Sandrine Salerno : « Sans les étrangers, la Suisse n’existerait pas »

Temps de lecture : 4 minutes

RTS/Forum, 6.08.2019 : Interview de Sandrine Salerno (SS2), maire de Genève

https://www.rts.ch/play/radio/forum/audio/villes-oubliees-sandrine-salerno-maire-de-geneve?id=10601167

******

Cenator : SS2, avec son génie de gauche, précise que les étrangers sont des gens « qui viennent d’ailleurs – mais des fois, « ailleurs », c’est aussi la Suisse alémanique – et qui vont apporter quelque chose à Genève, qui vont changer aussi la façon qu’on a de vivre et d’être à Genève. »

Au fait, Madame Salerno, quel est le pourcentage de ces richesses que vous chérissez qui se trouve à l’assistance, voire dans nos prisons ? Peut-être qu’ils viennent de Suisse alémanique ?

Il y a des questions que la RTS ne poserait jamais : Combien d’Africains, d’extra-européens, de chômeurs européens viennent s’installer à Genève? Quel est leur degré de scolarisation, leur capacité d’intégration, leur compatibilité avec la mentalité suisse ?

Est-ce que le communautarisme n’est pas plus dangereux qu’une société homogène ?

SS2 affirme que la Suisse sans les étrangers n’existerait pas. Est-ce qu’alors la Chine n’existe pas ? Le Japon, la Pologne n’existent pas ?

Que font les socialistes de son espèce de l’héritage suisse ? N’ont-ils aucune dette vis-à-vis du passé, envers ceux qui ont construit notre pays, qui ont donné leur vie pour que les générations suivantes puissent vivre dans un pays libre et prospère ? Des générations se sont sacrifiées pour réaliser la Suisse que nous avons héritée. Les traditions font partie de cet héritage, l’héritage que cette secundo cherche à détruire. Elle a été élue maire de sa ville, dans le pays qui l’a généreusement accueillie, et elle piétine son héritage.

Les gauchistes se prennent pour Dieu en voulant créer l’homme nouveau, et tout casser pour y arriver, avec des résultats totalement imprévisibles. La seule chose qui est prévisible, c’est que cela ne marchera jamais. Partout où la gauche est arrivée au pouvoir, le désastre a suivi, pas une seule société ne fait exception.

Mais les gauchistes fonctionnent sur un mode de trouble de la personnalité : ils nient la réalité, ne tirent jamais les conclusions qui s’imposent mais celles qui les arrangent, et lorsque le désastre qu’ils ont causé s’abat sur la population, c’est encore le cadet de leurs soucis : ils ont l’habitude de faire payer les autres à leur place.

Lire aussi:  Débat sur les statistiques pénales au Parlement suisse : Simonetta Sommaruga refuse de répondre aux questions de l’UDC sur les criminels étrangers

******

Journaliste (Pietro Bugnon) : Pour une ville internationale comme Genève, l’intégration des étrangers, c’est un des principaux défis ?

Sandrine Salerno (SS2): « […] A Genève, on est une ville historiquement, traditionnellement de migration, qu’elle soit interne ou internationale. »  A Genève, en ville, vous avez 48% de la population qui est étrangère, et encore plus qui est d’origine étrangère – moi-même je suis une secundo, comme on les appelle. « Donc on est historiquement, de tout temps, cette ville de métissage, de brassage culturel. »

« A Genève, on a à la fois les compétences et le savoir-faire pour développer une façon de vivre en milieu multiculturel. »

« On est une ville par essence multiculturelle. »

On a aujourd’hui, « une volonté, une politique publique qui définit différemment l’altérité. « On est très éloigné des thèses fédérales […] ».

« Le processus d’intégration, on ne le voit pas et j’espère qu’on ne le vit pas comme étant uniquement dans un sens, à savoir des migrants qui arrivent à Genève et qui doivent s’intégrer, mais plutôt comme des personnes qui viennent d’ailleurs – mais des fois, « ailleurs », c’est aussi la Suisse alémanique – et qui vont apporter quelque chose à Genève, qui vont changer aussi la façon qu’on a de vivre et d’être à Genève. »

« Ce qu’on défend, ce n’est pas une vision, entre guillemets, vieillotte et assimilationniste où on doit nier tout ce qu’on est en tant qu’individu, parce qu’on devra se fondre dans une identité genevoise : au contraire, c’est une identité en mouvement, qui se construit, qui se renouvelle », et où les migrants « participent à la création, y compris au niveau social et culturel, de l’identité genevoise. »

« A Genève, on a fait des expériences qu’on n’a pas fait ailleurs en Suisse » : notamment le procesuss de régularisation des clandestins, ou dans les années 80 l’entrée à l’école des enfants sans statut. Pour nous c’est des acquis.

