American Moon : le documentaire sur Apollo 11 de Massimo Mazzuco

Ce documentaire de plus de 3H30 de Massimo Mazzucco, le réalisateur à qui l’on doit la très bonne investigation “11 septembre: le nouveau Pearl Harbor“, est sorti le mois dernier. Pour l’instant il n’est accessible qu’en location pour la version française alors que la version italienne est entièrement accessible sur Vimeo, mise à disposition par le réalisateur lui-même.

American Moon, un film à voir

Théorie sur les faux alunissages : pourquoi je pense que ce documentaire sur les missions lunaires vaut la peine d’être vu.

Je connais Massimo Mazzucco. Son opus « 11 septembre, le nouveau Pearl Harbor » est une extraordinaire encyclopédie sur le plus grand attentat terroriste de tous les temps. Et seul un imbécile peut sortir de son visionnage encore convaincu que 19 terroristes islamistes, sous la houlette d’Oussama Ben Laden, ont organisé et perpétré le 11 septembre. Ce nouveau documentaire de Mazzucco met sérieusement en doute le fait que l’homme soit allé sur la Lune.

Mais d’un autre côté je me pose la question : peut-on vraiment affirmer qu’aucune des six missions Apollo (Apollo 11, 12, 14, 15, 16, 17), dont la version officielle affirme le succès, ne soit jamais effectivement allé sur la Lune ? Je pense qu’en l’état actuel des choses, on ne peut pas faire une affirmation comme celle-là. Et même l’auteur du documentaire ne s’y risque pas.

Mais l’analyse détaillée faite dans American Moon conduit à la conclusion inexorable que tout le programme Apollo est truffé de mensonges et d’artifices qui cachent des éléments cruciaux.

Je ne vais pas énumérer, dans un article comme celui-ci, tous les points mis en évidence dans le film. Je vous parlerai seulement de ceux qui ont laissé chez moi une trace indélébile.  Ils sont au nombre de trois exactement :

a) Les interviews de photographes célèbres : Peter Lindbergh, Aldo Fallai, Toni Thorimbert et Oliviero Toscani. Leurs analyses mènent à la conclusion unanime que nous avons affaire à des photos réalisées dans un studio de cinéma, judicieusement équipé, mais incapable de cacher l’évidence.

b) La disparition des bandes magnétiques contenant toutes les données de vol (notamment celles de la mission Apollo 11 avec Armstrong, Collins et Aldrin) ainsi que les données biométriques des trois membres d’équipage, données qui furent enregistrées pendant toute la mission spatiale. Une disparition aussi inexplicable que retentissante.

Lire aussi:  Comment Apollo et la NASA ont hypnotisé le monde

c) Le problème des Ceintures de Van Allen. Il s’agit de zones entourant totalement la Terre et qui se trouvent entre la Terre et la Lune, à une distance allant de 1500 km à 40 000 km de la Terre. Entendons-nous bien : tous les satellites mis en orbite ces dernières décennies, les vols habités, les stations spatiales, évoluent dans un rayon bien inférieur à 1000 km, c’est-à-dire bien en-deçà de ces Ceintures de Van Allen. De ces dernières, nous savons (d’après celui-là même qui les a découvertes) qu’elles sont hautement radioactives et – selon lui – très dangereuses pour tout être vivant qui resterait exposé à leur radio-activité.

Quels sont exactement les niveaux de risque qu’elles représentent, personne ne le sait vraiment à ce jour. D’autant que la NASA a récemment diffusé un documentaire (visible aussi sur YouTube) expliquant au grand public qu’avant de pouvoir envoyer sur Mars une mission habitée, il sera nécessaire de mettre en orbite un vaisseau spatial entre la Terre et la Lune, qui devra précisément passer au travers des « Ceintures de Van Allen.

 

Naturellement sans équipage, simplement pour étudier les effets de la radioactivité sur les instruments, et sur des formes de vie à des niveaux de développement différents. Mais alors ? Si la NASA ne sait rien de tout cela en 2018, qu’est-ce que ça signifie ? Cela signifie que les 6 missions (11,12,14,15,16,17) entre 1969 et 1976, avec à bord 18 astronautes auraient traversé les « Ceintures » par deux fois chacun, aller et retour, sans connaitre les risques auxquels ces hommes s’exposaient.

Etant donné que les astronautes seraient tous revenus vivants, il resterait donc l’hypothèse que les « Ceintures », même si elles existent, ne soient pas aussi dangereuses que ce qu’avait prédit Van Allen. Mais il demeure également l’hypothèse qu’aucun des astronautes ne les ait traversées. Dans tous les cas, il est stupéfiant de penser que la Nasa ait oublié les 6 missions Apollo et révèle aujourd’hui la nécessité d’étudier ces Ceintures, pour le cas où l’on voudrait envoyer quelque milliardaire sur Mars au cours de la prochaine décennie.

Lire aussi:  Comment Apollo et la NASA ont hypnotisé le monde

Dernière chose, cette fois assez amusante : Mazzucco met en avant les avis de ceux qu’on appelle les « debunkers », c’est-à-dire ceux qui furent chargés de « démonter » les doutes dont nous parlons ici. Et l’on s’aperçoit d’ailleurs que nombreux ont été les incrédules qui ont cherché des poux à la version officielle.

Mazzucco raconte les tentatives désespérées [des debunkers] d’expliquer l’inexplicable et démontre, à son tour, patiemment, l’inanité de leurs efforts. Parmi les « debunkers » dont il se moque, il y a l’italien Paolo Attivissimo. Le sommet de la bêtise lui revient, lorsque lors d’une conférence, il cherche à expliquer la disparition des enregistrements magnétiques en disant « que les bandes coutaient très cher et qu’il fallait les réutiliser ».

