«En France, il y a une haine des musulmans» selon un porte-parole de La France insoumise

Temps de lecture : 2 minutes

Sur le plateau de Cnews, le porte-parole jeunesse de La France insoumise a fustigé un article du Point qui s’alarme du communautarisme islamiste dans les services publics. Pour lui, le magazine comme la France ont de la haine pour les musulmans.

La France est-elle antimusulmane ? C’est ce que semble penser le porte-parole jeunesse de La France insoumise (LFI) et collaborateur d’Eric Coquerel David Guiraud. Invité sur le plateau de Cnews le 20 juin, pour réagir à un article du Point, qui titre en une : «Les services publics face aux islamistes», il déclare ainsi dans un premier temps :

«Je pense que Le Point hait les musulmans».

Il poursuit ensuite : «Je pense qu’en France, il y a une haine des musulmans et je préfère l’assumer.» David Guiraud ajoute par ailleurs que Le Point «hait» tout autant les musulmans que les fonctionnaires, assurant que le magazine réalise des unes régulières sur les fonctionnaires «fainéants», «de gens inutiles qui ne servent à rien».

«J’ai vécu toute ma vie en Seine-Saint-Denis, qui doit être pour Le Point le département damné, je n’ai pas vu cela […] Quand je me balade dans la rue je ne le vois pas, quand j’étais à l’école je ne le voyais pas», argumente-t-il. La journaliste Sonia Mabrouk tente alors d’expliquer à David Guiraud que le rapport parlementaire sur «les services publics face à la radicalisation» – qui sera dévoilé le 26 juin – sur lequel s’appuie l’hebdomadaire, dénonce une radicalisation et un communautarisme qui «gagnent certains de nos services publics de manière insidieuse».

Lire aussi:  L’Autriche interdit le foulard islamique à l’école primaire, mais protège la kippa et le turban sikh

David Guiraud s’amuse en soulignant que certains estiment que l’armée serait infiltrée de manière insidieuse par l’islamisme : «Pardon, mais moi ça me fait extrêmement rire quand on connaît un peu la réalité de ce qui se passe dans l’armée.»

Il insiste en outre pour affirmer que la Seine-Saint-Denis étant un département pauvre, «les gens, notamment les musulmans» habitant dans «les quartiers», sont «les plus grands républicains de ce pays». Il étaie ses propos en indiquant que des manifestations auraient lieu dans ce département pour réclamer «plus de justice, plus de police».

Le problème de l’islamisme et du radicalisme dans les services publics serait ainsi pour David Guiraud une «diversion totale de la part de gens qui ont décidé que les services publics devaient mourir».

Si le magazine a effectivement réalisé une enquête dévoilant la gangrène communautariste dans ce département situé au nord de Paris, il est loin d’être le seul. Marianne, Causeur, Valeurs actuelles, Le Figaro ou encore des journalistes du Monde ont déjà réalisé ce type d’enquête.

Source RT

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Une pensée sur “«En France, il y a une haine des musulmans» selon un porte-parole de La France insoumise

  • 23 juin 2019 à 16 h 03 min
    Permalink

    Commentaire en partage sur mon compte Facebook :

    Bonjour,

    Pistes de réflexions intuitives par rapport à l’islam.

    Agir contre l’islam de la même manière que l’islam à agit contre le christianisme, soit en utilisant les failles et faiblesses du christianisme contre lui.

    Vous savez sans doute que pour les musulmans, les chrétiens devraient tout naturellement s’associer à eux, partant que Jésus n’était pas le fils envoyé par dieu, mais juste l’avant dernier prophète annoncé dans la bible, depuis je crois l’ancien testament, sur lequel ont fondé toutes leurs réflexions les fondateurs du mouvement islamique (pour rappel, islam veut dire soumission), comme quoi, le dernier prophète est non pas Jésus, mais Mohamed et le seul livre saint de la vrai parole de dieu, le coran, alors que Mohamed et le coran, l’islam et le christianisme, ne partage rien en commun et que l’islam a juste été inventé pour contrer la montée du christianisme comme chacun le sait.

    De plus le coran ne mentionne ou ne cite jamais Mohamed et a probablement été écrit la première fois, deux cents ans après la mort du… « prophète ».

    La porte d’entrée, la faille, en fait les failles qui pourraient être employées contre l’islam en faveur de la discrimination de cette « religion » afin de ne pas lui accorder les mêmes droits que les autres traditions spirituelles, sont :

    L’interdiction des femmes jugées impures à cause de leurs menstruations mensuelles n’ont pas le droit de prier à la mosquée avant d’être ménopausée, puis que les femmes soient jugées par l’islam comme tellement faible qu’elles ne doivent pas se marier avec un non musulman, le risque qu’elle quitte l’islam par séduction pour une autre tradition (considérée comme la seule et unique vérité spirituelle pour ce monde, toutes les autres conduisant leurs pratiquants directs à leur mort en enfer), étant trop important.

