Vaccination des enfants de 12 ans, même sans le consentement des parents?

Selon le Conseil de l’American Medical Association, les enfants matures de 12 ans peuvent consentir à la vaccination sans l’avis de leurs parents.

Selon l’AMA, les jeunes de 12 ans peuvent consentir à la vaccination sans l’avis de leurs parents – Cette mesure revient à éliminer la dernière barrière qui protège les enfants innocents de Big Pharma.

Lors de la réunion annuelle de l’American Medical Association (AMA) qui s’est récemment tenue à Chicago, les délégués de l’AMA ont adopté une nouvelle politique. Le puissant groupe professionnel a accepté d’élaborer un modèle de législation qui obligerait les législatures des États à autoriser les mineurs à «passer outre la volonté des parents opposés aux vaccinations».

En 2000, la Cour suprême a réaffirmé le droit fondamental des parents d’assumer les soins, la garde et la supervision de leurs enfants, droit reconnu par les États jusqu’à l’âge de 18 ans.

En ce qui concerne les vaccins, la loi nationale sur les dommages liés aux vaccins chez l’enfant, adoptée en 1986, oblige légalement les prestataires de soins de santé à distribuer des documents d’information sur les vaccins au parent ou au tuteur légal de tout enfant à qui il envisage d’administrer un vaccin, et ce, « avant l’administration du vaccin ». Cela inquiète-t-il l’AMA que sa déclaration aille à l’encontre du précédent juridique ainsi que de la coutume sociale?

Les représentants de l’AMA sont apparemment très inquiets de la nouvelle politique de l’organisation.

Non seulement ils veulent que des mineurs de 12 ans puissent consentir à la vaccination quelles que soient les « convictions, soit disant, erronées » de leurs parents – tout en attendant que les parents continuent à payer pour les vaccins -, mais ils croient également que ce sont les médecins qui sont à même de déclarer qu’un  enfant « est suffisamment mature pour consentir à la vaccination. ».

Toute personne familière avec l’histoire de l’AMA devrait se poser la question suivante: pourquoi aurions-nous confiance en l’AMA pour prendre des décisions aussi vitales à la place des parents?

Influence démesurée

Le nombre de membres de l’AMA s’est effondré au cours des dernières décennies.

Une analyse de 2011 des « problèmes » de ses membres a estimé que l’Association ne recrutait que 15% des médecins en exercice, contre 75% au début des années 1950. Les difficultés d’adhésion à l’AMA ne signifient pas pour autant que l’organisation manque de poids. En fait, l’AMA dispose d’une variété d’outils puissants pour s’assurer qu’elle «reste pertinente au niveau national ».

Ces outils incluent un comité d’action politique et un vaste trésor de guerre de lobbying (plus de 20 millions de dollars dépensés en 2018), qui se traduisent tous par une influence démesurée sur la politique de santé et les perceptions du public.

Lire aussi:  Multiplication des procès contre le vaccin anti-zona

Un rapport de 2016 sur les lobbyistes de Capitol Hill a classé l’AMA parmi les meilleurs «acteurs influents» à Washington, se classant parmi les «rares élus [qui] ont montré une capacité à faire avancer les choses ». Un ancien président de l’AMA l’a modestement admis, indiquant que :

« Ce que l’AMA a fait, et fait de mieux est dans le domaine du plaidoyer. »

Une analyse des 20 principaux lobbyistes du secteur de la santé a révélé que l’AMA se classait au premier rang en termes de «dépenses de tous les temps» et au cinquième rang en termes de dépenses «parmi tous les lobbyistes, quel que soit leur secteur».

Les sociétés de lobbying embauchées par l’AMA sont souvent les mêmes que celles utilisées par l’industrie pharmaceutique.

La liste des membres de haut niveau de la table ronde d’entreprises de la Fondation AMA se compose presque exclusivement de membres de l’industrie pharmaceutique, y compris des quatre sociétés qui fabriquent tous les vaccins pour enfants aux États-Unis (Merck, GlaxoSmithKline, Pfizer et Sanofi).

