Fraude sociale et immigration : la grande escroquerie

Temps de lecture : 2 minutes

Faux numéros de Sécurité sociale, allocations douteuses, coûts gigantesques : alors que la France s’interroge sur la fraude sociale, Valeurs actuelles lève le tabou de la responsabilité de l’immigration dans ces chiffres.

Rarement un prérapport parlementaire aura fait autant de bruit. Difficiles à lire et encore plus à comprendre, ces documents n’intéressent guère le grand public. Encore moins les médias, souvent lassés à l’avance à l’idée de décrypter un texte de plus de cinq pages…

Pourtant, le sénateur UDI Nathalie Goulet et le député LREM Carole Grandjean sont parvenus à percuter le débat public en publiant, le 3 septembre dernier, leur précieux prérapport, consacré à la lutte contre la fraude sociale. Tollé dans la salle et pugilat sur les plateaux de télévision.

Nathalie Goulet nous l’assure : « Il y a des gens qui déclarent 70 enfants à la Sécurité sociale. »

Rapports administratifs à l’appui, elle alerte : il existerait une grande différence entre le nombre de personnes inscrites au Répertoire national d’identification des personnes physiques (RNIPP) et le nombre de bénéficiaires de prestations sociales. « 110 millions de personnes y sont inscrites et, parmi elles, 84,2 millions sont réputées en vie… Rappelons que le pays compte… 67 millions d’habitants ! »

Plus incohérent encore, elle révèle que le même RNIPP compte 3,1 millions de personnes âgées de plus de 100 ans en vie alors que l’Insee en recensait 21 000 en 2016 ! « On lève un tabou ! », s’exclame-t-elle.

« Attention ! Sur le sujet de la fraude sociale, politiquement, il n’est pas question d’agiter le chiffon rouge de l’immigration », nous préviendra brutalement une des 90 personnes auditionnées par les deux parlementaires.

Pourtant, il est précisément temps de s’intéresser à la fraude sociale concernant les étrangers, de s’attarder sur le lien entre celle-ci et l’immigration.

Lire aussi:  Danemark : Le ramadan est incompatible avec le travail, selon la ministre de l’Immigration et de l’Intégration

Lorsqu’on tourne les pages du prérapport, le thème, sans jamais être désigné comme seul responsable, est presque omniprésent.

“8 millions de cartes Vitale surnuméraires toujours actives”

De manière concrète, Valeurs actuelles a demandé à plusieurs personnes auditionnées par la mission gouvernementale de lister quelques exemples précis pour éclairer l’opinion de ses lecteurs.

Échantillon : à partir d’un faux certificat de naissance et d’une identité irakienne usurpée, un Algérien s’était fait verser 30 000 euros d’allocations ; un autre encaissait la pension de sa mère décédée ; un troisième, Franco-Nigérian, avait monté un réseau de faux inscrits à l’allocation d’adulte handicapé…

En lisant ce prérapport, on apprend que 21,1 millions d’individus disposant d’un numéro de Sécurité sociale sont nés à l’étranger et que 11,9 millions d’entre eux ont été bénéficiaires de prestations sociales, alors que l’Insee…

Source : Valeurs actuelles

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com