Mosquée de Torcy : des policiers infiltrés témoignent «des fidèles avaient des kalachs, des armes de poing, des bombes…»

Selon les confidences de policiers infiltrés au sein de la mosquée de Torcy, laquelle a rouvert ses portes début 2018 après huit mois de fermeture, des fidèles radicalisés y priaient armés. Ceux-ci disposaient en outre d’un box empli d’armes et de bombes artisanales dans un immeuble du quartier.


Un chapitre du livre-enquête «Les guerres de l’ombre de la DGSI», paru au Nouveau Monde, est consacré aux confidences d’infiltrés de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) au sein de la mosquée de Torcy. Ce lieu de culte avait été fermé pendant 8 mois en 2017, après avoir été visé «par une note blanche des services de renseignement», selon Le Parisien.

Ainsi, d’après l’auteur, certains fidèles radicalisés recherchés, comme Jérémy Bailly, membre de la cellule terroriste dite de Cannes-Torcy, y priaient armés:

«Les officiers (…) le savaient grâce aux écoutes téléphoniques. Il avait révélé à son père qu’il allait chercher son arme à la mosquée».

«Ils identifiaient les cibles notamment grâce à leurs chaussures. Mais c’est compliqué quand on ne peut pas communiquer avec l’extérieur. Bailly était un fou furieux. Le policier a pris des risques pour sortir de la mosquée avec lui et le suivre.»

Source Europe Israël

 

Une pensée sur “Mosquée de Torcy : des policiers infiltrés témoignent «des fidèles avaient des kalachs, des armes de poing, des bombes…»

  • 11 juin 2019 à 11 h 56 min
    Permalink

    Commentaire en partage de cet article sur mon compte Facebook:

    Bonjour,

    Ah je croyais que les instruments de pratique de la foi musulman était tous autres, soit des rosaires à prières et une bonne édition du Coran éventuellement un tapis volant de prières dont le célèbre allah akbar de chocolat…

    Bien à vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :