« L’effondrement a déjà commencé. Pénurie de médicaments. Série de l’été » L’édito de Charles SANNAT

Ce que Charles appelle pudiquement un « série » est en passe de devenir une saga récurrente, car de plus en plus de choses vont être déclarées en « pénurie » et la raison est bien exposée dans l’article de ce matin. « Il est déjà trop tard mais, tout n’est pas perdu. Préparez vous« . Tout n’est pas perdu si on revient à un peu plus de conscience, que l’on cesse de détruire les outils de production.

En faisant de la mondialisation, de la loi de l’offre et de la demande, la maîtresse suprême de la distribution des biens et services, ça donne le privilège au capital, à la spéculation, au détriment des besoins fondamentaux, que sont la nourriture, la santé, le logement etc.. que tout état doit à son peuple mais s’abstient de faire.

Cette caste mondialiste ne vit que par et pour le fric, avec la complicité des politiques traîtres qui eux, ne manquent de rien et vivent sur la détresse de ceux qu’ils sont censé protéger. À force d’y aller par petites doses, le peuple est mithridatisé et ne réagit que trop mollement à cette dictature des marchés, sans se rendre compte que ça n’est que le début. Partagez ! Volti

Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Comment sera la prochaine crise ?

Elle sera pire, certains disent même 30 fois pire que celle de 2008, ce qui veut tout dire mais surtout rien dire…

Dans mon dernier Vrai JT de l’éco je vous partageais ma conviction que la prochaine crise ne sera pas financière mais monétaire.

Doit-on avoir « peur » ?

Bien évidemment non, parler ici d’effondrement, ce n’est en aucun cas parler de la fin du monde, mais de l’effondrement du système que nous avons connu. Cet effondrement je vais vous démontrer consciencieusement tout au long du mois de juillet qu’il a déjà commencé, ce qui vous permettra de profiter pleinement et savoureusement de ce qui devrait s’apparenter à l’un de vos derniers étés de vacances insouciantes ! Profitez-en mes amis, tout ce qui est pris, n’est plus à prendre !! Je vais vous égayer l’été moi!!

Je voulais aujourd’hui vous parler des médicaments.

Plus précisément de la pénurie de médicament

La cortisone, comme vous en avez sans doute entendu parler dans vos JT de propagande du 20 heures, manque, mais ce n’est pas les seuls médicaments manquants !

Lire aussi:  Médicaments : cette taxe injuste qui rapporte gros (Pétition)

Ma chère et tendre épouse qui a besoin chaque mois d’un médicament « rare » est en pénurie depuis 2 mois. Personne ne lui en trouve. La pharmacienne avait dégoté le mois dernier un dernier tube dosé en 20 mg. Elle doit prendre du 5… Comme les cheveux, on coupe les comprimés en 4.

Pays du tiers monde ?

Non…

France 2019 !

Ce médicament existe ailleurs, mais nettement plus cher. La Sécu ne veut pas le rembourser et le payer plus cher, les laboratoires ne livrent plus la France et vendent au plus offrant.

Dure loi de l’offre et du marché.

Buzin peut raconter toutes les carabistouilles qu’elle veut devant les caméras de télé, je vais vous dire exactement ce qu’il se passe, et pourquoi, comme en Grèce, vous allez devoir payer vos médicaments, vous allez devoir faire du marché noir, comme je dois le faire pour trouver les comprimés de ma femme.

Vous achèterez à l’étranger, et vous paierez le prix fort. Logique. La santé n’a pas de prix si vous avez encore un peu d’argent.

Les labos le savent.

Nous avons créé un monde mondialisé.

Nous avons fermé nos labo ici.

Nous avons laissé délocaliser toute notre production de médicaments dans le cadre d’une mondialisation crétine frisant la haute trahison.

Résultat ?

Il n’y a plus de médicaments en France.

Chaque jour la pénurie s’aggrave parce que les labo se livrent à une guerre des prix contre les Etats !

Alors il y a une solution très simple.

Tout d’abord il y a un constat.

La santé de nos concitoyens ne se négocie pas. C’est ce que l’on appelle les intérêts supérieurs de la Nation, de la France que de s’occuper et d’assurer le bien-être des siens.

La solution est la même qu’en Afrique du sud et « l’affaire Prétoria ».

Au début des années 2000 l’Afrique du Sud, face au Sida, a décidé que les brevets ne pouvaient pas empêcher la vie… et que s’il fallait fabriquer soi-même les médicaments plutôt que de les acheter à un tel prix que les gens ne pouvaient pas y avoir accès, alors, on ne pouvait pas opposer la propriété industrielle et les brevets !

La pénurie de médicaments actuelle est également un pavé dans la marre de ceux qui pensent que les privatisations sont l’alpha et l’oméga, que tout peut être livré aux puissances du saint-marché auto-régulateur et efficient…

Lire aussi:  Une mère de famille décède après avoir été percutée par un supporter de l'Algérie à Montpellier
Les dangers des privatisations c’est la pénurie de médicaments !

Si les Etats ne sont pas, par nature vertueux, les entreprises privées ne le sont pas plus. Leur raison d’être, leur logique même, est l’accumulation de profits. C’est normal, c’est logique. Mais cela a des conséquences, comme le fait de ne pas livrer la France quand les Etats-Unis achètent plus cher.

Cette pénurie de médicaments ne sera pas unique. Elle est en train de s’étendre à d’autres secteurs, pour exactement les mêmes raisons. Le marché

La mondialisation.

Le plus offrant.

Souvenez-vous de vos rayons de beurre vide et de la pénurie de beurre en France pas parce que nous n’en produisons pas, mais parce que l’on préfère le vendre à l’étranger.

Souvenez vous de l’histoire du lait pour bébé et la Chine qui installe ses usines de poudre de lait en France. La vache normande alimente le nourrisson chinois. Il nous faut payer plus cher notre lait.

Souvenez-vous du bois et du chêne français qui part en Chine et menace la filière bois, enfin ce qu’il en reste en France ?

Il y a un point commun à tout cela !

Enfin plusieurs, mais un grand, un immense.

Il n’y a plus assez de ressources pour satisfaire la demande de tous à des prix modérés, donc les prix montent.

Il n’y a de pénurie que dans des marchés en tension.

Cela veut dire que nous y sommes mes amis.

Il n’y en a plus assez pour tout le monde.

Regardez le tableau d’ensemble. Il n’y a pas « une » pénurie de médicaments, mais une pénurie générale dans les ressources matérialisée par des prix en hausse et le fait qu’il n’y en ait plus pour tout le monde tout le temps !

L’effondrement a déjà commencé et ces pénuries vous matérialisent cet effondrement.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

Vu sur Les Moutons Enragés

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
%d blogueurs aiment cette page :