Grands crus à 500€ la bouteille et homards géants aux frais du contribuable : François de Rugy «assume»

Dans un article publié ce mercredi, Mediapart épingle la «vie de château» de l’ancien président de l’Assemblée nationale. Grands crus à 500 euros la bouteille, homards géants, compositions florales et vaisselle d’apparat… avec les deniers du contribuable public.

Entre octobre 2017 et juin 2018, Séverine de Rugy aurait organisé une dizaine de dîners rassemblant notamment des amis du couple et des membres de leur famille, sous les lambris de l’hôtel de Lassay, selon les témoignages collectés par Mediapart.

 

“Le personnel et les moyens de l’Assemblée nationale ont également été mobilisés pour des événements intimes du couple”. Ainsi, sur une photo prise à la Saint-Valentin 2018, on voit François de Rugy attablé à l’hôtel de Lassay devant une nappe parsemée de pétales de roses rouges”

A chaque fois, le personnel de l’hôtel de Lassay était mis à contribution, “parfois jusque tard dans la nuit”.

Château Cheval-Blanc 2001

Au menu des dix à trente convives par dîner, des homards géants, arrosés de champagnes et de grands crus issus des caves de l’Assemblée. Parmi lesquels du Mouton-Rothschild 2004 du centenaire de l’Entente cordiale entre l’Angleterre et la France (au moins 500 euros la bouteille) ou encore du Château Cheval-Blanc 2001 (550 euros).

Des festins somptueux, préparés par le personnel et avec les moyens de l’Assemblée nationale, dans un décor tout aussi luxueux. « Verres en cristal, porcelaines, petites cuillères en or, chandeliers, vaisselles d’apparat » et compositions florales, écrit encore Mediapart.

« Nous n’avons rien à nous reprocher », s’est défendu l’actuel ministre de la Transition écologique et solidaire, mercredi matin, sur France Inter, dénonçant un « article pamphlétaire ». Tout en reconnaissant que sa femme a bien « participé à l’organisation de ces dîners », François de Rugy assure que les convives n’étaient « pas des amis ».

Source Mediapart

Vu sur Fawkes News

Dîners luxueux, travaux onéreux, appartement à loyer modéré, sèche-cheveux… Ce qui est reproché à François de Rugy

En seulement 24 heures, trois affaires embarrassantes se sont accumulées sur le bureau de François de Rugy. Le ministre de la Transition écologique et solidaire est dans la tourmente depuis que Mediapart  a révélé, mercredi 10 juillet, les dîners mondains qu’il a organisés aux frais du contribuable lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale.

Lire aussi:  Affaire de Rugy : « L'intolérance au homard n'existe pas »

Dans la soirée, le site d’investigation a dévoilé une autre affaire, touchant cette fois-ci sa directrice de cabinet, Nicole Klein, qui a conservé un logement social à Paris pendant douze ans alors qu’elle ne vivait plus dans la capitale. Enfin, jeudi matin, Mediapart a publié un article révélant le montant des travaux – plus de 63 000 euros – réalisés dans les appartements privés du ministère de la Transition écologique.

Mercredi soir, en réponse à l’article sur les dîners, et devançant celui sur la rénovation de son appartement de fonction, François de Rugy a apporté des explications sur sa page Facebook. “Face aux attaques qui me sont faites, je n’aurai qu’une seule défense : les faits présentés en toute transparence. Le reste n’est qu’insinuations alimentées par une source anonyme et malveillante”, écrit-il. Voici ce qu’il faut retenir de ces trois affaires.

Les dîners mondains à l’hôtel de Lassay

Que sait-on ? Mediapart révèle que François de Rugy, alors président de l’Assemblée nationale, a organisé avec son épouse de luxueux dîners à l’hôtel de Lassay, sa résidence de fonction. Le site a comptabilisé une dizaine d’agapes entre 2017 et 2018, avec champagne, grands vins ou homards, comme le montrent les photos accompagnant l’article. Ces dîners ont rassemblé à chaque fois entre dix et trente convives, selon Mediapart.

