Humeur – Climat: comment va-t-on survivre à l’hystérie?

Envisager qu’on puisse augmenter le prix de l’essence de quelques centimes a provoqué hier le dépassement du seuil de la douleur psychologique chez les défenseurs de la voiture. En lisant certaines réactions sur les réseaux sociaux, après la décision du Conseil des Etats, on avait l’impression qu’on leur arrachait les ongles des pieds. Une autre fin du monde se prépare.

Catastrophes

Ces dernières semaines, il ne s’est pas passé un jour, une minute, une seconde sans que la question climatique soit de tous les débats, de tous les tweets, de tous les reportages. Les scientifiques du GIEC annoncent des nouvelles plus mauvaises que prévues, le Groenland fond, les mers montent, nos petits-enfant ne verront pas la neige, les ombles du Léman vont disparaître, comme les sapins du Jura. On voit des enterrements pour les glaciers, des gens sont en deuil comme s’ils avaient «perdu un ami». Il n’y a guère que la punaise diabolique qui tire son épingle du jeu.

800 grammes de CO2

Pendant ce temps la campagne des élections fédérales bat son plein. Sur le thème du climat évidemment. Mercredi soir, les candidats se sont prêtés au jeu de la RTS pour l’émission «C’est ma Suisse». La ratatouille cuisinée par les candidats – Isabelle Moret et Christophe Clivaz – faisait 800 g de CO2, trois fois moins qu’un repas normal. Félicitations. Mais, heureusement, personne n’a fait le bilan carbone de l’émission, car quand la TSR se déplace ce n’est pas en train et en trottinettes.

Record en juillet

Bien avant que le réchauffement nous empêche de dormir la fenêtre ouverte, notre cerveau aura été cuit et recuit dans le chaudron de cette polémique qui semble sans fin. Greta Thunberg est encore jeune et partie pour durer. Mais, pendant ce temps, l’économie continue à fonctionner à l’ancienne avec du pétrole, du kérosène et de l’huile de palme. A l’urgence médiatique, répond la vie quotidienne des consommateurs. Les manifestations du printemps, si bruyantes, si enthousiastes, n’ont pas empêché l’aéroport de Genève-Cointrin de battre son record de passagers au mois de juillet.

Lire aussi:  Révélations : Toutes les modélisations et prédictions alarmistes sur le réchauffement climatique sont fausses et infondées. Explications par l’un des plus grands climatologues (Vidéo)
Mettre une casquette

D’un côté, on parle d’effondrement, de collapse et d’extinction de l’espèce. De l’autre, le seul fait d’envisager une augmentation à la pompe, c’est comme si on affamait le peuple au temps de Louis XIV. Ces prochaines années s’annoncent difficiles à vivre pour ceux qui gardent la tête sur les épaules. Avec juste une casquette pour se préserver du soleil.

Eric Felley

Le Matin

 

Plus de partages

2 pensées sur “Humeur – Climat: comment va-t-on survivre à l’hystérie?

  • 28 septembre 2019 à 13 h 43 min
    Permalink

    Commntaire en partage de cet article sur mon compte Facebook :

    Bonjour,

    Je suis assez vieux pour pouvoir dire que je l’ai vécu plusieurs fois en Suisse cette hystérie’ qui est le cersant le plus négatif du mental, en tant que phobie, comme l’est la jalousie.

    J’ai vécu en tant que conducteur l’augmentation d’un coup de 20.- ct de plus le litee d’essence, qui avec les taxes ajoutées que l’on nous avait bien entendu caché, à fait que cette augmentation fut ręellement de près de 30.-ct de plus le litre d’un coup.

    Je l’ai vécu avec l’hystęrie de la soi-disant mort des forêts et l’abaissement de la route Lausanne-Berne, de 100 à 80 km/h, alors que son tracé à l’origine était puisque c’est quasiment une ligne droite, se transmuer en autoroute’ pour relier ces deux pôles important de population pour la Suisse.

    Ensuite l’on nous a dit que les scientifiques c’étaient trompés, que la mort des forêts n’était qu’un cycle naturel de la nature, mais le mal était fait et ni l’augmentation du litre d’essence, ni le rétablissement de la citesse sur la route de Berne ne furent supprimés.

    Tout au contraire, la route de Berne de Nationale fut déclassée à route régionale.

    Il y en a eu d’autres, comme l’interdiction de pouvoir rouler à travers nos forêts, où pourtant des routes et des chemins carrossable y ont été aménagés á cet effet et toujours utilisés par les bucherons, leurs camions et bulddozer et les gardes forestiers.

    Ainsi avec cette actuel hystérie mondiale en faveur du climat, le mal est déjā fait, au détriment de l’humanité et de nos libertés fondamentales.

    Que va t’il pour nous tous ce passer dans le futur et quelles seront nos possibilités de choix si nous souhaitons préserver ne serait-ce notre liberté à pouvoir librement s’exprimer..?

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite un agréable week-end.

    Répondre
  • 28 septembre 2019 à 13 h 58 min
    Permalink

    Commentaire en partage de cet article sur mon compte Facebook :

    Bonjour,

    Je suis assez vieux pour pouvoir dire que je l’ai vécu plusieurs fois en Suisse cette hystérie qui est le cersant le plus négatif du mental, en tant que phobie, comme l’est la jalousie.

    J’ai vécu en tant que conducteur l’augmentation d’un coup de 20.- ct de plus le litee d’essence, qui avec les taxes ajoutées que l’on nous avait bien entendu caché, à fait que cette augmentation fut ręellement de près de 30.-ct de plus le litre d’un coup.

    Je l’ai vécu avec l’hystęrie de la soi-disant mort des forêts et l’abaissement de la route Lausanne-Berne, de 100 à 80 km/h, alors que son tracé à l’origine était puisque c’est quasiment une ligne droite, se transmuer en autoroute’ pour relier ces deux pôles important de population pour la Suisse.

    Ensuite l’on nous a dit que les scientifiques c’étaient trompés, que la mort des forêts n’était qu’un cycle naturel de la nature, mais le mal était fait et ni l’augmentation du litre d’essence, ni le rétablissement de la citesse sur la route de Berne ne furent supprimés.

    Tout au contraire, la route de Berne de Nationale fut déclassée à route régionale.

    Il y en a eu d’autres, comme l’interdiction de pouvoir rouler à travers nos forêts, où pourtant des routes et des chemins carrossable y ont été aménagés á cet effet et toujours utilisés par les bucherons, leurs camions et bulddozer et les gardes forestiers.

    Ainsi avec cette actuel hystérie mondiale en faveur du climat, le mal est déjā fait, au détriment de l’humanité et de nos libertés fondamentales.

    Que va t’il pour nous tous ce passer dans le futur et quelles seront nos possibilités de choix si nous souhaitons préserver ne serait-ce notre liberté à pouvoir librement s’exprimer..?

    Car tout ce qui nous est supprimé ou imposé, n’est soit jamais enlevé, ni jamais rendu.

    Peut-être le mieux serait que l’humanité entière disparaisse et pas seulement 90%, afin comme le disait le Dalai lama en riant : ” Ce n’est pas grave car nous irions continuer ailleurs!”.

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite un agréable week-end.

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :