Vaujours : exaspération après la réquisition du gymnase pour accueillir des migrants

Trois petites feuilles A4 ont été placardées sur les portes vitrées de l’entrée du gymnase Roger-Grosmaire, à Vaujours.

Il faut s’approcher très près pour lire l’arrêté préfectoral qui stipule que le complexe sportif « est réquisitionné pendant un mois » pour accueillir une centaine de migrants qui doivent être évacués ce jeudi matin de la porte de la Chapelle à Paris (XIXe) ou de l’avenue du Président-Wilson à Saint-Denis.

Ce mercredi après-midi, beaucoup d’habitants tombent des nues. Ils n’ont pas été prévenus à temps. « On a été pris de court, on n’a pas pu s’organiser », concède le maire de la ville Dominique Bailly (LR).

Aucune activité sportive pendant un mois

Une décision qui irrite les habitants et les associations de cette petite commune de 7 000 habitants. Il faut dire que le gymnase est l’unique équipement sportif de la ville. Tous les cours d’EPS des écoles et du collège ont été annulés, les activités sportives aussi. Seul le Téléthon sera maintenu « sous un chapiteau » loué par la mairie.

« Avec les vacances scolaires, les enfants vont être privés de sport pendant un mois et demi. Ça va être très dur de leur faire reprendre. Sans compter que nous, on paye l’abonnement à l’année », s’insurge Nathalie mère de deux enfants inscrits au karaté et à la gym.

« On va demander des indemnités à la préfecture », assure le maire qui redoute que les réquisitions ne deviennent régulières.

A l’été 2018 déjà, le gymnase avait été réquisitionné pour accueillir des migrants en attente de solutions. « C’était passé inaperçu parce que tout le monde était en vacances », assure Dominique Bailly qui a demandé les renforts de la police nationale pour s’assurer « que cette fois aussi la cohabitation se déroule bien ».

Lire aussi:  En Seine-Saint-Denis, l’Islam régit jusqu’à qui prépare les grillades lors des barbecues de la police judiciaire

Vaujours, mercredi 6 novembre. L’arrêté préfectoral a été placardé sur les vitres du gymnase, il indique qu’il rouvrira au public le 4 décembre. LP/Olivia Villamy

« La pioche est souvent chez nous »

Du côté des associations on s’interroge sur le choix de Vaujours. « La pioche est souvent chez nous », déplore une adhérente.

En fait, la préfecture explique privilégier les villes qui ne respectent pas la proportion légale de logements sociaux (de 20 à 25 %). Pour les services de l’Etat, avec seulement 17 % de logements sociaux et la gare du Vert-Galant à proximité, Vaujours s’imposait.

« Les villes choisies ne sont jamais contentes mais c’est un dispositif temporaire. Le temps de mettre à l’abri les migrants, de faire le point sur leur situation et de les rediriger », assure la préfecture.

En tout, 200 migrants seront dispatchés entre Vaujours et Villemomble. A leur arrivée jeudi matin, ils seront aidés par l’Armée du salut et des travailleurs sociaux.

Source: Le Parisien

Photo couverture: © LP/Olivia Villamy

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
%d blogueurs aiment cette page :