Le média d’enquête remet en cause le caractère professionnel de ces réceptions. Les participants “appartenaient tous au cercle relationnel et surtout amical de Séverine de Rugy”, l’épouse de François de Rugy, journaliste au magazine people Gala. Ils recevaient ainsi “des copains et copines de la communication et du journalisme, des réalisateurs, des producteurs, des gens de la finance, des actrices ou des écrivains de seconde zone”, écrit Mediapart.

Bien que le gouvernement l’ait officiellement assuré de sa “confiance”, certaines voix s’élèvent au sein de la majorité. “Si ce sont des amis privés, il y aura un problème, et là il y aura la nécessité évidemment que les frais soient remboursés”, a affirmé la députée Aurore Bergé sur franceinfo. Le patron de La République en marche, Stanislas Guerini, en a quant à lui appelé à la déontologue de l’Assemblée nationale pour faire la lumière sur cette affaire. […]

La rénovation de son appartement de fonction

Que sait-on ? Le logement de fonction de François de Rugy au ministère de la Transition écologique a bénéficié de travaux fin 2018 et début 2019, à hauteur de 63 000 euros. Parmi les dépenses engagées figurent des travaux de peinture (35 390 euros), de moquettes et de parquets (4 639 euros) ou encore de réfection de salle de bains (6 057 euros), ainsi qu’un dressing pour un coût de 16 996 euros. Mediapart, qui a interrogé des entrepreneurs sollicités pour des devis mais finalement non retenus, qualifie ces aménagements de “travaux de confort”. Le site ajoute que ce ne sont pas les prestataires les moins onéreux qui ont été choisis. […]

Lire aussi:  François de Rugy démissionne du gouvernement
Le logement social de sa directrice de cabinet

Que sait-on ? La directrice de cabinet du ministre, Nicole Klein, était locataire d’un logement social à Paris depuis 2001, révèle Mediapart. Or, cette haute fonctionnaire qui a occupé de nombreuses fonctions, notamment comme préfète, ne vivait pas dans la capitale entre 2006 et 2018. “Je n’ai pas quitté cet appartement par facilité et négligence”, a-t-elle reconnu, interrogée par Ouest-France.

Le logement à loyer préférentiel près de Nantes

Que sait-on ? En juillet 2016, le député François de Rugy est devenu locataire d’un appartement à Orvault, une commune proche de Nantes (Loire-Atlantique) située dans sa circonscription. Selon Mediapart, il s’agit d’un T2 de 48 m², acheté par son propriétaire dans le cadre du dispositif Scellier “social”. “Ce dispositif d’aide prévoit que les loyers soient plafonnés pour des locataires répondant à des critères stricts, notamment en matière de revenus modestes”, écrit le site.

Pour la commune d’Orvault, située en zone B1, ce plafond est de 34 790 euros pour une personne seule sans enfants à charge. A l’époque, le député, qui n’avait pas ses deux enfants à charge selon Mediapart, déclarait 47 958 euros de revenus. Le site précise également que le locataire d’un logement Scellier doit faire de l’appartement son habitation principale, ce qui n’est pas le cas du ministre.

Le sèche-cheveux doré à la feuille d’or

Que sait-on ? Comme le rapporte Le Parisien, la femme de François de Rugy, Séverine Servat, a fait l’acquisition, aux frais de l’Assemblée nationale, d’un sèche-cheveux doré à la feuille d’or, pour la somme de 499 euros.

Que répond François de Rugy ? Au quotidien, le ministre a d’abord répondu que l’objet avait été “laissé à l’Assemblée nationale lorsque le couple a quitté le Palais Bourbon”. Sur BFMTV, vendredi 12 juillet, François de Rugy a finalement accusé le journal d’avoir menti sur ce sujet.

Source francetvinfo

 

 

Plus de partages

Une pensée sur “Grands crus à 500€ la bouteille et homards géants aux frais du contribuable : François de Rugy «assume»

  • 12 juillet 2019 à 10 h 53 min
    Permalink

    Commentaire en partage de cet article sur mon compte Facebook :

    Bonjour,

    Comme il est dit : “Bien mal acquit ne profite jamais !” … En fait cela lui causera de l’embonpoint supplémentaire en mauvaises graines de karmas, très difficile et surtout très douloureuse à s’en défaire. Que se soit dans cette vie où dans la prochaine.

    Bien à vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :