugiés reconnus, pourrait être étendu à tous les étrangers.

Lire aussi:  Esclavage moderne grâce à l’immigration incontrôlée

Source UDC

Plus de partages

Une pensée sur “La proposition du Conseil fédéral aggrave les problèmes de la libre circulation des personnes au lieu de les résoudre !

  • 19 mai 2019 à 0 h 39 min
    Permalink

    Ce commentaire sera en partage de cet article sur mon compte Facebook:

    Bonjour,

    C’est très exactement ce qui s’est passé pour moi en 2014, alors que j’allais sur mes 54 ans, j’ai été licencié de mon poste d’éducateur spécialisé diplômé bachelor au Home chez-nous sis au Mont-sur-Lausanne, au bénéfice de deux jeunes français moins bien rémunéré que moi, car leur diplômes n’était pas reconnu à la même hauteur que le mien, et étant plus jeune ils ont été moins payés. Ensuite, ayant investi une partie de l’héritage que j’ai reçu de mon père dans le pays de mon épouse, le Sénégal, à la fin de mon chômage je n’ai pas eu droit à l’aide sociale et en famille avec nos deux enfants en bas âges, nous n’avons eu d’autres choix que nous exiler, alors que je suis né à Lausanne et que les origines de ma famille vaudoise remonte à la moitié du 16ème siècle.

    Maintenant es-ce que la Suisse et les cantons, vérifient autant scrupuleusement que tous les demandeurs d’asile et de requérants à l’aide sociale d’origine européenne mais vivant en Suisse, que tous ceux-là donc, ne possèdent pas de richesses immobilières, des terrains, dans leur pays d’origine ?

    Bien à vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :