Le Venezuela évite une tentative de coup d’Etat américain

Même si la Charte des Nations Unies (chapitre 1, article 2, paragraphe 4) stipule sans équivoque que la « menace ou l’emploi de la force » contre « l’indépendance politique d’un État » est interdite, quasiment toute la communauté de valeurs occidentale observe passivement comment on essaye de renverser le gouvernement du Venezuela.

Ce n’est un secret pour personne que l’administration américaine est derrière les tentatives de coup d’Etat qui violent le droit international. En effet, le Venezuela est aujourd’hui une plaque tournante pour le trafic de la cocaïne et le pays dispose d’importantes ressources pétrolières, a déclaré l’expert latino-américain Günther Maihold dans un article de la radio-télévision suisse SRF du 1er mai 2019.

Déjà le 14 mai 2018, un document a été publié sur le réseau voltairenet.org, qui explique le plan et la procédure détaillée de la façon dont les stratèges américains veulent effectuer le renversement au Venezuela. (voir https://www.voltairenet.org/article201100.html). Le document s’intitule « COMMANDEMENT DES ÉTATS-UNIS DU SUD » (c’est-à-dire la structure de commandement militaire responsable de l’Amérique du Sud), la date « 23 FÉVRIER 2018 » et le titre « LE PLAN ‘MASTERSTROKE` (coup de maître) POUR RENVERSER LA DICTATURE VÉNÉZUÉLIENNE  ».

Ce document décrit exactement ce qui est arrivé au Venezuela jusqu’à présent. Le plan couvre tous les domaines : il réglemente non seulement le plan d’action militaire, mais aussi le plan d’action économique, diplomatique et propagandiste afin que l’administration Trump puisse renverser le gouvernement Maduro.

Le plan indique clairement qui est responsable de la misère économique et de la pénurie alimentaire dans le pays. L’objectif est, littéralement, de : « Promouvoir l’insatisfaction de la population en augmentant la pénurie et la hausse des prix des denrées alimentaires, des médicaments et autres biens essentiels pour les habitants. Mise en œuvre de pénuries traumatisantes et de plus en plus douloureuses des produits de base les plus importants… »

Lire aussi:  Théorie de la conspiration ? CNN confirme qu'il y a bel et bien eu une tentative d'assassinat contre Maduro

Le plan ne laisse pas non plus de doute quant à qui est derrière la dernière tentative de coup d’Etat du leader de l’opposition et président intérimaire autoproclamé Juan Guaidó. Dans une vidéo fin avril 2019, Guaidó avait lancé un appel pour une révolte de l’armée vénézuélienne. Il a déclaré à la chaîne de télévision américaine CNN : « Nous avons le soutien d’une grande partie des forces armées et dans les prochaines heures, nous allons tous obtenir leur soutien pour une transition au Venezuela. »

Le plan américain du 23 février 2018 parle d’« alliés dans le pays » qui sont « instruits de l’étranger », comme selon toute apparence le leader de l’opposition Guaidó. L’objectif, selon le plan, est littéralement de : « Lancer un appel aux alliés dans le pays et à d’autres personnes qui ont été introduites de l’étranger dans le scénario national pour créer des protestations, des émeutes et de l’insécurité, des pillages, des vols, des agressions et des attaques contre les navires et autres moyens de transport dans le but de causer (…) des victimes et d’en attribuer la responsabilité au gouvernement.

Augmenter devant le monde la crise humanitaire à laquelle le pays a été soumis. » Cependant, la tentative de coup d’Etat planifiée, orchestrée par les stratèges américains au début du mois de mai 2019 a lamentablement échoué. Comme l’explique Manfred Petritsch (alias Freeman), opérateur de la plate-forme Internet allemande « Tout n’est que bruit et fumée », dans un article du 2 mai, le gouvernement du président Nicolás Maduro a tendu un piège à l’opposition et au gouvernement Trump.

Lire aussi:  «Occupez-vous de vos affaires», le Venezuela renvoie (aussi) Macron aux Gilets jaunes

Plusieurs personnes aux plus hauts niveaux du gouvernement et de l’armée vénézuéliens avaient fait de fausses promesses et affirmé qu’elles se joindraient au renversement. De cette façon, ils avaient persuadé Guaidó de commencer son coup d’Etat ; c’était afin de le faire échouer. Trump était tellement furieux de l’échec du coup d’Etat qu’il a affirmé que c’est la Russie et Cuba qui maintiennent Maduro au pouvoir. Mais le plan américain de 2018 stipule déjà que Maduro doit être diffamé comme « la marionnette de Cuba » afin de créer « la méfiance » à son égard et son « rejet ».

Le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, a renchéri et a déclaré à la presse que « toutes les options sont sur la table », ce qui signifie une intervention militaire. Et le secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré que l’action militaire est possible et que « si c’est nécessaire, les États-Unis le feront. » Même si le président Maduro a jusqu’à présent écarté les tentatives de coup d’État américaines, le danger qui provient des bellicistes américains est loin d’être écarté.

Mais combien de temps faudra-t-il avant que ces tentatives de coup d’État, qui violent la Charte des Nations unies et le droit international, soient également condamnées et punies par la communauté de valeurs occidentale, la politique et la presse ?

Source Kla TV

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
%d blogueurs aiment cette page :