Viktor Orbán : « Nous rejetons les quotas de migrants, mais acceptons volontiers les quotas d’expulsion »

Dans un discours vibrant prononcé lors d’un événement annuel organisé par le parti national-conservateur Fratelli d’Italia (Frères d’Italie) à Rome, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a annoncé que ses gouvernements rejetaient les quotas de redistribution des migrants de l’UE, mais qu’ils « accepteraient volontiers des quotas d’expulsion ».

Une fois que l’Italie aura tenu ses élections, les Frères d’Italie seront probablement un acteur clé dans la prochaine coalition populiste de droite au pouvoir, avec la Ligue du Nord de Salvini.

Tout le long de son discours, M. Orbán a imploré les dirigeants italiens de protéger leurs citoyens et de fermer leurs frontières.

Tout en reconnaissant que le nouveau gouvernement de coalition de gauche du pays semble se réaligner avec les mondialistes à Bruxelles, M. Orban a également déclaré que la Hongrie serait là pour soutenir pleinement l’Italie quand et si elle supprime son leadership anti-italien et anti-européen.

« La Hongrie est prête à aider l’Italie de toutes les manières possibles, mais il y a des domaines dans lesquels nous ne pouvons rien faire », a dit M. Orbán. « Nous ne pouvons pas aider au transport et à la répartition de migrants en Hongrie. C’est impossible. »

« Mais une fois que vous l’aurez décidé, nous pourrons vous aider à défendre vos frontières, et si vous êtes déterminés à renvoyer les migrants qui sont déjà ici, nous pourrons vous aider pour cela aussi. »

« Nous ne pouvons pas accepter des quotas obligatoires, mais nous acceptons volontiers des quotas d’expulsion », a déclaré M. Orbán.

« Ainsi, si le Premier ministre Conte demandait aux Hongrois d’expulser quelques milliers de migrants d’Italie dans leur pays d’origine, la Hongrie serait alors prête et aiderait à remplir ces obligations », a poursuivi le Premier ministre hongrois.

M. Orbán a également évoqué les mesures prises par son gouvernement pour soutenir les familles hongroises, mais a affirmé qu’il y a encore trop peu d’enfants qui naissent.

« Si nous ne faisons rien pour contrer la tendance démographique négative, cela ne changera jamais », a ajouté M. Orbán. Il a ensuite insisté sur le fait qu’il ne soutiendrait jamais les politiques mondialistes visant à remplacer la natalité avec des migrants.

Le Hongrois a ensuite conclu son discours par cette déclaration qui fait réfléchir :

« Nous sommes minoritaires au sein de l’élite politique européenne, mais majoritaires parmi les nations et les peuples. Notre opposition est grande, riche, forte et bien organisée, donc nous devons livrer une bataille injustement difficile pour la justice. »

Source: Voice of Europe, le 26 septembre 2019 – Traduction par Nouvelordremondial.cc

Lire aussi:  Laszlo Kövér : « La gauche n’a plus de limite morale, et les autres partis sont sur la même voie »

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
%d blogueurs aiment cette page :