    Alors que cette règle, m’a t’on dit, est même remise en question dans une sourate se trouvant dans le coran, mais vu la soif d’hégémonie de cette tradition envers toutes les autres, c’est une sourate qui est non divulguée à l’intérieur même de l’islam.

    Ensuite à jouer contre l’islam et toutes les lois coraniques de la charia, à commencer par les pratiques de tortures physiques stigmatisant, imposées autant aux filles qu’aux garçons, pouvant entrainer la mort, soit l’excision et la circoncision. Puis la lapidation, qui en plus devrait être totalement interdite, n’est pas le même châtiment entre une femme et un homme, soit mortel pour la femme et permettant possiblement qu’un homme puisse en réchapper.

    Puisque l’islam stigmatise la moitié de ces croyants, les femmes, alors que sans elles l’islam n’aurait pas survécu plus de quelques générations, partant que se sont les femmes qui mettent au monde les futurs musulmans (dans mon cas, voir la fin de ce courrier, marié à une musulmane, j’ai refusé que nos enfants soient baptisés musulmans, disant que le choix leur appartiendrait lorsqu’ils seront adultes), pourquoi devrions-nous en Europe et en Suisse, accorder les mêmes droits à l’islam que les autres traditions, qui elles ne stigmatises pas la moitié de leurs croyants (mis à part que je ne sais pas si le judaïsme autorise les femmes à prier à la Synagogue, auquel cas malheureusement l’argument pour ce principe ne tiendrait pas).

    Ensuite, pourquoi accorder l’équivalence de droit à une pratique « spirituelle » qui punis de mort les croyants désireux de quitter l’islam pour une autre religion en les stigmatisant d’apostat, ou même ceux ne faisant pas ramadan par choix et non par impossibilité médicale par exemple (je crois qu’en 2018 un homme a été décapité en Arabie Saoudite, pour ne pas avoir respecté le jeûne du ramadan).

    Pour ce qui est de la polygamie, en Suisse pour l’instant le débat n’est pas nécessaire, puisque la polygamie en Suisse est interdite et que s’il est reconnu bigame, un homme en Suisse risque jusqu’à trois ans de réclusion.

    Mais quant sera t’il dans l’avenir, vu que j’ai lu qu’en Allemagne, un juge avait validé la polygamie.

    La polygamie est interdite à raison en Suisse et sans doute en Europe pour les mêmes raisons, soit l’incompatibilité non seulement avec nos valeurs, mais avec le fondement même de nos institutions, tel que les assurances vieillesse et sociales.

    L’AVS tout d’abord, ne pourrait couvrir plus d’une épouse et ses enfants en cas de décès du mari en ce qui concerne la rente de veuve et orphelins, et non assumer trois épouses supplémentaires et l’ensemble des enfants.

    La même chose pour l’aide sociale, qui ne pourrait octroyer des villas ou des appartements de dix pièces à chaque mari polygame ayant plusieurs femmes et des dizaines d’enfants.

    Le système d’aide au paiement des assurances maladie, à l’accès au bourse d’études, au logement, etc.., rien dans notre droit n’est prévu pour les couples polygames, sans compter que l’on nous dit souvent que nous sommes trop nombreux sur Terre.

    Ainsi en finalité c’est tout au contraire l’islam qui devrait revisiter et adapter ses propres lois et interdire purement et simplement la polygamie comme étant une coutume d’un autre temps et incompatible avec les démocraties occidentales et son mode de vie, y compris avec ce que cette planète peut offrir pour le confort matériel de tous.

    Voilà les bases qui pour moi constitueraient autant de pistes de réflexions à mener et à faire voter par le peuple en Suisse, y compris en Europe (en diffusant aussi auprès des groupes contre l’islamisation de l’Europe), pouvant déboucher sur une ou des lois interdisant toutes les pratiques discriminantes, ou même d’articles dans la constitution, qui sans quoi pourrait mener même à une exclusion, une interdiction pure et simple de la pratique de l’islam en Suisse, comme en Europe.

    Je sais l’on en est loin, c’est pour cela que ma première proposition me paraît plus simple de mise en route, car moins lourde à mettre en place, par exemple en faisant une bonne promotion publicitaire et peut-être l’organisation d’un débat autour de ce thème. Je suis ouvert à vos propositions.

    Bien à vous toutes et tous.

    PS : Les immigrés musulmans s’enfuyant de chez-eux et venant demander l’asile, devraient se contenter de ce que l’on les tolères et qu’on leur permet de vivre dans des pays aux libertés étendues et vivant en paix, car le jour où l’occident ne pourra plus supporter d’accorder d’aide financière à cause du surnombre de personnes sans emploi et que des poches de communautés auront obtenu de pouvoir sur leur enclave appliquer la charia (ce qui pour mémoire la charia ne s’applique pas par exemple au Sénégal ou 90 % de la population est musulmane), si l’Europe devient l’image des pays qu’ils ont fui, où pensent-ils pour finir aller .. ?

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com