Aucune annonce officielle des médias, pourtant l’armée française fuit le nord de la Syrie

À l’instar des États-Unis, la partie française quitte à son tour la ville syrienne de Manbij, dans le gouvernorat d’Alep, selon des sources locales citées par un correspondant de Sputnik.

Cette annonce intervient quelques heures après qu’un convoi américain a été filmé en train de quitter cette même ville.

Dans la matinée du 15 octobre, les militaires français ont commencé à retirer leurs forces présentes sur le territoire de la ville syrienne de Manbij, où elles étaient stationnées, a fait savoir un correspondant de Sputnik, se référant à des sources locales.

Les États-Unis ont déjà retiré leurs troupes de trois bases militaires à Manbij, toujours selon la même source.

Plus tôt dans la journée, l’agence Ruptly a publié une vidéo de la rencontre fortuite d’un convoi de l’armée syrienne et de militaires américains en train de rouler simultanément dans des directions opposées sur la route entre Manbij et Kobané, dans le nord-est de la Syrie.

Retrait des forces américaines de Syrie

Lundi 14 octobre, Donald Trump a déclaré «avoir retiré le gros» du contingent américain de Syrie. Il a également fait savoir qu’il ne s’opposait pas à ce que le Président Bachar el-Assad défende les Kurdes visés par l’opération militaire turque.

En outre, il a promulgué les sanctions contre la Turquie visant à convaincre Ankara de «mettre fin immédiatement à son offensive».

Les Kurdes syriens avaient précédemment annoncé être parvenus à un accord avec Damas sur le déploiement des troupes syriennes le long de la frontière turque pour contrer les attaques des forces turques.

Lire aussi:  Biden prédit la disparition de l’Otan si Trump est réélu

Le 14 octobre, l’armée gouvernementale syrienne est entrée dans la ville de Manbij (nord) contrôlée auparavant par l’administration autonome kurde.

Des forces américaines étaient cantonnées dans cette ville avant que la Turquie ne lance le 9 octobre son opération Source de paix dans le nord de la Syrie.

Opération turque Source de paix

Recep Tayyip Erdogan a annoncé le 9 octobre le début de l’opération Source de paix dans le nord de la Syrie, menée contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit en Turquie, et le groupe terroriste Daech*.

Le même jour, Ras al-Aïn et d’autres villes frontalières syriennes ont été bombardées par l’aviation turque.

Ankara a ensuite annoncé le début de l’opération au sol. Le ministère turc de la Défense nationale a déclaré le 11 octobre avoir pris le contrôle de Ras al-Aïn.

Selon l’agence Anadolu, l’armée turque s’est emparée le 13 octobre de la ville de Tall Abyad.

Source: Sputnik

Photo couverture: © REUTERS / Rodi Said

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
%d blogueurs aiment cette page :