Le CHUV face à un afflux de Géorgiens très malades

Temps de lecture : 2 minutes
Des patients gravement atteints font 4000 km pour venir se faire soigner gratuitement. La Suisse tente de réagir.

Il n’existe aucune statistique précise dans le canton. Mais dans les couloirs du CHUV comme à la tête de l’État, cela se sait: des étrangers sans statut légal et gravement malades viennent aux Urgences dans le but de se faire soigner gratuitement.

La récurrence des pathologies en provenance de certains pays laisse penser à une forme d’organisation. Véritables filières ou simple bouche-à-oreille dans les pays d’origine? Selon nos informations, en Géorgie, des «passeurs» se chargeraient d’organiser le périple des malades. Dr Karim Boubaker, médecin cantonal vaudois, pondère: «Les personnes semblent se rendre par leurs propres moyens jusqu’aux frontières.»

Vaud particulièrement exposé

Avec la présence d’un centre d’enregistrement fédéral d’asile et celle d’un hôpital universitaire, le canton de Vaud est particulièrement exposé au phénomène.

«Oui, nous savons que des Géorgiens malades sont venus en Suisse pour se faire soigner, note le Service de la population. Mais à notre connaissance, on ne peut pas parler de filière.»

Parfois, les maladies en question sont graves (cancer), ou transmissibles (tuberculose). Celles-ci nécessitent alors un traitement lourd. «Les soins urgents sont assurés dans tous les cas», reprend Dr Karim Boubaker. La paperasse est réglée dans un deuxième temps.

Si l’état de santé du patient et le système de santé de son pays permettent un rapatriement sûr et respectueux de la loi, celui-ci est rapidement organisé. Sinon, le malade est provisoirement admis en Suisse.

Lire aussi:  Quand les gouvernants de l’Occident agissent comme les idiots utiles de l’islam
Qui paie la facture?

La facturation de ces soins dépend du statut des patients. Si ceux-ci ont transité par un centre fédéral d’asile, ils sont assurés en vertu de la LAMal. Sinon, le CHUV se charge de faire cet enregistrement. Mais attention: si la personne motive son arrivée en Suisse pour des raisons médicales, elle ne peut pas être assurée.

«L’asile ne peut pas être accordé pour des motifs médicaux, rappelle Dr Karim Boubaker. Si une personne requérante d’asile ou déboutée se trouve dans ce cas de figure, les frais de santé seraient couverts par le canton.»

Mais des procédures judiciaires sont en cours afin de pouvoir assurer ces patients. Leur issue est encore inconnue.

Limiter les venues dans le pays d’origine

Combien de personnes sont-elles dans ce cas? «Peu», selon la Confédération, qui ne donne toutefois aucun chiffre. Mais le problème est pris au sérieux à Berne. En 2018, l’enveloppe fédérale dévolue à la couverture des coûts de la santé des demandeurs d’asile se montait à 82 millions de francs, relevait la «Schweiz am Wochenende».

Pour inverser la tendance, le secrétaire d’État aux migrations Mario Gattiker s’est rendu en Géorgie en septembre dernier. Les deux pays ont convenu de mesures pour limiter les demandes d’asile à vocation médicale.

Parmi elles: un processus accéléré pour permettre le traitement des dossiers de requérants géorgiens souffrant de problèmes médicaux complexes, ou des contrôles aux frontières renforcés. Enfin, la Géorgie a durci son code pénal pour lutter contre la migration illégale.

Par Francesco Brienza

Lire aussi:  La magistrate Carla Del Ponte veut que la Suisse rapatrie les djihadistes

Source: 20 Minutes

Photo couverture: Keystone

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com