Protection de l’environnement douteuse : des éoliennes au lieu de forêts

Temps de lecture : 3 minutes
Nos principaux médias véhiculent l’idée que des mesures de protection du climat protégeraient aussi automatiquement notre environnement. L’exemple suivant montre qu’il peut s’agir d’une erreur majeure.

 

Dans l’état fédéral allemand de Hesse, il est prévu de sacrifier une partie de la forêt de Reinhard pour un projet de parc éolien. Ce coin de nature est aussi connu pour ses géants, des arbres noueux séculaires et ses animaux rares, que pour la forêt féerique des frères Grimm. Le parc naturel de Reinhard réunit de nombreuses aires protégées, dont 18 zones de protection naturelle et 18 sites protégés pour la flore et la faune.

Il y a aussi un lieu spécial pour le repos des oiseaux et on trouve aussi des papillons dignes d’être protégés. Mais cela va disparaitre pour laisser la place à la construction d’éoliennes. De plus, l’habitat de nombreux autres animaux et plantes sera également restreint.

En effet à partir de 2020, environ 120 000 arbres seront abattus sur une superficie d’environ 800 hectares, pour installer dans cette zone 20 éoliennes d’une puissance de 5,6 mégawatts. Mais d’après la planification, ce n’est cependant qu’un début. Au total, plus de 50 éoliennes seront érigées sur sept grandes surfaces d’environ 2 000 ha. Cela correspond à la taille d’environ 3 000 terrains de football.

L’objectif de la construction des éoliennes est de produire de l’électricité sans CO2 et d’arrêter ainsi le changement climatique prétendument dû à l’homme. Cependant, la nature et l’environnement sont considérablement affectés.

Il y a des années, le Parti Vert et des militants écologistes ont fait campagne en faveur de zones forestières qui devaient être déboisées en raison de la construction de sites de production ou de l’expansion de voies de circulation.

Ils ont pris grand soin de répertorier les espèces animales, insectes ou plantes extrêmement rares et donc dignes de protection, dont l’habitat se trouvait précisément dans les zones concernées.

1. En 2010, par exemple, un tunnel de quatre kilomètres de long a dû être creusé dans le nord de la Hesse lors de la construction d’un tronçon de l’autoroute A 44, mais il y avait environ 5 000 tritons crêtés dans cette zone. Cette mesure de protection a coûté au contribuable environ 10 000 euros par spécimen.

2. Depuis 2013, l’escargot planorbe, un délicat petit escargot menacé de disparition, bloque la construction d’un parc industriel de 100 millions d’euros dans le quartier de Bergedorf à Hambourg ! Parce qu’il n’est pas certain que cette espèce d’escargot puisse être réinstallée ailleurs.

3. L’exemple le plus connu date probablement de 2010. Dans le projet controversé de la gare Stuttgart 21, on a découvert que les arbres qui devaient être abattus, abritaient le scarabée pique prune, une espèce animale menacée. Les arbres n’ont pu être abattus qu’après que la Compagnie des chemins de fer allemands eut respecté toutes les réglementations extrêmement complexes en matière de protection des espèces.

Mais revenons à Hesse. Maintenant, pour la construction de ce parc d’éoliennes, une intervention non négligeable dans la nature est tout à coup généreusement préconisée. Cette zone n’est même pas adaptée à ce type de production d’électricité car il s’agit d’une zone de vent faible.

Si les normes changent ainsi pour les environnementalistes, cela nous rend suspicieux. On est en droit de soupçonner les lobbyistes d’avoir également fortement infiltré entre temps le Parti Vert et le mouvement écologiste.

En effet, en raison du changement climatique prétendument dû à l’homme, de nombreux profiteurs, par exemple dans le secteur des éoliennes, peuvent gagner beaucoup d’argent. Mais les médias grand public sont aussi, de toute évidence, infiltrés par des lobbyistes du même genre. Car on n’entend aucune protestation contre cette surexploitation de la nature de la part du 4ème pouvoir comme on appelle aussi les médias.

Cela montre une fois de plus à quel point des politiciens absolument indépendants et des médias libres sont vitaux pour notre société.

Source: Kla TV

Lire aussi:  L'électrique émet plus de CO2 que le diesel, selon des chercheurs allemands

PG

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com