Suède: des chercheurs préviennent que des subventions sont utilisées pour « créer une société parallèle islamique »

Temps de lecture : 3 minutes

Selon des chercheurs, l’organisation Ibn Rusdh, un des principaux bénéficiaires d’activités, propage une marque militante de l’Islam ciblant les migrants nouvellement arrivés et les musulmans marginalisés vivant dans des quartiers vulnérables.

Deux chercheurs et professeurs agrégés suédois, Magnus Ranstorp et Aje Carlbom, ont souligné la menace de sociétés indirectes financées indirectement par l’argent des contribuables dans un récent article d’opinion publié conjointement par le quotidien Expressen.

Selon les chercheurs, un exemple illustratif en est le syndicat étudiant Ibn Rushd, qui reçoit une subvention annuelle de 23 millions de SEK (2,3 millions de dollars) du Conseil de l’éducation des adultes (FR).

« En versant 23 millions SEK par an à Ibn Rush, FR renforce un groupe à caractère politique, qui peut être lié à l’école* idéologique des Frères Musulmans », ont écrit les chercheurs, décrivant ce dernier comme «une minorité islamique s’efforce d’influencer la pensée religieuse des musulmans ».

Selon Ranstorp et Carlbom, cela revient à financer « une ségrégation institutionnalisée dans le but de créer une existence sociale parallèle pour les musulmans suédois ».

Le soutien unilatéral , ont-ils soutenu, permet la création d’une « société parallèle » islamique existant aux côtés de la société majoritaire.

Cet objectif est clairement défini par la terminologie propre à Ibn Rushd, qui utilise un terme spécifique, « société civile musulmane ».

Les domaines d’activité les plus importants d’Ibn Rushd sont la langue arabe et le mode de vie islamique, alors que son public cible est constitué de nouveaux arrivants et de musulmans marginalisés vivant dans des quartiers vulnérables, ont souligné Ranstorp et Carlbom.

« Etant donné que ces groupes cibles sont éloignés de la communauté majoritaire, il est douteux que des études en arabe et en islam contribuent aux possibilités de participation à la communauté démocratique suédoise », ont-ils écrit, soulignant que leur public cible parlent leur langue maternelle, mais manquent des occasions quotidiennes de socialiser avec les Suédois et d’apprendre comment la société suédoise est structurée.

« Les activités de soutien qui encouragent un plus grand isolement par rapport aux normes et aux langues de la société majoritaire deviennent donc contre-productives », ont-ils conclu.

Ranstorp et Carlbom ont également souligné la longue histoire d’Ib Rushd d’inviter des orateurs racistes et antisémites. Quelque chose, se risquèrent-ils, aucune autre organisation ne se serait échappée.

« Etant donné qu’Ibn Rushd est actif en tant qu’association étudiante depuis 2008, il est raisonnable de supposer que l’association est consciente depuis longtemps que l’antisémitisme est inacceptable dans la société à majorité suédoise », ont-ils souligné.

Par conséquent, ils ont conclu que les subventions pourraient être considérées comme un encouragement à diffuser « une certaine interprétation militante de l’islam », dont l’objectif déclaré est d’établir une « société parallèle musulmane ».

En 2019, le professeur de sciences politiques Erik Amnå a publié une étude intitulée « Quand la confiance est mise à l’épreuve », critiquant Ibn Rushd. L’organisation a répondu aux critiques en accusant les critiques d’islamophobie .

Ibn Rushd tire son nom d’un érudit andalou, souvent occidentalisé sous le nom d’Averroès.

En 2017, l’Agence suédoise pour la jeunesse et la société (MUCF) a refusé de financer l’Association des jeunes musulmans, une organisation faîtière regroupant plus de 30 associations membres. et l’exhortant à rembourser les fonds des années précédentes. Cela est devenu le point de départ d’un processus juridique sur le financement.

Un rapport 2017 de Pew Research indique que la population musulmane représente 8,1% de la population totale de Suède (10 millions).

Magnus Ranstorp est professeur agrégé de sciences politiques au Collège de la défense nationale. Il est considéré comme l’un des principaux chercheurs suédois dans le domaine du terrorisme , tandis qu’Aje Carlbom est professeur agrégé d’anthropologie à l’université de Malmö.

* Les Frères musulmans (également connue sous le nom de Société des Frères musulmans) est une organisation terroriste interdite en Russie et dans plusieurs autres pays.

Traduction: alter INFO

Source: Sputnik

Photo couverture: © AP Photo / Martin Meissner

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com