Allemagne: arrestation d’un Syrien soupçonné d’avoir planifié un attentat à la bombe « pour tuer le plus grand nombre d’Allemands possible »

Temps de lecture : 3 minutes
L’homme arrêté aurait obtenu des produits chimiques pour la fabrication d’explosifs. Apparemment, il voulait tuer le plus de gens possible en Allemagne.

Berlin – Des fonctionnaires de l’Office fédéral de la police criminelle (BKA) ont arrêté un Syrien de 26 ans à Berlin-Schöneberg. Il était soupçonné d’avoir préparé un« acte de violence grave et dommageable pour l’État ».

Cet homme était « fortement soupçonné, depuis 2019, dans neuf affaires concernant des instructions et des échanges via Messenger, avec un groupe lié à l’État islamique (EI), pour la construction d’armes et la fabrication d’explosifs », a annoncé mardi le parquet de Berlin. « Le but était la préparation d’attaques terroristes », indique le communiqué.

Le suspect était employé comme nettoyeur dans une école primaire de la capitale. Auparavant, il a travaillé jusqu’en septembre au Bode Museum de Berlin, a déclaré mardi le sénateur de l’Intérieur Andreas Geisel (SPD). Aucune information n’était disponible sur une cible possible du suspect.

« Nous supposons qu’il y avait un danger considérable », a déclaré Geisel. « Les discussions analysées ont démontré qu’ils voulaient tuer autant de personnes que possible ».

Le suspect arrêté près de la mairie de Schöneberg

Selon Geisel, les enquêteurs avaient ciblé l’homme depuis le début de l’année. Ils ont pu l’arrêter dans son appartement de la Meraner Strasse, près de la mairie de Schöneberg. Depuis trois mois, il était surveillé jour et nuit par les forces de l’État et par le Bureau fédéral d’enquête criminelle.

Un agent des forces de l’ordre transporte des valises d’objets confisqués au suspect, à l’extérieur de l’immeuble.

Lire aussi:  Angela Merkel: « Le multiculturalisme en Allemagne a totalement échoué »

Les autorités allemandes ont été alertées suite à des informations et des soupçons fournis par un « service de renseignement étranger amical », qui a intercepté des discussions du suspect sur Internet. Sur la question de savoir si le suspect avait des complices en Allemagne, le sénateur, pour des « raisons stratégiques », n’a fourni aucune information.

Des forces spéciales de la police fédérale (GSG9) ont également été impliquées dans l’intervention, selon le bureau du procureur. Les instructions échangées auraient notamment trait à la fabrication d’explosifs plastiques, de colis, de bombes magnétiques et de verrous « explosifs », de fusils d’assaut de type AK 47, de mitraillettes et d’autres armes à feu.

Au même moment, un mandat de perquisition avait été exécuté au cours d’une enquête préliminaire du procureur général fédéral. Selon des informations non confirmées par l’ARD, le détenu se nommerait Abdullah H.

Les Syriens voulaient apparemment produire des explosifs

Selon le procureur fédéral, le radical islamiste avait commencé à se procurer les composants et les produits chimiques nécessaires à la construction d’un engin explosif en Janvier 2019. Entre autres choses, il a acheté en août 2019 de l’acétone et en septembre 2019 une solution de peroxyde d’hydrogène. Les deux produits chimiques sont nécessaires à la fabrication du triacétontriperoxyde hautement explosif (TATP).

La bombe était censée exploser à un moment inconnu dans un endroit inconnu en Allemagne, pour tuer et blesser le plus grand nombre de personnes que possible.

Remerciements aux forces de sécurité

Le maire de Berlin, Michael Müller (SPD), a remercié les forces de sécurité. La police a manifestement agi de manière très proactive et a fait du bon travail. « C’est un signe que le travail est si bien organisé que la police peut agir immédiatement en cas de suspicion. » De nombreux éléments de preuve permettent aux enquêteurs de conclure que « le suspect voulait mettre en œuvre un projet spécifique à Berlin ou au-delà. »

Lire aussi:  L’Allemagne autorise à nouveau les expulsions de migrants vers la Syrie, en les limitant aux « criminels dangereux »

« Nous remercions les collègues de la BKA et de la police fédérale pour leur travail extrêmement professionnel à Berlin », a déclaré Benjamin Jendro, porte-parole du syndicat de la police de Berlin (GdP).

« Tous ceux qui ont participé à une intervention terroriste sont au courant. notamment le fardeau psychologique particulier qui y est associé. Nous ne pourrons pas empêcher chaque terroriste de réaliser leurs plans, car cela reste très difficile à détecter. L’affaire actuelle montre toutefois que les autorités de sécurité sont vigilantes et capables d’agir », a déclaré Jendro.


Traduction: alter INFO

Source: Berliner Morgenpost / Tagesspiegel

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com