Lire aussi:  Suisse : un migrant condamné pour assassinat, actes d’ordre sexuel avec des enfants, viol, contrainte sexuelle, séquestration

J : Le droit de vote pour les étrangers, c’est aussi une particularité genevoise. Genève l’a introduit en 2005.

SS2 : Oui, mais on n’a pas été exemplaire. On n’a pas donné les droits politiques complets : uniquement le droit de vote au niveau municipal, sans l’éligibilité, et au niveau cantonal on n’a pas de participation. « Je pense que ce sont des débats qu’il faudra refaire. »

J : Est-ce que la politique migratoire suisse devrait aussi s’adapter ?

SS2 : […] « On a un discours politique de droite, d’une droite dure, au niveau fédéral, et qui est encore totalement vieillot, je le disais, qui est largement basé sur des théories assimilationnistes : l’étranger a bien de la chance d’être accueilli en Suisse, il faut qu’il travaille et qu’il gomme toutes les aspérités, particularités ou éléments de diversité ». C’est une vision totalement dépassée. « Je ne pense pas que c’est là-dessus qu’on peut construire une société équilibrée. »

On le voit à Genève mais aussi en Suisse : on a besoin des étrangers. Si on veut continuer à être un pays prospère, il nous faut de la main-d’œuvre. Si on veut continuer à être un pays prospère avec un système d’assurances sociales, il nous faut, en plus, de la main d’œuvre « relativement jeune, qui ait des enfants, qui paie le système de sécurité sociale. » Dans le discours politique, on accable ces 25% d’étrangers de tous les maux, mais « sans ces étrangers, la Suisse, ça serait juste un pays qui n’existerait pas. »

J : Genève est un canton qui vote beaucoup plus à gauche que la moyenne suisse.

SS2 : Vous savez, si on était tous identiques, on s’embêterait. [A Genève], « on est parfois très différent des autres, mais les autres sont aussi différents de nous. » C’est une de nos richesses, « on peut aussi cultiver ce pays qui est multifacettes ».

Résumé Cenator pour LesObservateurs.ch

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Une pensée sur “Sandrine Salerno : « Sans les étrangers, la Suisse n’existerait pas »

  • 11 août 2019 à 0 h 53 min
    Permalink

    Commentaire en partage sur mon compte Facebook :

    Bonjour,

    Avec des politiciens et en l’occurrence une politicienne aussi nul, bien entendu que la Suisse ne peut pas exister. Déjà celle-ci a oublié le slogan qui a fait long feu de la dernière exposition nationale des trois lacs ou il était question que la Suisse n’existe pas.

    De plus la Suisse prive des suisses comme moi de pouvoir vivre en Suisse avec sa famille et préfère faire le jeu de la migration et de subvenir à tous les besoins de réfugiés étrangers, alors que les Suisses qui n’ont plus de ressources en Suisse mais des biens déclarés aux autorités fiscales mais difficilement voir invendables à l’étranger, sont taxés de riches et ne peuvent prétendre à l’aide sociale et n’ont comme notre famille, eux d’autres choix que de s’expatrier.

    J’ai entendu le beau discours de M. Le Président de la Confédération soulignant la carte de visite que représente cette 5ème Suisse, celle de ces expatriés qui sont une carte de visite pas chère puisque la Suisse nous a totalement lâché et laissé dériver à notre propre sort.

    Imaginez, la plupart des pays offrent de l’argent à leur expatriés pour payer les frais de scolarités des enfants, y compris les frais de transport et d’écolage, mais la Suisse n’offre aucune prestation à ses expatriés, ni même d’allocation familiale, mais ose sans vergogne prendre l’image de ces suisses laissés pour compte sur l’hôtel de la vanité mal placée, comme étendard du rayonnement de la nation à travers la planète.

    Honte à toi Suisse des élites déconnectées de toutes réalités.

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite un agréable été.

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com