American Moon, un film qui relance le débat avec le réalisateur Massimo Mazzucco

” Bob Bellanca reçoit Massimo Mazzucco le réalisateur du documentaire “American Moon”. Ce dernier tente de comprendre les données et les photos apportées par la NASA sur les missions Apollo et sur le 1er pas sur la lune. Il est allé à la rencontre de grands photographes comme Peter Lindberg afin qu’ils donnent leur avis sur les prises de vues diffusées par l’agence spatiale américaine.  “

BTLV : Amercian Moon, un Live qui relance le débat

 

Autre entrevue du réalisateur qui en dit plus sur son documentaire:

 

Sources : BTLV  Il Fatto Quotidiano  Wikistrike

 

Plus de partages

3 pensées sur “American Moon : le documentaire sur Apollo 11 de Massimo Mazzuco

  • 26 juillet 2019 à 17 h 18 min
    Permalink

    Commentaire en partage de cet article sur mon compte Facebook :

    Bonjour,

    En fait depuis de nombreuses années j’ai pensé également que les américains n’avaient jamais mis les pieds sur la lune, puis ma vision à globalement changé, car de nouveaux éléments informatifs sont accessibles maintenant, qui offrent une vision plus large, même si ce n’est pas encore totalement la vision d’ensemble, mais dont les éléments se mettent en place depuis un certain temps.

    Le fait principal (je ne peux pas développer ici ce serait trop long), et la divulgation des SSP, soit programmes spatiaux secrets des Etats-Unis, dont un des volets et une section de la Navy nommée Solar Warden qui sont les gendarmes de notre système solaire et qui ont des bases sur Mars et certaines lunes de Saturne et de Jupiter, puis le SSP, qui lui voyage à travers notre galaxie avec les techniques dévoilées dans les films « Star Trek », qui ne serait que de la divulgation douce afin de nous y préparer (voir David Wilcok, Corey Goode, Emry Smith, William Toppkings, et d’autres, ainsi que le film « Above Majestic », différents sites d’informations alternatives, stopmensonges.com, exoportail.com, eveilhomme.com, alalumieredunouveaumonde.com, revolutionvibratoire.fr).

    Selon l’ensemble des divulgateurs, non seulement les américains ont été sur la lune, mais y aurait été interdit depuis, car s’étend posé n’importe où sans demander, dans des zones privées déjà occupées par des civilisations exogènes et non terrestre.

    Le gouvernement des Etats-Unis aurait pu obtenir après l’opération paperclip conclue avec les nazis, pu contre une totale immunité de vie en hommes libre aux Etats-Unis et à l’occupation de poste décisionnel dans tous les secteurs d’activités, auraient transmis au gouvernement américains, l’ensemble de leurs technologies avancées anti-gravité qu’ils (les nazis) ont mis au point dès les années 30 pour visiter tout le système solaire et acquérir un territoire et une base sur la lune.

    La base lunaire obtenue par les nazis fut un échange avec les dracos qui contre de la technologie avancée, les nazis ont autorisé les dracos à pratiquer des enlèvements d’humains afin d’expérimentations génétique, ainsi que de mise en esclavage sur certaines planètes à leur unique profit.

    La somme de documents qui circulent sur internet quant à ces technologies avancées et aux contacts avec des races terrestres vivants sous la surface (Antarctique) et (Agartha situé sous l’Himalaya), et de celles vivants dans notre système solaire et au-delà, serait d’environ entre 42 et 247, certains documents provenant des autorités russes : (russian.secret.alien_.races.book_.pdf). L’on peux également voir de nombreuses vidéos amateurs ayant filmé avec télescope et caméra vidéo des phénomènes curieux sur la surface de la lune, comme le déplacement d’engins roulant au sol, d’immenses vaisseaux traversant à grande vitesse tout le diamètre lunaire, et des lumières.

    D’après Corey Goode, le temps nécessaire pour voyager de la Terre à la Lune actuellement et de l’ordre entre 2 à 5 minutes du temps de monter dans l’engin spatiaux et d’en sortir sur la base lunaire du gouvernement américain, ainsi le voyage vers Andromède ne prendrait pas plus de 20 minutes.

    Donc, est-ce vraiment là où il nous faut mettre notre énergie maintenant, à savoir si des américains ont vraiment posé les pieds sur la Lune, il y a 50 ans maintenant ?

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite un agréable été.

    Répondre
  • 27 juillet 2019 à 2 h 07 min
    Permalink

    M. Drapel,
    Bonjour,

    Merci pour vos articles qui pour moi sont toujours très inspirant. Malheureusement parfois devant la masse négative d’information j’avoue caler.

    Mais c’est promis, demain j’irai lire ou relire les deux articles, que vous mentionnez, soit des : 130319 et 180719.

    Et de votre coté, comment trouvez-vous cette nouvelle voie pour l’éveil qui sans doute sera publiée en automne à cause des multiples petits ajouts et modifications que j’y ai apporté, mais je ne le regrette pas, l’important étant que chacun à partir de ce texte et des éléments qui y sont partagés, puisse non seulement s’éveiller, mais savoir également quel est le but que soutient l’éveil, plutôt que de rester ignorant et juste aspirer à fendre le crâne de son concurrent, ou en sirotant des cocktails munis de petites ombrelles, vautrés sur un transat à faire griller son insignifiance sous les rayons du soleil.

    Bien à vous M. Drapel et je vous souhaite un bel été.

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :