Pour en finir avec les mensonges européens sur le Donbass

Michel Garroté – La guerre du Donbass, c’est 13’000 morts, 30’000 blessés et un million de réfugiés. Et pour ceux qui l’ignorent –  parce que nos médias mentent – le Donbass est une région majoritairement russophone et qui a historiquement appartenu plus longtemps à la Russie qu’à l’Ukraine. Les “russophones” du Donbass qui, en fait, sont des Russes, mais bon, je ne voudrais surtout pas semer la pagaille…

Les relations du Donbass avec la Russie sont donc importantes et les liens profonds. Moscou est d’autant plus concernée que la guerre se déroule sur  sa propre frontière. Le Kremlin n’a pas pour autant envoyé son armée sur place – contrairement à ce que certains médias ont laissé croire – ce sont des volontaires locaux qui se sont eux-mêmes organisés en armée.

La République populaire de Donetsk et la République populaire de Lougansk

Moscou apporte du conseil militaire et un soutien logistique, mais ça ne va pas plus loin que cela. Les États-Unis, en revanche, fournissent les militaires ukrainiens en armes, conseillent l’armée ukrainienne et envoient des soldats sur place, officiellement pour “assurer de la formation”… Le Donbass indépendantiste est organisé en deux république,s la République populaire de Donetsk (RPD) ; et la République populaire de Lougansk (RPL).

Ces deux républiques ont proclamé leur indépendance suite aux événements du Maïdan et au coup d’État qui a renversé le président Ianoukovicth. Les habitants du Donbass ont voté leur autonomie par référendum et c’est à partir de ce moment-là que Kiev leur a déclaré la guerre [cf. première source en bas de page].

Lire aussi:  La Turquie annonce mettre fin à son offensive contre les milices kurdes du YPG en Syrie
En finir avec les sanctions antirusses

La diplomatie ukrainienne admet que les sanctions antirusses n’ont pas abouti aux résultats escomptés. Le deuxième point de la stratégie ukrainienne, à savoir l’isolement de la Russie, est remis en question, a annoncé la vice-ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, Elena Zerkal. Elle estime que le maintien des sanctions ukrainiennes à l’encontre de la Russie est peu probable.

Elena Zerkal a effectué cette annonce le vendredi 23 août 2019. “Il ne faut pas s’attendre à ce que tout soit simple. À mon avis, il est peu probable que nous puissions continuer à maintenir les sanctions et l’isolement de la Russie. Les sanctions n’ont pas donné les résultats escomptés”, a clairement précisé Elena Zerkal [cf. deuxième source en bas de page].

En finir…

Il est temps d’en finir avec les mensonges européens sur le Donbass. Plus particulièrement, il est temps d’en finir avec les mensonges du couple (de naufragés) Macron / Merkel sur tout ; sur rien ; et sur n’importe quoi (sur Greta qui a fumé la moquette, sur la farce onéreuse du G7, etc.).

Michel Garroté pour LesObservateurs.ch, 23.8.2019

Sources :

https://www.causeur.fr/donbass-13-000-morts-nikola-mirkovic-russie-ukraine-kiev-164672

https://fr.sputniknews.com/international/201908231041972920-lukraine-estime-peu-probable-que-les-sanctions-contre-la-russie-perdurent/

 

Plus de partages

Une pensée sur “Pour en finir avec les mensonges européens sur le Donbass

  • 24 août 2019 à 16 h 27 min
    Permalink

    Commentaire en partage de cet article sur mon compte Facebook :

    Bonjour,

    Je ne vais pas m’en cacher, comme tous bons désinformés, lorsque je vivais en Suisse et donc sans pouvoir me fier à mon sens critique défaillant à cause de l’incessant matraquage en faveur de la politique américaine, comme la plupart, j’étais très remonté contre Poutine et la Russie.

    Puis peu avant de quitter la Suisse pour des questions qui sont hors de ma volonté, j’ai commencé à modifier mon point de vue, je me disais que ce qui se passait en Syrie notamment, ne pouvait être totalement noir ou blanc, et que la position de la Russie et de Poutine, tout comme celle de Bachar El Assad, n’était peut-être pas les méchants tel que l’on nous l’avait en Suisse comme dans toute l’Europe par médias interposés, affirmé.

    Notamment pour ce qui se passait en Ukraine et que cet article tant à confirmer, mes doutes sur les vrais positions et moyens mis en avant.

    Maintenant les sanctions contre la Russie. C’est un peu comme moi qui vit en qualité de résident permanent dans un certain pays africain, l’on appréciait pas ma manière de m’exprimer sur alterinfo.ch ou sur d’autres sites de partages sociaux et que l’on me sanctionnait par une expulsion du pays, la Suisse n’aurait alors d’autres choix que celui de me reprendre et de m’octroyer son aide financière, qui ne serait alors ni de l’aide humanitaire, ni un permis de séjour de réfugier, partant que je suis citoyen suisse depuis le jour de ma naissance, il y a près de 60 ans.

    Pensez-vous alors que la sanction de ce gouvernement serait pour moi, plutôt un bien ou plutôt un mal, à partir de mon point de vue ?

    Eh bien les sanctions contre la Russie, c’est tout pareil, cela lui a permis de bien réfléchir où sont ses intérêts, ainsi que les valeurs qu’elle peut partager avec d’autres, qui deviendront peut-être alors, ses alliés, puis ses amis.

    Cela ne sert à rien à contrarier une puissance étrangère quel qu’elle soi, surtout lorsque celle-ci est la seconde, la troisième, voir peut-être sans l’affirmer, la première puissance militaire du monde et dont le chef qui plus est, tient la tête bien droite à dessein, sur ses épaules.

    Mais pour les américains comme pour d’autres, cela est difficile de se l’avouer.

    Bien à vous et je vous souhaite à vous toutes et tous, un agréable été.

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
%d blogueurs aiment cette page :