Amsterdam : Un homme d’affaires revient de vacances et découvre que ses locaux sont occupés par 40 demandeurs d’asile

Temps de lecture : 2 minutes

« Dois-je quitter mon propre immeuble ? » Un homme d’affaires d’Amsterdam est rentré de vacances pour trouver sa propriété occupée par 40 demandeurs d’asile déboutés qui lui ont dit de partir.

Selon un rapport d’AT5, l’entrepreneur Salih Ozcan a été « expulsé de (ses) propres locaux » par des squatters migrants après son retour de vacances.

Après avoir récupéré sa propriété auprès d’un « mauvais locataire » qui l’avait utilisée pour faire pousser de l’herbe en janvier, Ozcan avait rénové le site et prévoyait de l’utiliser pour son entreprise automobile.

Il a été choqué de découvrir qu’il avait été occupé par 40 demandeurs d’asile déboutés qui avaient complètement saccagé l’endroit.

Se référant aux tas de déchets à l’entrée, Ozcan a dit que la scène était trop « folle pour les mots », ajoutant : « Seuls les rats et les souris viennent ici ».

Une vidéo montre des migrants africains en colère confrontés à la fois à Ozcan et à l’équipe de tournage de la chaîne de télévision. Les migrants ont menacé d’appeler la police s’ils ne partaient pas immédiatement.

 

« Dois-je quitter mon propre immeuble ? » a demandé Ozcan exaspéré.

Ozcan a décidé de quitter son propre bâtiment avant que la police n’intervienne.

« J’ai un très mauvais pressentiment. Je n’ai pas de mots pour ça du tout, » dit-il. « Je peux un peu comprendre ces gens, mais eux ne me comprennent pas du tout. C’est incroyable que ce soit possible dans un tel pays. »

La police a refusé tout commentaire et a déclaré qu’elle ne traiterait pas l’affaire comme étant urgente.

Lire aussi:  «Wallah on baise les condés» : une vidéo de jeunes insultant des policiers fait le tour du web

Les images ressemblent un peu à celles d’une vidéo qui a été diffusée en 2016 et qui montre un propriétaire d’hôtel de 80 ans en Italie contraint par la police d’héberger de nombreux migrants africains alors qu’il tente désespérément de résister à la confiscation de ses biens par le gouvernement.

Le propriétaire a refusé de loger des migrants après s’être fait dire qu’il ne recevrait que 7 euros par nuit pour chaque demandeur d’asile, mais son bien a ensuite été confisqué par le gouvernement de gauche de l’époque.

Source: Summit.news, le 20 août 2019 – Traduction par Nouvelordremondial.cc

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com