La publicité des sociétés pharmaceutiques domine également les pages de la revue phare JAMA de l’AMA, même si beaucoup concernent « les mêmes médicaments qui… tuent des dizaines de milliers d’Américains chaque année, selon les principaux chercheurs en sécurité des médicaments de la FDA ».

L’AMA n’hésite pas non plus à fournir un «sceau d’approbation» pour les produits et les médicaments (générant des frais de publicité conséquents) «malgré le fait que l’organisation n’a pas la capacité de tester ces médicaments».

En 2011, Forbes a souligné que l’AMA obtenait d’énormes avantages financiers grâce à son système de codage des services médicaux de terminologie procédurale actuelle (CPT), utilisé par les prestataires de soins de santé et les payeurs aux États-Unis. Compte tenu de l’importance du système du CPT dans les grands programmes publics tels que Medicare, il s’agit essentiellement d’un “monopole accordé par le gouvernement” et d’une  véritable “manne”.

En 2010, un quart des recettes totales de l’AMA était lié au CPT, soit le double de ce que l’organisation percevait des cotisations de ses membres. Ce « conflit d’intérêts gigantesque », selon l’éditorialiste de Forbes, fait de l’AMA « plus un outil des intérêts de Washington que celui des médecins ».

L’AMA a également une histoire sordide de racket

L’économiste Milton Friedman a écrit il y a quelques années sur les attaques concertées de l’AMA contre les chiropraticiens et les médecins ostéopathes. Dans un procès de 1987 contre la concurrence, le juge a reconnu que l’AMA avait conspiré « pour contenir et éliminer une profession autorisée dans les cinquante États américains ».

Le juge a également condamné la « longue histoire de comportement illégal » de l’Association. Au début des années 2000, les tribunaux ont de nouveau condamné l’AMA (ainsi que les sociétés de gestion de soins) coupable de racket en manipulant le logiciel de codage de l’AMA.

Lire aussi:  La Ritaline causerait des dommages au cerveau des enfants, selon un groupe de médecins français
Saper l’autorité des parents

Des efforts pour contourner la participation des parents aux soins de santé de leurs enfants sont en cours depuis un certain temps, notamment dans le domaine de la santé en matière de procréation.

Pour les services liés à la contraception et aux infections sexuellement transmissibles, les prestataires de santé ne sont que trop heureux de rejeter les objections des parents, affirmant que le besoin de services médicaux confidentiels chez les jeunes est «plus important» que le droit des parents à être informés de la condition de leur enfant.

À présent, les chercheurs sont en train de travailler pour présenter le même argument en faveur des vaccins.

En 2014, des experts de premier plan en matière de santé des adolescents ont décrit le consentement parental comme un « obstacle à la vaccination » et ont appelé à :

« Des stratégies qui faciliteraient la capacité des mineurs non accompagnés… à recevoir des vaccins dans le cadre de directives légales, éthiques et professionnelles. »

L’infirmière zélée qui a récemment administré un vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) à un garçon de 11 ans sans consentement parental – tout en disant à la mère que tout ce qu’il avait eu était un sac de glace – avait-elle respecté les « directives légales, éthiques et professionnelles ? »

Les détracteurs de l’AMA affirment que l’organisation a mené une campagne en faveur d’un «État de police pharmaceutique totalitaire» presque depuis sa création au milieu des années 1850.

Bien que ces critiques soient fortes, il semble clair que, sur les questions relatives aux vaccins, l’AMA n’est que trop disposée à définir une position politique draconienne. Après que l’AMA eut annoncé son intention d’ignorer les souhaits des parents, un écrivain conservateur a souligné ces contradictions:

« Alors que les individus doivent avoir au moins 21 ans avant de pouvoir boire, et 18 ans avant d’être autorisés à acheter des cigarettes et à élire un président, les enfants de tout âge peuvent prendre la décision de participer à la vaccination, quels que soient les risques suffisants pour justifier la nécessité d’un programme national d’indemnisation des dommages liés aux vaccins. »

Les législateurs tentés de suivre le mouvement de l’AMA pourraient réfléchir à deux fois avant de jeter les droits parentaux aux orties de manière aussi cavalière.

© 2019 Children’s Health Defence, Inc.

Source : Vaccine Impact

Vu sur Initiative Citoyenne

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :