Alain Finkielkraut : “Le hijab, ce n’est pas la France”

Le philosophe a tenu à réagir à l’affaire de la femme voilée, évacuée du conseil régional de Bourgogne après avoir été interpellée par le député RN Julien Odoul.

Et soudain, le débat sur le voile a resurgi en France. Vendredi 11 octobre dernier, le député RN Julien Odoul a fait parler de lui lors d’une session du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, lorsqu’il a demandé à une femme voilée d’ôter son hijab au sein de l’hémicycle.

Interrogée sur la question, qui a pris une ampleur nationale, dans l’émission C à vous sur France 5, Alain Finkielkraut a donné une analyse de la situation sans concession.

« Il est normal de dire que la France y est hostile »

Le philosophe condamne d’abord les propos de l’élu RN Julien Odoul, « dans la mesure où il avait tort ». « Il a dit que cette femme recouverte d’un hijab n’avait pas sa place au conseil régional, or elle avait sa place », fait-il valoir.

« Mais le hijab, ce n’est pas la France et la France c’est en effet une mémoire, une histoire, des mœurs et des principes et un certain rapport aux femmes qui n’est pas négociable », condamne-t-il ensuite avant de poursuivre, invoquant un nouveau concept : « Alors bien sûr, la non-France peut avoir une place en France mais dans une certaine mesure ».

Et le philosophe de développer :

« Il est normal de dire que notre société, la France pour ce qu’elle représente, y est hostile [au voile] et c’est une invitation faite aux musulmans de s’interroger sur ce qu’est l’islam et le rapport à la femme. Si, précisément, l’oppression, la relégation, la sujétion des femmes et du désir féminin n’est pas pour quelque chose dans la violence des sociétés islamiques ».

« Voilà une question qu’il faudrait poser et je pense que tout ce qui peut entraîner les musulmans eux-mêmes à s’interroger sur ce rapport est bon », conclut-il sur le sujet. 

Blanquer s’en mêle

Avec ses propos, le député Julien Odoul a provoqué un buzz sur les réseaux sociaux qui s’est propagé jusqu’aux plus hautes sphères de l’Etat. Le ministre de l’Education nationale lui-même a jugé « que ce n’[était] pas souhaitable » de porter le voile lorsqu’on était accompagnatrice lors des sorties scolaires, « pour notre société ».

En effet, la femme en question se trouvait au conseil régional à Dijon, dans le cadre d’une sortie scolaire. « Je vais vous demander, s’il vous plaît, au nom de nos principes laïcs, de bien vouloir demander à l’accompagnatrice qui vient d’entrer dans cette salle de bien vouloir retirer son voile islamique », avait alors demandé Julien Odoul à la présidente de la région.

Source: Valeurs Actuelles

Photo couverture: Alain Finkielkraut. Photo © EDMOND SADAKA EDMOND/SIPA

 

Plus de partages

Une pensée sur “Alain Finkielkraut : “Le hijab, ce n’est pas la France”

  • 27 octobre 2019 à 7 h 04 min
    Permalink

    Julien Odoul a eu parfaitement raison et sa demande a été légitime ! Il n’y a même pas à débattre sur le sujet . C’est une provocation permanente qui secoue notre pays et L’Europe toute entière ! Il y en A MARRE !!

    Répondre

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
%d blogueurs aiment cette page :